Getty Images

Roger Federer en finale après sa victoire contre Tomas Berdych

Federer, comme une évidence

Le 14/07/2017 à 19:48Mis à jour Le 14/07/2017 à 20:42

WIMBLEDON - Roger Federer est de retour en finale sur le gazon anglais et sans avoir abandonné le moindre set. Vainqueur de Tomas Berdych en trois matches (7-6, 7-6, 6-4) et 2h19 vendredi, le Suisse affrontera Marin Cilic dimanche pour tenter de conquérir le huitième Wimbledon de sa carrière.

Roger Federer est en finale de Wimbledon. Un quasi-pléonasme puisque le Suisse n'a manqué que quatre des quinze dernières finales du tournoi londonien. Vendredi, il a franchi la dernière marche qui le séparait encore de sa 11e finale sur le Centre Court, un record de plus, en disposant de Tomas Berdych en trois sets (7-6, 7-6, 6-4).

Trois sets, encore. Federer n'en a toujours pas perdu un dans cette quinzaine et, Halle compris, il porte son total de manches gagnées consécutivement à 26. Le voilà à un tout petit pas de son huitième sacre qui l'introniserait aux yeux de l'histoire comme le maître absolu de Wimbledon, devant Pete Sampras et William Renshaw, encore co-recordmen en sa compagnie. Pour 48 heures peut-être, seulement...

S'il n'a pas perdu de set, pour la première fois depuis le début du tournoi il a toutefois dû s'employer pendant plus de deux heures. Deux heures et dix-huit minutes, exactement. Parce qu'il est tombé sur un bon Tomas Berdych, solide comme il sait l'être parfois, mais aussi défaillant dans certains moments clés, comme il sait l'être souvent. Comme dans ce jeu décisif du premier set, que le Tchèque avait gagné le droit de disputer après avoir effacé un break précoce. Là, à 5 points partout, il a commis une grosse faute de coup droit. Sanction immédiate et premier set en poche pour Federer.

Pourtant, Berdych aura tout tenté

Mais Berdych aura eu le mérite de ne jamais rien lâcher. Jusqu'au bout, il aura tenté. On l'a vu audacieux en retour de service, bousculant parfois Federer, mais jamais, lors des deuxième et troisième sets, il n'est parvenu à breaker. Ce fut alors davantage la faute de Federer que la sienne. Comme dans le 7e jeu du deuxième set, où, sur sa seule opportunité de la manche, le Suisse lui a dégainé une merveille de coup droit court croisé. Ou dans le troisième. A 3-2 en sa faveur, Berdych a mené 15-40. Résultat ? Trois aces, un service gagnant, merci, bonsoir.

Sans voler comme dans certains autres matches, Federer a donc eu le mérite de serrer le jeu quand les points ont compté un peu plus que les autres. Sur ces balles de break. Dans les deux jeux décisifs, aussi. Dans celui du deuxième set comme dans le précédent, le Bâlois a été "clutch" au possible. Et dans le troisième set, juste après avoir écarté les deux balles de break évoquées plus haut, c'est lui qui a sauté sur sa proie pour signer à 3-3 le break déterminant. Celui qui l'a propulsé vers sa 29e finale de Grand Chelem. 29e...

0
0