Une finale comme point final

Une finale comme point final
Par Eurosport

Le 14/05/2011 à 09:40Mis à jour Le 14/05/2011 à 09:48

La finale de la Ligue A entre Tours et Poitiers samedi (17h00) à Paris-Coubertin fera aussi office de point final pour plusieurs grands acteurs d'un choc attendu depuis le début de la saison.

C'est l'affiche rêvée entre les deux meilleures équipes françaises du moment qui vont, pour la première fois, se disputer le titre sur un match sec, comme le fera le basket dans un mois à Bercy. Cette nouvelle formule, plus dangereuse pour les plus forts, fragilise les Tourangeaux même si les tenants du titre restent favoris pour un nouveau doublé Coupe-championnat, un mois après avoir réussi la première partie du contrat.

Avec un effectif plus riche, le TVB, premier de la saison régulière, a montré quelles altitudes il pouvait atteindre lors du quart de finale de la Coupe face à Poitiers, son dauphin en championnat, puni 3-0. "Ils avaient fait le match parfait", se rappelle le Poitevin Antonin Rouzier dont le duel avec l'autre star française, Earvin Ngapeth, sera la clé d'un match entre deux équipes déjà assurées de jouer la prochaine Ligue des champions. Tours vise une troisième couronne pour prendre définitivement le relais du Paris Volley, la formation dominatrice du début de siècle. Poitiers est à la recherche d'un deuxième sacre après celui de 1999 et il aurait une saveur particulière vu le nombre de galères que le club a traversé cette saison.

"Entre nos problèmes financiers, le retrait de points et la double suspension de Nicolas Maréchal, c'est incroyable ce qui nous est tombé dessus", constate Rouzier, ravi de voir son équipe revenir en forme en demi-finale face à Sète. Il était temps car les Poitevins ne faisaient pas les fiers lorsque, après six défaites en fin de saison régulière, ils ont également perdu la première manche de leur quart de finale face à Poitiers, à domicile. "Comme on était limité en effectif, le coach (Olivier Lecat) a voulu faire tourner et on a fini par perdre notre rythme", explique Rouzier, qui quittera Poitiers à la fin de la saison pour une destination internationale qu'il dévoilera après la finale, "par respect" pour son club. Ce ne sera pas le seul à faire ses valises. A Tours, Earvin Ngapeth aussi va s'envoler vers d'autres cieux (l'Italie et Cuneo sont évoqués), alors que le contrat de son père et entraîneur Eric n'a pas été renouvelé et que Loïc De Kergret, passeur rasta de bientôt 41 ans, va prendre sa retraite.

0
0