MEHDIBAALA, quelle saveur à cette médaille?
M.B. : "J'ai eu le temps d'y penser à cette médaille. Mais je ne pensais pas que ça allait me procurer autant d'émotions que ça. Cette médaille, elle a une saveur énorme. Je n'ai plus d'énergie, je n'ai plus de bras. C'est comme si je venais de courir! Je l'attends depuis tellement longtemps. Je vais la laisser autour du cou un petit moment. J'ai tellement de choses qui se bousculent dans ma tête. Je pense à ma famille, aux sacrifices. Je suis heureux aujourd'hui parce que je marque une page d'histoire importante pour moi. Mon père m'a toujours dit: porte haut ton nom. Je pense qu'aujourd'hui j'ai réussi."
En voulez-vous à Ramzi?
Pékin 2008
Baala récupère le bronze‎
18/11/2009 À 14:55
M.B. : "On a eu un tricheur et on a réussi à l'arrêter. Je n'ai même pas envie de parler de ce mec-là parce que ce serait lui donner de l'importance et je n'en ai pas envie. Maintenant il est aux oubliettes et j'espère qu'on ne le reverra plus jamais. (Si je le voyais) J'aurais envie de lui mettre une baffe dans la bouche mais ça a toujours été le cas. Aujourd'hui, c'est fête et j'ai encore trois ans à donner à ce sport qui m'a beaucoup donné, pour pouvoir monter proprement sur des podiums et défendre ce qui est le sport propre."
Quel regard portez-vous sur les images de la course que vous avez revue pour la première fois aujourd'hui?
M.B. : "Les images ne s'effaceront pas. Aujourd'hui, j'avais un moment d'émotion en regardant les images, pas parce que je savais que Ramzi était chargé mais parce que je savais que j'avais fait quatrième. Je sais très bien que j'aurais pu profiter du podium si j'avais mieux couru. Je pense que je ne reverrai plus ces images parce que Ramzi est omniprésent et je n'ai pas envie de le regarder. Je ne pense pas que ça restera la plus grande frustration de ma vie. La plus grande frustration sera de ne pas avoir eu de médaille à Sydney, à Athènes et d'avoir eu tout ce stress à Pékin. Le passé, c'est le passé. Quoi qu'il arrive, je continuerai jusqu'en 2012 pour essayer d'avoir une médaille tout en sachant que j'aurai moins de pression parce que je l'ai déjà, elle est autour de mon cou. Celle-là, on ne me l'enlèvera pas."
Pékin 2008
Baala savoure
06/01/2010 À 21:57
Pékin 2008
Baala récupère le bronze‎
18/11/2009 À 14:55