Getty Images

Lavillenie : "La compétition la plus importante de l'année"

Lavillenie : "La compétition la plus importante de l'année"
Par AFP

Le 03/03/2018 à 23:05Mis à jour Le 03/03/2018 à 23:06

Avant de se lancer dimanche dans le concours de la perche des Mondiaux 2018 en salle, qui s'annonce extrêmement relevé, le recordman du monde (6,16 m) Renaud Lavillenie a avoué sa "méfiance" samedi. Mais il fait de ces Mondiaux un rendez-vous capital pour lui.

Quelle place tiennent ces Mondiaux dans votre saison?

R.L. : Pour moi, c'est la compétition la plus importante de l'année. Il ne faut pas se voiler la face, les Championnats d'Europe (du 7 au 12 août à Berlin, NDLR) ne sont jamais au niveau des Championnats du monde. A la perche, pour venir aux Championnats du monde, c'est plus dur que d'aller aux Jeux olympiques. En France, Kevin Menaldo a fait 5,88 m, il est dans le Top 5 mondial et il reste à la maison et me regardera à la télé parce qu'aux Championnats du monde, on n'a que deux places par pays. Lundi, l'objectif sera de préparer Berlin, mais il y a d'abord Birmingham. Et une médaille et un titre sont toujours mieux chez toi que chez les autres. Il ne faudra pas se rater.

Le concours s'annonce très relevé à Birmingham...

R.L. : Sur le papier, c'est l'un des plus beaux concours que l'on puisse avoir. Après, on sort d'un concours qui a été le plus relevé de l'Histoire (au All Star Perche à Clermont-Ferrand, le 25 février, NDLR). Il n'y a pas de raison qu'on ait un concours aussi élevé une semaine après. Ces choses exceptionnelles ne se reproduisent pas toutes les semaines. En plus, c'est un Championnat, pas un meeting. Il n'y a pas la même pression et la même appréhension de la compétition. Vu la densité et le concours qu'il y a eu la semaine dernière, on ne pourra rien espérer à 5,80 m mais demain, ce n'est pas la hauteur qui va primer, mais la médaille, la stratégie.

Vous aurez en plus un titre à défendre...

R.L. : C'est le genre de trucs qui me plaît bien. Je l'ai déjà gagné deux fois et comme on dit: "Jamais deux sans trois". Mais il y a de quoi être méfiant sur ce concours. On est plusieurs à pouvoir prétendre à une médaille. Ce sera des mano a mano jusqu'à la fin. Mais l'année dernière, j'ai eu tellement de mal à retrouver un niveau correct avec toutes les blessures et galères que j'ai pu avoir, que je savoure juste le fait de sauter et de m'entraîner sans avoir le moindre pépin et de retrouver des hauteurs qui me correspondent. Moi, je ne m'entraîne pas pour m'entraîner, c'est pour me préparer pour ce genre d'évènements.

Comment s'est déroulée votre semaine d'entraînement après le All Star Perche à Clermont-Ferrand?

R.L. : J'ai eu besoin de prendre le temps de redescendre. La compétition a été très intense. Lundi, je n'ai rien fait à part du kiné. Mardi, j'ai repris l'entraînement tranquillement jusqu'à jeudi avec une petite séance de perche. L'intérêt, c'était de rester actif. Sportivement, je suis prêt. Après, il faut juste ne pas s'endormir et bien récupérer. J'ai l'avantage que la dernière compétition ne soit pas trop loin derrière moi, avec de très très bons repères. Je suis dans le vif du sujet.

0
0