Il aura fallu attendre 20h40 pour voir la première bonne nouvelle de la journée. L'équipe de France masculine, longtemps dans le coup pour la qualification directe, sauve sa place en finale du 4x400m de justesse, en accrochant un des deux accessits au temps. Une véritable bouffée d'air frais. Ce sera la seule d'une journée galère pour les Bleus, quelle que soit la discipline.

Le ridicule du 100m haies

Avec Solène Ndama, Fanny Quenot et Laura Valette, l'équipe de France pouvait compter sur trois cartes susceptibles de rallier la finale. N'en voir aucune en demi-finales paraissait impossible. Mais impossible n'était pas Françaises. Valette et Quenot ont terminé bonnes dernières de leur série respective en 13''47 et 13''51, très loin de leurs meilleures performances de la saison (12''87 et 12''96). Mais la palme est revenue à Solène Ndama. Après sa 14e place sur l'heptathlon, la Bordelaise de 21 ans n'aura même pas sauté la première haie… Blessée ? Non, même pas. Juste un mélange d'hésitation et de manque de confiance. "Je n'ai pas d'explication, déclarait-elle après la course. Je ne sais pas quoi vous dire. Déjà, à l'échauffement, je n'ai pas passé une haie correctement."
Mondiaux
Deux médailles, six finalistes : cote d'alerte pour les Bleus à dix mois des Jeux
06/10/2019 À 23:58

La Française Laura Valette loin du compte lors des séries du 100m haires des Mondiaux 2019

Crédit: Getty Images

La déception de la longueur

Avec là aussi trois athlètes engagées, les Bleues pouvaient rêver à une participation à la finale. La qualification s'est jouée à 6,53m et avec des sauts cette saison à 6,84m pour Yanis Esmeralda David, 6,72m pour Eloyse Lesueur-Aymonin et 6,81m pour Hilary Kpatcha, le calcul est vite fait : il y avait la place. Il aurait fallu pour cela se lâcher un tant soit peu. Mais elles n'auront su faire mieux que 6,47m (pour Kpatcha, contre 6,46m pour les deux autres), pour terminer finalement loin (18e, 20e et 21e) des douze qualifiées pour la finale. "On est toutes déçues. Ce n'était pas notre niveau. Quand on voit où se joue la qualif…", avouait après coup Eloyse Lesueur. Oui, c'est une vraie déception.

Le raté du 4x400m femmes

Si les messieurs ont réussi à passer le cut des séries en se qualifiant au temps, ça n'a pas été le cas des filles. Pourtant vice-championnes d'Europe l'an dernier et 4es aux Mondiaux de Londres en 2017, les Bleues sont complétement passées à côté de leur course. Certes privées de Floria Gueï, Eloa-Mariama Diarra ou Estelle Perrossier par rapport à ces années-là, les Tricolores avaient sur le papier le moyen d'accrocher une place en finale. C'était le minimum pour une équipe de ce standing. En 3'29''66, la France a dû se contenter de la 7e place de sa série. A plus deux secondes du chrono des Pays-Bas, dernier qualifié pour la finale…

Agnès Raharolahy, lors des séries du 4x400m aux Mondiaux 2019

Crédit: Getty Images

Diallo, sans regret

A 24 ans, Rouguy Diallo était déjà bien contente de disputer la finale du triple saut. Son record personnel de 14,39m était tout simplement le deuxième record le plus faible des filles présentes dans cette finale et il n'aurait même pas suffi à s'offrir une place de finaliste (top 8) puisque celle-ci s'est jouée à 14,40m. Mais la Française s'attendait sans doute à faire mieux que les 14,08m réalisés au troisième essai. Le seul où elle n'a pas mordu. Pas de déception, pas de regret mais pas génial.

100m et puis s'en va pour Vicaut & compagnie

Qualifiée certes au temps mais auteur d'un super chrono de 37''88 en séries, l'équipe de France masculine abordait cette finale du 4x100m avec ambition, d'autant plus que la Jamaïque n'était pas présente. 5es des Mondiaux 2017, 4es des Europe l'an dernier, les Bleus pouvaient rêver d'une médaille. Ce rêve n'aura duré qu'un virage. Le temps pour Amaury Golitin de lancer le relais français sur des bases intéressantes mais de manquer grossièrement le premier passage de témoin avec Jimmy Vicaut. Méba-Mickaël Zeze et Christophe Lemaitre, dont cela aurait été la seule course des Mondiaux, ne serviront à rien. Et les Bleus ont laissé filer leurs espoirs de médailles. Symbole d'une journée complètement ratée.

Jimmy Vicaut

Crédit: AFP

Mondiaux
L'Amérique plus que jamais triomphante
06/10/2019 À 22:41
Mondiaux
"On n'a pas préparé ces Mondiaux comme on aurait dû", déplore le président de la FFA
06/10/2019 À 21:46