AFP

Première ou consolante

Première ou consolante
Par AFP

Le 14/05/2011 à 23:41Mis à jour Le 15/05/2011 à 00:10

Chalon-sur-Saône chasse le premier titre de son histoire alors que Limoges voudra se consoler de sa descente en ProB lors de la finale de la Coupe de France dimanche à Paris-Bercy. Reconfiguré depuis les arrivées du pivot nigérian Ndudi Ebi et de l'arrière américain Robert Hite, Limoges y croit.

C'est une impression étrange qui émane de cette finale de Coupe de France entre deux équipes qui n'ont finalement fait que se croiser lors des quinze dernières années. Monté dans l'élite en 1996, Chalon s'est peu à peu installé comme une force vive de la ProA au moment où Limoges, hormis son formidable sursaut en 2000 avec un triplé Championnat-Coupe de France-Coupe Korac, était déjà sur le déclin. Cette saison encore, les deux équipes ont joué sur deux tableaux différents. Chalon a terminé la saison régulière à la troisième place et s'annonce comme un des favoris pour le titre lors des play-offs qui commencent mardi.

Limoges, plus beau palmarès du basket français, a fini dernier et retourne en ProB un an seulement après l'avoir enfin quittée. Sur le papier, Chalon avance donc favori sur la finale même s'il lui faudra apprivoiser un Palais omnisports de Paris-Bercy comble (15.000 spectateurs) que l'Elan découvre pour la première fois alors que Limoges y a joué deux finales de ProB dernièrement et remporté son dernier titre, la Coupe de France en 2000.

Possible imbroglio européen

Chalon, qui a perdu les deux finales de son histoire, celle de la Coupe Saporta en 2001 et celle de la Semaine des As en février face à Gravelines, espère également que l'adage "jamais deux sans trois" aura ses limites. "On a beaucoup travaillé pour arriver à ce niveau, on a faim. Je veux concrétiser cette saison par des résultats positifs", lance l'entraîneur Gregor Beugnot, bien placé pour savoir que ce ne sera facile face à Limoges. En championnat, ses troupes ont en effet pris très cher (93-62) il y a deux mois à Beaublanc face à un CSP qui a beaucoup changé en cours de saison et qui semble avoir trouvé, trop tard, la bonne formule sur la fin.

Reconfiguré depuis les arrivées du pivot nigérian Ndudi Ebi et de l'arrière américain Robert Hite, Limoges y croit, quitte à provoquer un possible imbroglio concernant les qualifiés pour les prochaines Coupes d'Europe. Rien n'est encore clair en la matière mais le vainqueur de la Coupe gagne traditionnellement le droit de batailler sur le front continental la saison suivante, en l'occurence sans doute à travers l'Eurochallenge, la C3. Au cas où Limoges succèderait à Orléans dimanche, il reviendra à la Fédération française de trancher si oui ou non un club de ProB peut représenter le pays dans une Coupe d'Europe.

0
0