Oubliée la "Dream Team" des Jeux Olympiques 1992 de Barcelone emmenée par Michael Jordan, Magic Johnson, Larry Bird et Charles Barkley. Ou encore celle qui a conquis le titre olympique en 2012 à Londres emmenée par LeBron James. La Team USA 2014 ne fait guère rêver sans le meilleur joueur de la dernière saison NBA Kevin Durant, sans "King James" et ses vassaux Carmelo Anthony, Chris Paul, Blake Griffin ou Russell Westbrook, sans mentionner Kobe Bryant qui a fait une croix sur l'équipe nationale. La faute au calendrier éreintant de la NBA qui incite les joueurs à se ménager avant les Jeux Olympique de 2016 à Rio. A des impératifs financiers aussi, à la peur de la blessure enfin.
Lors d'un entraînement le 1er août, Paul Georges s'est gravement blessé: les images de sa jambe droite pliée selon un angle improbable ont marqué les esprits. Victime d'une double fracture du tibia-péroné, la star des Indiana Pacers ne jouera probablement pas de toute la saison 2014-15. Une semaine après, Durant, MVP du Mondial 2010 en Turquie et meilleur réalisateur de la dernière saison NBA, se fait porter pâle. Officiellement, "il est physiquement et mentalement vidé par la saison NBA et ses nombreuses responsabilités". Officieusement, il se murmure que son agent voyait d'un mauvais oeil sa star prendre des risques avec sa santé au moment où il fait monter les enchères pour un juteux contrat de partenariat entre Nike et Under Armour, prêt à mettre sur la table 250 millions de dollars (190 M EUR) sur dix ans.
Le Mondial, en enjeu financier pour les clubs
Coupe du Monde
Lauvergne : "Personne ne nous attendait"
16/09/2014 À 10:45
Les propriétaires de franchises NBA aussi ont trouvé à redire aux escapades estivales de leurs stars. Notamment le toujours très revendicatif Mark Cuban: le propriétaire des Dallas Mavericks aimerait que la NBA organise "sa" Coupe du monde et profite au moins de cette manne, plus que la Fédération internationale de basket-ball (Fiba) ou le Comité international olympique (CIO). "La participation d'un joueur à un événement international est un grand risque sans récompense financière", a admis Adam Silver, le nouveau patron de la NBA. "Mais c'est une décision personnelle qui revient à chaque joueur", a-t-il insisté, balayant toute rumeur d'un retour à la période pré-1992 où les JO et Championnats du monde se disputaient sans les joueurs NBA.
L'équipe assemblée par Mike Krzyzewski a quand même de l'allure avec Derrick Rose (Chicago), Stephen Curry (Golden State), Kyrie Irving (Cleveland) ou James Harden (Houston). "Le groupe de 12 que nous avons assemblé est très enthousiasmant par sa polyvalence et ses qualités défensives", assure "Coach K" alors que son équipe a remporté facilement ses quatre matches de préparation dont le dernier contre la Slovénie (101-71) mardi.
Mais Rose, MVP de la saison 2010-11, sort de deux années quasi blanches en raison de blessures et même si Harden s'est tout juste auto-proclamé "joueur le plus complet de la NBA", cette sélection manque cruellement d'un patron. Si bien que certains observateurs redoutent que la série d'invincibilité dans des grands rendez-vous remontant à 2006 (Mondiaux 2006 et 2010, JO-2008 et 2010) prenne brutalement fin en Espagne, face au pays-hôte par exemple. Et les Etats-Unis devraient alors obtenir leur billet pour les Jeux Olympiques 2016 de Rio lors d'un tournoi de qualification olympique, un véritable affront...
Coupe du Monde
Rose: "Mes problèmes sont derrière moi"
16/09/2014 À 10:44