Miami Heat (1) vs Atlanta Hawks (8)

Qu’est-ce qu’il manque au Miami Heat pour aller au bout ?
Le Heat a terminé premier à l’Est malgré les blessures répétées de ses meilleurs joueurs. La franchise floridienne peut compter sur trois All-Stars : Jimmy Butler, Bam Adebayo et Kyle Lowry. Trois majeurs qui ont pour caractéristique commune de peser sur le jeu aussi bien en attaque qu’en défense. La rotation est profonde autour d’eux, avec Tyler Herro, Duncan Robinson, Gabe Vincent ou même Victor Oladipo. C’est une équipe qui joue dur et qui défend bien. Avec un mental d’acier. Du talent et de la complémentarité à tous les postes. C’est surtout la mieux coachée en NBA, avec le génie Erik Spoelstra sur le banc. Elle a tout pour être sacrée.
NBA
Boston sort le champion : Milwaukee a explosé en vol
15/05/2022 À 22:10
Et pourtant, ça renvoie quand même l’impression d’un ingrédient manquant. Un Kevin Durant. Un Giannis Antetokounmpo. Un Joel Embiid. Butler est un excellent basketteur, encore plus en playoffs, mais il ne fait pas non plus partie de cette ultime élite. Les 7 ou 8 meilleurs joueurs qui peuvent vraiment porter leur franchise jusqu’au Graal. L’absence d’une superstar de cette trempe est historiquement pénalisante. Quasiment tous les champions NBA ont été guidés par une individualité plus forte que toutes les autres. Ça pourrait jouer en défaveur du Heat à un moment donné pendant ces playoffs.
Pronostic : 4-2 Heat

Boston Celtics (2) vs Brooklyn Nets (7)

Faut-il toujours considérer les Brooklyn Nets parmi les favoris pour le titre ?
Les Nets ont donc officiellement bouclé cette saison décevante à la septième place de la Conférence Est. C’est toujours mieux que le dixième rang qu’ils occupaient encore il y a quelques semaines avant de finir en trombe. Mais ça reste décevant, notamment après avoir été parmi les premiers plus tôt dans l’année. C’est surtout un résultat catastrophique en comparaison des attentes et des ambitions de la franchise new-yorkaise. Les plus optimistes rappelleront que les compteurs sont remis à zéro en playoffs. Enfin, en réalité, pas tout à fait. Seules deux équipes ont atteint les finales en partant d’aussi loin dans l’Histoire de la NBA : les Sonics en 87 et les Knicks en 99.
Brooklyn n’est certainement pas la tête de série numéro 7 habituelle. Les Nets s’appuient sur deux futurs Hall Of Famers, dont Kevin Durant, le meilleur basketteur du monde quand il n’est pas à l’infirmerie. Aussi longtemps que KD et Kyrie Irving sont en forme, l’équipe croira en ses chances d’aller au bout. Le duel entre Durant et Jayson Tatum sera d’ailleurs l’une des clés de la série. Mais même avec autant de talents individuels, la marge est très restreinte pour les hommes de Steve Nash. Parce que derrière, c’est faible. Notamment défensivement Il y a certainement de bons éléments (Seth Curry, Andre Drummond, Bruce Brown) mais la pauvreté du jeu a été mise en lumière lors de la deuxième mi-temps du play-in remporté sur le fil contre les Cavaliers. Brooklyn est une équipe qui perd beaucoup de ballons et qui ne maîtrise pas son sujet. Capable du meilleur mais aussi du pire. Une irrégularité chronique qui fait rarement la marque des champions. Ben Simmons est susceptible d’apporter du liant à cet ensemble fébrile mais son retour – éventuellement à partir du Game 4 – reste aussi hypothétique que son niveau de jeu après un an sans jouer.

Kyrie Irving

Crédit: Getty Images

Alors que reste-il ? Une armada qui ira aussi loin que ses superstars sont en mesure de la porter. Avec probablement pas assez d’acquis pour décrocher une bague dès cette saison. Ça peut passer contre Boston. Mais sans doute moins une fois opposé à Milwaukee ou Miami.
Pronostic : 4-3 Nets

Milwaukee Bucks (3) vs Chicago Bulls (6)

Les Milwaukee Bucks sont-ils trop sous-estimés ?
Mais depuis quand les champions en titre vivent une saison aussi tranquille ? Les échecs brutaux des Lakers et des Nets (dans une moindre mesure bien sûr) ont occupé l’attention médiatique pendant des mois. Pendant ce temps-là, les Bucks ont pu traverser la saison régulière sans pression. Avec quasiment un statut d’outsiders avant le crash de LeBron James et consorts. Pourtant, cette formation connaît le chemin du succès et elle est armée à tous les postes. Brook Lopez est revenu de blessure, Grayson Allen est un renfort intéressant et Jrue Holiday semble plus décomplexé que jamais depuis le sacre l’an dernier.
Surtout, il y a Giannis Antetokounmpo. Un basketteur total. Le meilleur au monde quand Kevin Durant est à l’infirmerie. Milwaukee a la chance d’aller défier son « voisin » Chicago, une équipe en perte de vitesse, privée de Lonzo Ball et qui a beaucoup souffert contre les principales armadas de la Conférence. Le premier tour idéal pour la bande de Mike Budenholzer.
Pronostic : 4-1 Bucks

Philadelphie Sixers (4) vs Toronto Raptors (5)

James Harden est-il le joueur le plus sous pression pour ces playoffs ?
Les premiers cartons de James Harden sous le maillot des Sixers, juste après son transfert en février dernier, paraissent déjà loin. L’ancien MVP est à la peine depuis. 21 points de moyenne en 21 matches, mais à 40% de réussite aux tirs et 32% à trois-points. Avec tout de même 10 passes décisives. Il est finalement dans la lignée de ses performances aux Nets en début de saison. Autrement dit, il n’est pas mauvais mais moins tranchant qu’à l’accoutumée. C’est problématique. Surtout que son volume statistique a quasiment toujours baissé en playoffs.

Joel Embiid

Crédit: Getty Images

Les Sixers vont avoir besoin d’un grand Harden. Tous les regards seront braqués sur lui. Il a tout fait pour quitter Brooklyn à peine un an après avoir tout fait pour quitter Houston. Son arrivée à Philadelphie a fait naître de grandes ambitions. C’est presque déjà le titre ou rien pour la franchise de Pennsylvanie, qui n’a pourtant pas atteint les finales de Conférence depuis 2001. Un sacré défi à relever pour un joueur pas forcément réputé pour sa capacité à porter une équipe. Ses performances seront décortiquées, tout comme son entente avec Joel Embiid sur le terrain et la manière dont ils vont affronter l’adversité. Là encore, ce n’est pas leur fort. Le potentiel d’une éventuelle désillusion est très élevé. Surtout contre des Raptors qui, à l’inverse, n’ont absolument rien à perdre. Ils ont déjà pour intention de serrer Embiid de près. Harden aura des énormes responsabilités. Une sortie de route avant le troisième tour ferait bien tâche avant l’intersaison, là où il pourra réclamer une extension massive qui pourrait le payer plus de 50 millions jusqu’à ses 37 ans.
Pronostic : 4-3 Sixers

Phoenix Suns (1) vs New Orleans Pelicans (8)

Chris Paul, maintenant ou jamais pour le titre ?
Les Suns ont prouvé qu’ils n’étaient pas arrivés en finales par accident la saison dernière. Anthony Davis peut blâmer les blessures (les Lakers menaient 2-1 au premier tour), Phoenix est bien la meilleure équipe de la Conférence Ouest. Sans doute aussi la meilleure équipe de la ligue. Le système de Monty Williams fonctionne à merveille et chaque joueur de l’effectif connaît et respecte son rôle. Les Suns ont fait le choix de miser sur des schémas non conventionnels en insistant sur les tirs à mi-distance, la zone la moins défendue par les équipes adverses.
Elle peut se le permettre parce que ses deux stars, Chris Paul et Devin Booker, excellent à 5-6 mètres du cercle. Ces deux là sont aussi terriblement efficaces dans les moments les plus chauds, lors des matches les plus serrés. Tous les signaux vont en faveur de la franchise de l’Arizona. En matière de talent, de complémentarité, de défense, de coaching, de complicité. Alors, serait-ce enfin la bonne année pour CP3 ? Tout autre résultat qu’une bague représenterait un vrai échec.
Pronostic : 4-0 Suns

Memphis Grizzlies (2) vs Minnesota Timberwolves (7)

Ja Morant peut-il prendre le dessus sur les trois stars des Minnesota Timberwolves ?
Le basket est un sport collectif qui se résume souvent à ses individualités. Avoir des stars. Encore. Toujours. L’ironie, sur ce duel entre Memphis et Minnesota, c’est que les Timberwolves, bien que septièmes, sont peut-être plus chargés en talents que leurs adversaires. Il y a bien Ja Morant aux Grizzlies, bien sûr, mais ce dernier a été mis particulièrement en difficultés lors des quatre manches entre les deux équipes pendant la saison régulière (20 points à 33%).
Les Wolves, à l’inverse, peuvent se reposer sur plusieurs scoreurs : Karl-Anthony Towns, Anthony Edwards et D’Angelo Russell. Leur attaque peut poser de vrais problèmes aux Grizzlies. Mais collectivement, tactiquement, Memphis paraît tout de même au-dessus. L’équipe est aussi plus profonde, avec un bien meilleur banc. La série promet toutefois d’être engagée – et physique – avec ces deux formations jeunes et relativement inexpérimentées. Peut-être deux des équipes du futur, avec Morant et Edwards, deux des talents les plus prometteurs de leur génération.
Pronostic : 4-2 Grizzlies

Golden State Warriors (3) vs Denver Nuggets (6)

Et si c’était la série la plus excitante du premier tour ?
Stephen Curry d’un côté, du moins quand il sera revenu de sa blessure à la cheville, Nikola Jokic de l’autre. Cette série entre Golden State et Denver ne manque pas d’artistes. Entre Draymond Green et sa science du playmaking et de la défense, Facundo Campazzo (suspendu pour le Game 1) et ses passes lumineuses, Klay Thompson, Jordan Poole… les duels entre les deux équipes vont valoir le coup d’œil.

Stephen Curry

Crédit: Getty Images

Le rythme devrait être élevé. Mais la série pourrait aussi être marquée par ses absents. Jamal Murray et Michael Porter pour les Nuggets et éventuellement Curry pour les Warriors. Poole aura d’ailleurs un rôle important à jouer, avec ou sans le double-MVP. Il est le potentiel facteur X de cette série. Le jeune homme, pressenti pour le MIP, a vraiment franchi un cap et il se distingue de plus en plus par sa capacité à faire la différence balle en main. Comme les meilleurs attaquants de cette ligue. Reste à savoir s’il pourra le faire aussi en playoffs.
Pronostic : 4-2 Warriors

Dallas Mavericks (4) vs Utah Jazz (5)

La fin de cycle du Jazz est-il inévitable ?
Chaque saison, Utah nourrit de grandes ambitions avant de se heurter face à ses propres limites, à savoir le deuxième tour des playoffs. Il n’y a pas vraiment de raisons que ça change cette année. Le Jazz a gardé la même équipe. Une continuité qui peut parfois payer mais qui a des allures de fin de cycle dans cette situation précise. Donovan Mitchell et Rudy Gobert disputent peut-être leurs derniers playoffs ensemble.
En revanche, le Jazz aura éventuellement l’occasion de s’offrir un baroud d’honneur. La blessure de Luka Doncic – déjà absent pour le Game 1 et incertain pour le Game 2 – redistribue les cartes sur cette série. Parce que derrière le Slovène, les Mavericks manquent de vrais talents individuels. Sa simple présence peut suffire à mener Dallas très haut, un peu à la manière d’un LeBron James en début de carrière. Mais sans lui, ça s’annonce compliqué.
Pronostic : 4-3 Mavericks si Luka Doncic joue à partir du Game 2, 4-2 Jazz s’il ne revient qu’au Game 3
NBA
Milwaukee annonce la couleur
01/05/2022 À 19:47
NBA
Les Sixers sans Embiid à Miami
01/05/2022 À 19:08