GOLDEN STATE WARRIORSTitre NBA : 19752008/2009 : 29 victoires - 53 défaitesPlayoffs : - Cinq majeur: Ellis – Azubuike  - Jackson – Randolph – Biedrins
TOUR D’HORIZON
NBA
Charlotte en toute discrétion
16/10/2009 À 20:45
En Californie, on a une devise qui tient la route. Pourquoi changer une équipe qui ne gagne rien et qui surtout propose de l’incohérence à tous les niveaux ? Dans une franchise qui ne manque pas de talents sportifs, on en vient parfois à se demander si l’état major du club n’est pas le vrai maillon faible. Don Nelson, aussi emblématique qu’il soit en NBA, continue d’étonner et de détonner en offrant un basket de playground où chaque joueur brille par intermittence. Mais outre son coaching, Nelson ne fait pas l’unanimité au sein de ses joueurs. L’an passé, Monta Ellis a demandé à partir, relayé cette saison par le fantasque Stephen Jackson, qui demeurera finalement au club avant de trouver un éventuel preneur en cours de saison.
Si les coulisses sont agitées, que reste t-il à voir sur le parquet ? Une armée de guards prêts à dégainer à tout va, un rookie talentueux, Stephen Curry,  mais exactement dans le même profil que les autres et un secteur intérieur peu rassurant malgré l’émergence d’Anthony Randolph. Seul joueur au physique de l’emploi, Ronny Turiaf va devoir s’arracher pour convaincre Nelson qu’il veut mieux que le rôle de mister block au sein de l’effectif. Autre point délicat qui laisse entendre une nouvelle saison complexe à Oakland, la fragilité physique des Warriors. Ellis, Maggette, Jackson sont des habitués de l’infirmerie. Une seule chose est certaine avec Golden State, on ne va pas s’ennuyer…
LE JOUEUR A SUIVRE : ANTHONY MORROW
Et s’il était encore celui que l’on n’attend pas ? Non drafté l’an passé, il avait signé le record de points pour un rookie dans la saison avec 37 unités. Ses 10 points de moyenne avaient confirmé ses qualités offensives. La saison à venir ne devrait pas le propulser dans le cinq de départ mais sa pré-saison ne laisse personne indifférent (plus de 20 points par match). En concurrence avec le rookie Curry, sa capacité à shooter à trois points ainsi que son impressionnante aisance offensive devrait lui offrir du temps de jeu. Surtout si Jackson venait à être transféré au cours de la saison.
NBA
Memphis, ça va dégainer
12/10/2009 À 12:46