CHARLOTTE BOBCATSTitre NBA : -2008/2009 : 35 victoires - 47 défaitesPlayoffs : - Cinq majeur: Felton - Bell – Wallace – Diaw - Chandler
TOUR D’HORIZONAprès une année qui avait vu Boris Diaw et Raja Bell poser leurs valises en Caroline du Nord, bien difficile de voir dans l’équipe de Larry Brown autre chose qu’une équipe sans grande prétention. Avec un meneur, Raymond Felton, qui a traîné des pieds pour prolonger son contrat d’une saison, et un banc bien maigrelet à ce niveau, Charlotte va devoir batailler ferme dans la conférence Est. Surtout que le club a tenté un drôle de pari en échangeant Emeka Okafor, solide défenseur, contre l’homme en kit fidèle des fidèles de l'infirmerie, Tyson Chandler. Le pari est plus que risqué dans un secteur intérieur où Boris Diaw s’annonce comme le maître d’œuvre.
NBA
Qui a peur du loup?
15/10/2009 À 16:53
Autour du Français, le rôle de franchise player reviendra à Gérald Wallace, ultra complet mais pas vraiment reconnu comme étant un vrai leader. Le reste ne respire pas la sérénité. Si DJ Augustin devrait continuer sa progression et le rookie Gérald Henderson devenir à terme un bon joueur, l’objectif des play-offs sera difficile à atteindre. Evidemment, si Radmanovic, Mohamed ou encore Murray haussaient leur niveau de jeu, la donne pourrait être différente. «En jouant la stabilité, le groupe en place n’a pas encore exprimé toutes ses qualités », rappelle Larry Brown. On reste toutefois sceptique.
LE JOUEUR A SUIVRE : BORIS DIAW
OK, on va nous accuser de chauvinisme, possible. Toujours est-il que l’intérieur français est devenu le vrai relais de Larry Brown sur le terrain. En débarquant l’hiver dernier à Charlotte, Bobo a totalement relancé une carrière qui ronronnait à Phoenix. Doublant presque sa moyenne de points (15,1 contre 8,3), présent dans tous les secteurs de jeu et doté d’un tir longue distance fiable (plus de 40%), une grande partie du jeu d’attaque reposera sur ses épaules. Le jeu NBA lui convient désormais bien mieux que le jeu FIBA. Alors une petite pièce sur une grosse saison de Boris ? On veut bien prendre le pari.
NBA
Memphis, ça va dégainer
12/10/2009 À 12:46