ATLANTA HAWKS
Titres: 1 (1958)
Saison 2008-2009: 47 victoires, 35 défaites / Playoffs: 2e tour
Cinq majeur: Bibby - Johnson - Williams - Smith - Horford
TOUR D'HORIZON
NBA
Houston, on a un problème
21/10/2009 À 19:37
Atlanta est une franchise qui monte. Les Hawks ont augmenté leur total de victoires ces quatre dernières saisons, achevant le précédent exercice avec une fiche de 47-35. Si la marge de progression se réduit inévitablement, le cap des 50 victoires est tout à fait envisageable cette année. Pourquoi? D'abord parce que les Géorgiens possèdent plusieurs jeunes joueurs en phase ascendante, à l'image du front court. Josh Smith, Marvin Williams et Al Horford entrent dans leurs meilleures années et peuvent encore évoluer vers le haut dans les mois à venir. L'arrière Joe Johnson, le leader de l'équipe, sera free agent l'été prochain et sera donc motivé pour réussir une grande saison. Le meneur vétéran Mike Bibby complète un cinq majeur inchangé par rapport à l'année dernière.
Néanmoins, pour rivaliser avec le gratin de la conférence Est (Orlando, Boston ou Cleveland), ou, à tout le moins, pour s'en approcher, Atlanta avait besoin de densifier son banc. Telle fut la mission du GM Rick Sund à l'intersaison. A priori, elle parait accomplie. Les Hawks sont allés chercher Jamal Crawford à Oakland. Piètre créateur, il apporte néanmoins une réelle menace offensive et peut s'avérer un des meilleurs sixièmes hommes de la Ligue cette saison, en tant que relais idéal de Bibby et Johnson. Un peu à l'image de ce qu'un Jason Terry a su devenir à Dallas. L'intégration du meneur rookie Jeff Teague (une sacrée bonne pioche avec le 19e choix), convaincant lors de la Summer League, densifie un peu plus les lignes arrières. Dans la raquette, les limités mais expérimentés Joe Smith et Jason Collins arrivent également. Ils doivent pouvoir contribuer autour d'une dizaine de minutes derrière les titulaires et Zaza Pachulia. Au final, le deuxième cinq (Teague-Crawford-Evans-Smith-Pachulia) parait plus costaud que les saisons précédentes. De quoi envisager une troisième participation consécutive aux playoffs et, pourquoi pas, d'y franchir un tour de plus…
LE JOUEUR A SUIVRE: Josh Smith
Les joueurs de fantasy l'adorent pour son jeu complet, mais Josh Smith, s'il est capable du meilleur, donne aussi parfois mal au crâne à son coach, Mike Woodson. Annoncé depuis deux-trois ans comme une authentique future star de la NBA, J-Smoove a plafonné la saison dernière, affichant un potentiel sans limite mais aussi un manque de maturité agaçant. S'il veut franchir l'échelon qui sépare les bons joueurs des très grands, Smith doit épurer son jeu et grandir. Contrairement à Bibby, qui a déjà connu son heure de gloire, ou Joe Johnson, sur la crête de ce qu'il peut apporter, Josh Smith conserve une forte marge de progression. C'est donc lui, avec Horford à un degré moindre, qui peut changer la destinée de son équipe en accomplissant la sienne. Encore faut-il que l'intéressé lui-même s'en donne pleinement les moyens.
NBA
Dallas, c'est maintenant ou jamais
20/10/2009 À 16:34