AFP

Finales NBA : Le Miami Heat survit à un game 6 épique face aux San Antonio Spurs (103-100)

Miami miraculé, Parker frustré
Par Eurosport

Le 19/06/2013 à 06:18Mis à jour Le 19/06/2013 à 07:48

Mené de 5 points à 20 secondes de la fin, Miami a arraché en prolongation le 6e match face aux Spurs de Tony Parker. Le titre NBA se jouera jeudi en Floride.

Difficile d'achever ce Heat. Même lorsque Tim Duncan est géant, Tony Parker intraitable dans le money-time et LeBron James hanté par ses démons trois quarts-temps durant. Mais après avoir longtemps baissé la tête devant la défense des Spurs, le King est redevenu King. Suffisamment pour finir la rencontre avec des stats de mammouth (32 points, 11 passes, 10 rebonds) et, avec l'aide de Ray Allen et Chris Bosh dans la dernière ligne droite, offrir au Heat un 7e match dans ces finales NBA. Vainqueur après prolongation d'une rencontre épique (103-100), Miami revient à 3-3. À domicile, James et ses partenaires disputeront aux Spurs un match à mort dans la nuit de jeudi à vendredi.

À 20 secondes de la fin du 4e quart-temps, la ligue s'apprêtait pourtant déjà à fêter un nouveau champion. L'American Airlines Arena avait déjà perdu quelques grappes de spectateurs, le trophée de champion prenait place au bord du terrain... Et pour cause, les Spurs menaient de cinq points après un airball de LeBron James. De l'autre côté du terrain, Tony Parker venait de réussir deux actions de grande classe pour redonner l'avantage aux Spurs, à commencer par un trois points sur la tête du King. Puis, en l'espace de 20 secondes, l'ailier du Heat a raté deux tirs à trois points, en a rentré un, a vu Ray Allen l'imiter dans l'exercice et Kawhi Leonard manquer un lancer-franc. 95-95 après 48 minutes de jeu, place à une prolongation favorable à Miami.

Les Tres Amigos du tout au rien

Longtemps, les Spurs eux-mêmes ont pourtant pu croire à un cinquième titre de champion en Floride. Comment aurait-il pu en être autrement alors que Tim Duncan a livré, l’espace d’une mi-temps, l’une des prestations les plus dantesques de sa carrière avec 25 points et 8 rebonds (30 et 17 au final) ? Hormis son lancer-franc raté, Kawhi Leonard s'est lui aussi montré époustouflant (22 pts, 11 rbds, 3 interceptions). Et pendant ce temps, LeBron James craquait, imité par ses Dos Amigos Chris Bosh et Dwyane Wade. Heureusement pour eux, Mario Chalmers tenait la barque, au point de finir deuxième meilleur marqueur du Heat (20 points à 4/5 à 3 points). Le King, ressuscité dans le 4e quart-temps (après la perte de son bandeau diront les superstitieux) comme son équipe, s'est accroché malgré une spirale terrible. Pour le Heat, mené de 12 points dans le 3e quart-temps, comme pour lui, ramené à ses échecs passés.

Pour autant, James n'a pas lâché. Pas plus que Chris Bosh, critiqué avant le match, longtemps malmené par Tim Duncan et finalement décisif. Décevant offensivement (10 points à 5/12), l’intérieur du Heat a fait la différence au courage. C’est lui qui, en captant un rebond offensif compliqué, a permis à Ray Allen de dégainer sur la tête de Tony Parker à 5 secondes du buzzer pour disputer la prolongation. C’est lui également qui a sorti deux contres cruciaux durant la prolongation sur TP, que l’on a cru décisif après un match très poussif, et Danny Green. Héros du match 5, l'arrière des Spurs s'est effondré à 1/7 au tir. Avec un peu plus de réussite, il pouvait mettre fin aux espoirs floridiens.

AFP

0
0