Getty Images

La fin d'une époque : les Spurs sont en bout de course

La fin d'une époque : les Spurs sont en bout de course

Le 01/03/2018 à 07:35Mis à jour Le 01/03/2018 à 08:04

NBA – Battu pour la cinquième fois en six matches (défaite 116-121 contre New Orleans), San Antonio a en plus perdu LaMarcus Aldridge sur blessure. Cet effectif rafistolé va devoir batailler dur pour ne serait-ce que maintenir les Spurs dans la course aux playoffs.

Le match : New Orleans met la pression sur San Antonio

Depuis 1997, année marquée par les grands débuts de Tim Duncan en NBA, les San Antonio Spurs ont dépassé le plateau des 60% de victoires. Saison après saison. Depuis 1999, année marquée par leur premier titre, les Texans ont toujours dépassé la barre des 50 succès. Campagne après campagne. La culture de l’excellence. Vingt ans au plus haut niveau du plus haut niveau. A force de s’adapter, de se renouveler et de gagner, encore et encore, les éperons de Gregg Popovich ont construit dans les têtes un mythe : ils ont donné l’impression que leur domination, même sans forcément aller au bout à chaque fois, ne prendrait jamais fin. Comme s’il faudrait toujours compter sur eux.

Bien que finalistes de Conférence l’an passé, les Spurs n’étaient pas vraiment favoris pour le titre cette saison. Ils ont été inclus dans cette liste par une majorité d’analystes et de passionnés mais finalement uniquement pour les raisons citées ci-dessus. Même avec Kawhi Leonard (blessé, il n’a joué que neuf matches depuis le coup d’envoi en octobre), cet effectif n’est pas taillé pour le sacre. Parce que Golden State est bien trop au-dessus. Parce que Houston a pris une dimension incroyable. Parce que la Conférence Ouest s’est encore une fois renforcée. Mais alors sans Leonard, c’est déjà un miracle que Popovich ait su mener son groupe à la quatrième place de la Conférence Ouest (36 victoires, 26 défaites).

Mais la fin de saison s’annonce longue, douloureuse et stressante pour la franchise. Battus par les Pelicans d’Anthony Davis (116-121), les Spurs ont surtout perdu LaMarcus Aldridge. L’intérieur All-Star s’est blessée à la cheville en cours de rencontre. New Orleans en a profité pour effacer un déficit de 15 points et l’emporter. C’est d’ailleurs la septième victoire de suite pour Davis (26 pts, 15 rbds) et ses camarades. Pour San Antonio, les temps sont durs. Ils sont sur la courbe inverse. Ils ont désormais encaissé cinq défaites au cours de leurs six dernières sorties. Sans Aldridge et dans l’attente d'un Leonard probablement rouillé, l’organisation se trouve dans une position très délicate.

Parce que derrière, ça pousse vraiment fort. Aujourd’hui, il n’est pas complètement improbable d’imaginer des playoffs sans les Spurs. Ils sont certes quatrièmes mais avec seulement trois victoires de plus que Denver, neuvième. Sans Aldridge, l’effectif n’est pas aussi séduisant que celui des Nuggets, des Clippers, du Thunder, des Blazers ou des Timberwolves. Il ne faut évidemment pas les enterrer. Popovich sait toujours trouver des solutions pour tirer le meilleur profit de son groupe. Mais cette saison marque peut-être un tournant dans l’histoire des Spurs. Et aussi dans le regard que les fans portent à cette franchise mythique.

Le joueur : Kyrie Irving a encore fait des siennes

Boston va beaucoup mieux et Kyrie Irving y est pour beaucoup. Le meneur All-Star des Celtics est absolument inarrêtable en ce moment. Les Hornets, qui restaient quand même sur cinq victoires de suite, l’ont appris à leurs dépends. Ils ont subi les foudres de la superstar. Irving a donc inscrit 34 points à 13/18 aux tirs pour mener son équipe à un quatrième succès de rang. Avec dans le lot quelques paniers d’exception, comme à son habitude.

La série : 14 victoires de suite pour les Rockets !

Plus personne n’arrête Houston. Cest à se demander si James Harden (25 pts, 7 pds et une action d’anthologie face au pauvre Wesley Johnson) et les siens vont perdre un match d’ici les playoffs. Les Texans se sont baladés contre les Clippers (105-92). Ils disposent plus que jamais du meilleur bilan NBA. Et Harden est le grandissime favori pour le MVP.

Le choc des losers : Phoenix met fin à une série de 10 défaites

Les Suns et les Grizzlies ont exactement le même objectif sur cette fin de saison : perdre le plus de matches possibles pour maximiser leurs chances d’obtenir le premier choix de la draft. Les deux équipes restaient sur dix revers de rang avant de s’affronter. Waouh. Un vrai duel de cancres dont Phoenix est sorti vainqueur grâce aux 34 points de Devin Booker, bien épaulé par le rookie Josh Jackson (29 pts, record en carrière). Memphis peut toujours se rassurer en se disant que la franchise a désormais un moins bon bilan que celui de son adversaire du soir…

Les Français : Ils ont tous perdu !

Grand compétiteur qu’il est, Evan Fournier doit vraiment avoir du mal à digérer les défaites qui s’accumulent les unes après les autres cette saison. Mais le Français du Magic continue de se battre chaque soir. Il était encore le meilleur marqueur des siens (17 pts) lors du revers d’Orlando contre Toronto. Les Floridiens ont désormais le plus mauvais bilan NBA. Nicolas Batum a lui continué sa belle série à la passe. Il en a distribué dix contre Boston. En revanche, les Hornets, qui restaient sur cinq succès de suite, se sont inclinés. 4 points et 3 rebonds pour Ian Mahinmi, lui aussi battu avec Washington contre Golden State. Joffrey Lauvergne (14 pts, 7 rbds) et Tony Parker (10 pds) ont bien contribué en sortie de banc mais San Antonio a concédé la défaite contre New Orleans.

L’humiliation : James Harden affiche Wesley Johnson

Wesley Johnson peut maintenant sortir par la petite porte, baisser la tête et mettre un terme à sa carrière. Quelle violence.

Tous les scores

Pistons – Bucks : 110-87
Magic – Raptors : 104-117
Celtics – Hornets : 134-106
Hawks – Pacers : 107-102
Grizzlies – Suns : 102-110
Wizards – Warriors : 101-109
Spurs – Pelicans : 121-116
Mavericks – Thunder : 110-111
Clippers – Rockets : 92-105

0
0