Getty Images

Parker, les chiffres d'une carrière XXL qui l'envoient droit au Hall of Fame

Parker, les chiffres d'une carrière XXL qui l'envoient droit au Hall of Fame

Le 10/06/2019 à 22:02Mis à jour Le 10/06/2019 à 22:44

NBA - Tony Parker a décidé de prendre sa retraite, à 37 ans. Il l’a annoncé lundi. Le Français, vainqueur de quatre titres avec les San Antonio Spurs, est assuré d’entrer au Hall of Fame avec les plus grands du jeu. Voici pourquoi.

1

Le premier. A jamais. Tony Parker fut élu Most Valuable Player des Finales NBA en 2007, année où San Antonio balaya les Cleveland Cavaliers du jeune LeBron James (4-0). Avec 24,5 points, 5 rebonds et 3,3 passes de moyenne, il fit la pluie et le beau temps sur ce mois de juin 2007. Aucun Européen n'avait été encore distingué par cette récompense individuelle. Depuis, seul Dirk Nowitzki a imité TP (2011).

Manu Ginobili #20, Tim Duncan #21, head coach Gregg Popovich and Finals MVP Tony Parker #9 of the San Antonio Spurs pose for a photo with the Larry O'Brien Championship trophy after they won the 2007 NBA Championship with their 83-82 win against the Cleve

Manu Ginobili #20, Tim Duncan #21, head coach Gregg Popovich and Finals MVP Tony Parker #9 of the San Antonio Spurs pose for a photo with the Larry O'Brien Championship trophy after they won the 2007 NBA Championship with their 83-82 win against the CleveGetty Images

3

Les Français font partie du décor aujourd'hui en NBA. Mais si tel est le cas, c'est un peu (beaucoup) grâce à Tony Parker. A ses premiers pas sur un parquet US, ils n'étaient que deux à l'avoir devancé : Tariq Abdul-Wahad et Jérôme Moïso. Leur passage dans la grande ligue n'a pas laissé des souvenirs impérissables. Celui de Parker, troisième sur la liste, a ouvert grand les portes aux jeunes Français rêvant de l'imiter. Il est l’exemple.

4

Comme le nombre de titres qu'il a remportés en NBA, avec les San Antonio Spurs. En 2003, 2005, 2007 et 2014. Les Spurs n'ont jamais réussi de back to back mais ils resteront la dynastie dominante des années 2000, avec les Los Angeles Lakers. Tony Parker, Manu Ginobili et Tim Duncan sont évidemment les trois seuls joueurs à les avoir tous glanés avec la franchise texane.

Tony Parker, Manu Ginobili et Tim Duncan (San Antonio)

Tony Parker, Manu Ginobili et Tim Duncan (San Antonio)AFP

5

C'est le nombre de matches qu'il lui a fallu pour prendre place dans le cinq majeur des San Antonio Spurs. Appelé à évoluer dans l'ombre d'Antonio Daniels lors de sa première saison, le jeune Tony Parker a pris les rênes des Spurs à 19 ans pour ne plus jamais les lâcher. Un record de précocité à l'époque pour un meneur de jeu. La première fois qu'il l'avait vu, Gregg Popovich l'avait trouvé un peu tendre. La seconde fois fut la bonne. Et le reste est gravé dans l'histoire.

5 (bis)

Sa meilleure place au classement du Most Valuable Player. C'était en 2012 et San Antonio avait dominé la Conférence Ouest durant la saison régulière. Ses stats ? 18,3 points et 7,7 passes. Dans sa prestigieuse carrière, le Français aura également été retenu trois fois dans la deuxième équipe NBA de la saison (de 2012 à 2014), une fois dans la troisième (2009).

6

Tony Parker n'a jamais été choisi par les fans pour intégrer le 5 majeur de l'Ouest lors du All Star Game. Sa base de supporters nationaux n'étant pas aussi large que celle dont a pu bénéficier un Yao Ming durant sa carrière, TP a dû compter sur les coachs qui l'ont envoyé à six reprises au match des étoiles. Comme Pau Gasol. Un seul Européen a été plus assidu au All Star Game : Dirk Nowitzki (14 sélections).

All Star Game 2013 Tony Parker Kyrie Irving

All Star Game 2013 Tony Parker Kyrie Irving AFP

9

Le numéro éternel de TP. Celui qui sera bientôt retiré par les San Antonio Spurs et trônera à côté de ceux de ses compères Tim Duncan et Manu Ginobili sous le plafond du AT&T Center. Parker avait choisi le 9 en hommage à son regretté parrain Jean-Pierre Staelens. Le 9, ce fut aussi le numéro que Michael Jordan portait avec le Team USA à Barcelone en 1992 et aux Jeux de LA en 1984. Jordan, c'est l'exemple et celui qui a donné envie au jeune Parker de vivre son rêve américain. Et son dernier boss, à Charlotte. Une manière de boucler la boucle.

17

Tony Parker a conclu sa carrière sous le maillot des Charlotte Hornets. Et sans disputer les playoffs, une dernière fois. Avant ça, en dix-sept années de carrière, il n'avait pas raté une seule fois la post-saison. Il est le 6e basketteur de l'histoire en terme de matches disputés en playoffs (226).

28

La place à laquelle les Spurs sont allés le chercher lors de la draft 2001. Soit à la toute fin du premier tour. Pas loin d'être l'un des meilleurs "steals" de l'histoire de la NBA. Avec Manu GInobili, choisi au 57e pick deux ans plus tôt.

55

Son record de points inscrits en NBA. Le 5 novembre 2008 à Minneapolis, les Spurs s'imposent face aux Timberwolves après double prolongation et avec un super Tony Parker : 55 points, 10 passes et 7 rebonds. A l'époque, la folie des triples doubles et du basket joué à toute berzingue n'a pas contaminé toute la ligue. Sa ligne de stats est donc loin d'être banalisée puisqu'il est à l'époque seulement le quatrième joueur à avoir réussi un 50-10, avec Michael Jordan, Oscar Robterson et LeBron James.

701

Duncan + Parker + Ginobili = 701 victoires. Le trio magique des Spurs est le plus victorieux de l'histoire de la NBA. 575 succès en saison régulière et 126 en playoffs. C'est évidemment exceptionnel et surtout unique. Mieux que la triplette mythique de Boston, composée de Larry Bird, Kevin McHale et Robert Parish.

2013

Une année, celle de l'accomplissement derrière lequel courait Tony Parker avec les Bleus. L'équipe de France, c'est l'autre histoire d'amour du meneur. Champion d'Europe et MVP de la compétition, l’un de ses plus belles émotions.

19473

Le nombre de points marqués dans sa carrière. Il manque une saison à TP pour passer la barre des 20000 unités. Il est, à ce jour, le 49e meilleur scoreur de l'histoire. Et le 17e meilleur passeur (7036 passes). Mais, plus impressionnant, le Français est le 9e meilleur scoreur de l'histoire des playoffs. Le devancent : LeBron, Jordan, Abdul-Jabbar, Bryant, O'Neal, Duncan, Malone et West. Excusez du peu.

165 843 436

La NBA est un business et la réussite d'un joueur se mesure aussi aux contrats qu'il a signés durant sa carrière. En cumulé, Tony Parker aura gagné plus de 165 millions de dollars en 18 ans, selon les estimations des medias US. Là aussi, ce fut un succès.

Pariez sur le Basketball avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0