Getty Images

C'était du très grand Derrick Rose : 50 points et la meilleure performance de sa carrière !

C'était du très grand D-Rose : 50 points et un record en carrière !

Le 01/11/2018 à 07:52Mis à jour Le 01/11/2018 à 12:11

NBA - Une nuit pleine d'émotions sur les parquets US avec la performance phénoménale de Derrick Rose, auteur du plus grand match de sa carrière. L'ancien MVP a inscrit 50 points avant de lâcher quelques larmes au micro d'une journaliste. Un grand et beau moment.

Le joueur : Derrick Rose bat son record en carrière (50 points)

C’est la plus belle image de la soirée, de la semaine, mais aussi certainement l’un des moments marquants de l’année. Derrick Rose, ému jusqu’aux larmes après avoir marqué 50 points, son record personnel, lors de la victoire des Timberwolves contre le Jazz (128-125). Il faut dire qu’il revient de tellement loin. La carrière de l’un des basketteurs les plus doués de sa génération s’apparente à de véritables montagnes russes. Il est d’abord monté tout en haut. Trop haut, trop vite. Pour redescendre tout en bas. Tellement bas qu’il était même donné perdu pour la NBA. Et c’est après être passé tout près de tout abandonner que Rose entame une nouvelle ascension miraculeuse, à un moment où plus personne ne l’attendait.

Il faut connaître son histoire pour comprendre à quel point ce match à 50 points est lourd de sens. D’abord pour lui, évidemment, mais aussi pour tous ceux qui ont suivi les différentes étapes de son parcours atypique. Arrivé en NBA avec le statut de premier choix de draft, le prodige s’est retrouvé aux Chicago Bulls, la franchise mythique de sa ville natale. Et avec donc l’énorme pression que ça implique. Pour le peuple de l’Illinois, il était le phénomène local qui allait ramener l’organisation, alors risée de la ligue depuis la retraite de Michael Jordan, aux sommets. Le plus fort, c’est qu’il l’a (presque) fait. Star précoce, très précoce, le baptisé D-Rose est devenu le plus jeune MVP de tous les temps après une saison fantastique en 2011. Les Bulls ont disputé les finales de Conférence pour la première fois depuis MJ la même année. Il avait alors 22 ans. Ça reste jusqu’à aujourd’hui l’apogée de sa carrière.

Derrick Rose, Chicago Bulls - 2015

Derrick Rose, Chicago Bulls - 2015Panoramic

Parce que la chute n’en fut que plus vertigineuse. Sujet aux blessures à répétitions, le meneur ultra athlétique et casse-cou s’est littéralement détruit les genoux au point de jouer seulement 49 matches en trois ans avec une saison blanche au milieu. Une longue période de doutes et de lutte contre lui-même. Avec l’attente de plus en plus pressante de son public, qui espérait revoir un jour le basketteur explosif qui pénétrait les défenses soir après soir. Il n’était évidemment plus le même. Atteint physiquement mais surtout mentalement. Il s’est mis à dériver. Il a même hésité à mettre un terme à sa carrière, à 29 ans.

Finalement arrivé sur la pointe des pieds à Minnesota, dans le sillage de Tom Thibodeau, son ancien mentor aux Bulls, Rose a eu raison d'insister. C’est justement au moment où plus personne n’espérait le revoir au niveau incroyable qui était le sien que le meneur reprend du poil de la bête. Il était très bon depuis le coup d’envoi du nouvel exercice. Il a été étincelant cette nuit. Plus que jamais. Maillot vintage sur le dos, comme un symbole, il a battu son record en carrière en inscrivant donc 50 points. Avec plusieurs paniers très importants comme ce trois-points pour égaliser à 119 partout. Il a ensuite donné la gagne à son équipe en marquant près du cercle à 30 secondes de la sirène avant de convertir deux autres lancers. 50 pions tous ronds. Mais 50 qui valent tellement plus. Maintenant âgé de 30 ans, Derrick Rose semble enfin avoir fait la paix avec lui-même. Et c’est ça, la plus belle victoire de sa vie.

Le match : Cette fois, LeBron a fait gagner les Lakers

Incapable de mettre ses lancers décisifs lors d’un match contre les Spurs plus tôt cette saison, LeBron James s’est rattrapé en achevant les Mavericks sur la ligne réparatrice cette nuit. Les Lakers ont ainsi décroché une précieuse victoire sur le fil (114-113) avec un ultime lancer du King, qui avait tout de même manqué sa première tentative. Ce succès était fortement attendu après deux revers consécutifs des Angelinos.

James (29 pts, 5 rbds, 6 pds) et ses coéquipiers ont mené toute la partie mais ils ont été rejoints dans les trois dernières minutes. Le rookie Luka Doncic (14 pts) a égalisé à 113 partout avant que la superstar des Lakers se retrouve sur la ligne des lancers. JaVale McGee, excellent depuis le début de la saison, a posté 16 points et 15 rebonds. Kyle Kuzma a ajouté 18 points. Los Angeles a ainsi gagné pour la troisième fois en huit rencontres.

Le carton : Curry plante 37 points

Le retour d’Anthony Davis n’a pas pu empêcher New Orleans de perdre un troisième match de suite. Les Pelicans se sont inclinés pour la première fois en la présence de leur intérieur All-Star, eux qui avaient gagné leurs quatre rencontres en ouverture de la saison. Mais ils sont tombés sur un sacré loustic. Stephen Curry avait la main chaude et les Warriors en ont profité pour décrocher leur huitième victoire en neuf sorties (131-121). Le double-MVP a donc planté 37 points à 12/20 aux tirs et 7/11 à trois-points.

Les Français : Première titularisation pour Okobo

Excellent (18 pts) lors du dernier match, Elie Okobo a gagné sa place dans le cinq majeur des Suns. Il n’a pas été mauvais pour sa première – 8 pts, 4 rbds et 5 pds – mais les Suns ont perdu contre les Spurs (90-120). Rudy Gobert s’est aussi incliné avec le Jazz en postant un double-double : 23 pts et 13 rbds. Défaite également pour Frank Ntilikina, discret avec les Knicks (4 pts, 7 pds).

Tous les scores

Nets – Pistons : 120-119
Timberwolves – Jazz : 128-125
Bulls – Nuggets : 107-108
Knicks – Pacers : 101-107
Lakers – Mavericks : 114-113
Warriors – Pelicans : 131-121
Suns – Spurs : 90-120

0
0