Getty Images

Festival au MSG, récital en finale, exploit d'un champion : les 10 chefs-d'oeuvre de LeBron

Festival au MSG, récital en finale, exploit d'un champion : les 10 chefs-d'oeuvre de LeBron

Le 19/03/2020 à 11:38Mis à jour Le 19/03/2020 à 21:56

Figure emblématique de son époque, superstar NBA depuis plus de quinze ans, LeBron James a multiplié les performances d’exception tout au long de sa riche carrière. Retour sur les dix plus marquantes.

10. Son record en carrière, 61 points contre Charlotte

3 mars 2014, Heat – Bobcats : 124-107

La ligne de statistiques : 61 points, 22 sur 33 aux tirs, 8 sur 10 à trois-points, 7 rebonds et 5 passes en 41 minutes.

Jusqu’à aujourd’hui, LeBron James n’a jamais marqué plus de points sur un match que les 61 unités passées aux Bobcats en mars 2014. Et c’est pourtant "seulement" la dixième performance de notre classement. Parce que même s’il a marché sur l’eau ce soir-là, le contexte n’offre pas une saveur particulière à la prestation parfaite du King. Miami affrontait une équipe mollassonne de Charlotte. Le plus marquant, finalement, c’est sa réussite à trois-points sur cette rencontre. Huit paniers primés en dix tentatives, à une époque où il était encore considéré comme un joueur irrégulier à plus de sept mètres.

9. Un festival au Madison Square Garden

6 février 2009, Knicks – Cavaliers : 102-107

La ligne de statistiques : 52 points, 17 sur 33 aux tirs, 16 sur 19 aux lancers-francs, 9 rebonds et 11 passes en 44 minutes.

New York, la Mecque du basketball. Et son Madison Square Garden, une enceinte mythique où les grands joueurs aiment laisser leur trace. Presque un rituel obligatoire pour être validé parmi les seigneurs de la balle orange. LeBron James n’y a donc pas échappé. Déjà auteur de 50 pions la saison précédente, il a passé une nouvelle fois la barre des 50 (52) pour devenir le deuxième joueur de l’Histoire – avec Michael Jordan (comme une évidence) – à réussir pareil exploit dans la grosse pomme. Une performance qui a conforté son trophée de MVP, le premier de sa carrière, dès le mois de février. Pour la petite anecdote, Kobe Bryant avait battu le record de points inscrits dans la salle avec 61 points marqués aux Knicks deux jours avant les 52 points de James.

8. 56 points, à 20 ans

21 mars 2005, Raptors – Cavaliers : 105-98

La ligne de statistiques : 56 points, 18 sur 36 aux tirs, 6 sur 12 à trois-points, 10 rebonds et 5 passes en 48 minutes.

LeBron James ne s’est jamais revendiqué comme un scoreur pur. Lui préfère se définir comme un créateur, comme une superstar altruiste qui cherche d’abord à servir ses coéquipiers (il était d’ailleurs en course pour finir meilleur passeur de la ligue avant la suspension de la saison 19-20). Mais ça ne l’a pas empêché de s’affirmer comme une machine à marquer des points. Même très tôt. Ainsi, à 20 ans, le natif d’Akron était devenu le plus jeune joueur à franchir le seul des 50 points sur un match. 56, précisément, contre des Raptors débordés… mais tout de même vainqueurs.

LeBron James lors de Cleveland - Brooklyn en NBA le 25 mars 2018

LeBron James lors de Cleveland - Brooklyn en NBA le 25 mars 2018Getty Images

7. 57 points, à 32 ans

4 novembre 2017, Wizards – Cavaliers : 122-130

La ligne de statistiques : 57 points, 23 sur 34 aux tirs, 9 sur 9 aux lancers-francs, 11 rebonds et 7 passes en 43 minutes.

Le plus impressionnant avec James, c’est sa longévité. Il est arrivé en NBA à 18 ans, juste après le lycée, avec une énorme pression sur les épaules. Malgré ça, il a répondu aux attentes gigantesques. Et malgré les nombreux matches disputés années après années, il n’a cessé de se maintenir au sommet… et même de progresser. Et c’est au moment où certains émettaient l’idée qu’il avait perdu de sa splendeur que le quadruple MVP a planté 57 points aux Wizards quelques jours après le coup d’envoi de la saison 2017-2018, un mois avant de fêter ses 33 bougies. Battant au passage le record de points sur un match pour un joueur des Cavaliers.

6. Un moment "LJ"

Finales 2013, Game 7, Heat – Spurs : 103-100

La ligne de statistiques : 32 points, 11 sur 26 aux tirs, 9 sur 12 aux lancers-francs, 10 rebonds et 11 passes en 50 minutes.

LeBron James était à son apogée en 2013. Il est resté très fort depuis mais il n’a sans doute jamais été aussi fort que cette saison-là. Au sommet de son art. Physiquement, techniquement. Un virtuose. Mais un joueur d’exception avec une seule bague à son actif, décrochée un an plus tôt après avoir vaincu les jeunes Durant, Westbrook et Harden lors d’une finale peu engagée contre le Thunder. La série contre les Spurs, un an après, était bien plus disputée. Et c’est au bout d’une septième manche épique que Miami et San Antonio se sont départagés. Gregg Popovich pensait avoir la solution pour ralentir le MVP adverse : lui coller Kawhi Leonard dans les basques et le forcer à prendre des tirs extérieurs. Le seul "point faible" décelé chez LBJ à ce moment-là. Et c’est donc avec un récital de tirs à mi-distance, qui rappelaient évidemment ceux de son glorieux modèle Michael Jordan, que la superstar du Heat a finalement fait plier Tim Duncan, Tony Parker, Manu Ginobili et compagnie après prolongation. Avec même un dernier panier, pour la gagne, en tête de raquette. "Un moment LJ", comme il disait après coup. Un moment historique.

5. Le Game 1 des finales 2018, un récital… gâché

Finales 2018, Game 1, Warriors – Cavaliers : 124-114

La ligne de statistiques : 51 points, 19 sur 32 aux tirs, 10 sur 11 aux lancers-francs, 8 rebonds et 8 passes en 48 minutes.

Cette performance aurait dû rester dans les mémoires comme un accomplissement brillant. Voire extraordinaire. Avec une équipe vieillissante et usée à ses côtés, James s’est démené comme un lion pour faire tomber l’armada la plus impressionnante de tous les temps : les Warriors de Kevin Durant, Stephen Curry, Klay Thompson et Draymond Green. Et il est vraiment passé tout près d’y arriver lors du Game 1 des finales 2018. Mais sa prestation est entachée d’une défaite après prolongation et surtout d’une bourde légendaire de J.R. Smith. Ce dernier a capté un rebond offensif à moins de 5 secondes de la sirène, alors qu’il était proche du cercle. Les deux équipes étaient alors à égalité. Mais plutôt que de tirer, Smith a préféré reculer, en pensant que les Cavaliers menaient au score. Une erreur terrible qui a sans doute coûté la victoire à la franchise de l’Ohio, finalement balayée en quatre manches sèches.

4. Le titre le plus fou de l’Histoire

Finales 2016, Game 7, Warriors – Cavaliers : 89-93

La ligne de statistiques : 27 points, 9 sur 24 aux tirs, 8 sur 10 aux lancers-francs, 11 rebonds et 11 passes en 47 minutes.

Jamais une équipe n’avait remonté un déficit de 3 manches à 1 lors des finales NBA. Les Cavaliers l’ont fait, venant finalement à bout des Warriors pourtant vainqueurs de 73 matches – un record absolu – en 2013. Avec une performance ahurissante de LeBron James lors de l’ultime duel de la série. 27 points, 11 rebonds et 11 passes. Un triple-double. 2 interceptions. 3 blocks. Dont THE Block. Celui sur Andre Iguodala, pour maintenir en vie son équipe dans les derniers instants. L’action la plus décisive de sa carrière, qui a ensuite mené un peu plus tard au panier assassin de Kyrie Irving. En pleurs, James a pu savourer. Il a tenu sa promesse. Il est venu à Cleveland en jurant de ramener un sacre à l’Ohio, état vierge de trophée depuis plus d’un demi-siècle. Mission accomplie. Et de quelle manière !

3. Dos au mur, l’exploit d’un champion

Finales 2016, Game 5, Warriors – Cavaliers : 97-112

La ligne de statistiques : 41 points, 16 sur 30 aux tirs, 4 sur 8 à trois-points, 16 rebonds et 7 passes en 43 minutes.

L’orgueil des plus grands. Dos au mur, dominé par l’une des meilleures équipes de tous les temps, hué à chaque fois qu’il touchait la balle, LeBron James a puisé dans ses réserves pour délivrer l’une des performances les plus complètes de sa carrière dans une situation extrêmement difficile. Ses Cavaliers étaient menés 1-3 et ils n’avaient plus le droit à l’erreur. En cas de défaite, le King aurait perdu sa troisième finale de suite et aurait pu définitivement dire adieu à son rêve de devenir un jour le G.O.A.T. Alors qu’à l’inverse, c’est sa prestation, et celle de Kyrie Irving, également auteur de 41 points, qui a ramené Cleveland dans la course. La dynamique a changé après ce match. Les Warriors se sont mis à douter. Vous connaissez la suite.

2. LeBron James, "Mr. Clutch"

Finales de Conférence 2007, Game 5, Pistons – Cavaliers : 107-109

La ligne de statistiques : 48 points, 18 sur 33 aux tirs, 10 sur 14 aux lancers-francs, 9 rebonds et 7 passes en 50 minutes.

LeBron James a souvent souffert des comparaisons avec Michael Jordan et même Kobe Bryant. Ses détracteurs lui reprochaient notamment de ne pas avoir le côté "assassin" de ses prédécesseurs. Jusqu’au jour où le jeune prodige a fait tomber les terribles Pistons à lui tout seul, ou presque. Déjà lassé de se faire sortir avant les finales, il a terrassé Detroit lors d’un Game 5 décisif alors que les deux équipes étaient à égalité deux manches partout. 48 points, certes, mais surtout 29 des 30 derniers pions de Cleveland, dont 25 de suite, avec le layup pour la gagne en prolongation. Magistral. Dans la foulée, les Cavaliers valideront leur ticket pour leurs premières finales en gagnant le Game 6… avant de se faire balayer par les Spurs.

1. Le chef d’œuvre contre Boston

Finales de Conférence 2012, Game 6, Celtics – Heat : 79-98

La ligne de statistiques : 45 points, 19 sur 26 aux tirs, 2 sur 4 à trois-points, 15 rebonds et 5 passes en 45 minutes.

Imaginez l’armada montée par le Heat à l’été 2010. LeBron James. Dwyane Wade. Chris Bosh. Tous ensembles. Un séisme dans le paysage NBA. Une équipe scrutée de tous. Jugée invincible. Et pourtant battue lors des finales 2011. Une formation qui n’avait déjà presque plus le droit à l’erreur, surtout après que les trois superstars aient promis de nombreux titres à leur public. Puis, un an plus tard, les Floridiens étaient encore en position de sortir prématurément. Finales de Conférence 2012, Game 6. Boston mène Miami trois manches à deux. Le TD Garden est bouillant. Les Celtics attendant un retour en finales. Mais c’était sans compter sur un James déterminé. Concentré. Appliqué. 45 points, quasiment sans fioritures. 19 sur 26 aux tirs. Avec 15 rebonds et 5 passes en prime, pour une victoire de mammouth du Heat. LeBron et ses partenaires ont ensuite récidivé pour décrocher leur premier titre en venant à bout du Thunder en finale.

Pariez sur le Basketball avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313