Basketball
NBA

La NBA repart, avec des cartes rebattues ?

Partager avec
Copier
Partager cet article

LeBron James and Giannis Antetokounmpo

Crédit: Getty Images

ParGlenn Ceillier
29/07/2020 à 21:57 | Mis à jour 30/07/2020 à 06:34
@GlennCeillier

NBA – Après une longue pause, la NBA reprend ce jeudi chez Disney World pour une fin de saison atypique. Si les trois favoris espèrent conserver leurs ambitions dans le sillage de LeBron James aux Lakers, de Giannis Antetokounmpo aux Bucks ou de Kawhi Leonard aux Clippers, la donne a forcément changé. De quoi tout bouleverser ?

Près de cinq mois après, c'est reparti pour un tour. Avec de multiples zones d'ombre à lever. La NBA, qui s'est arrêtée le 11 mars dernier, a trouvé le moyen de relancer ce jeudi son exercice pour tenter d'aller au bout de cette saison. Le contexte est inédit suite à la décision de mettre les joueurs dans une bulle à Disney World pour faire face à la pandémie du Covid-19, qui sévit toujours aux Etats-Unis. Sans public, les 22 équipes conviées (ndlr : seuls les 8 premiers de chaque conférence et les formations à six victoires de la 8e place ont été invités) vont finir la saison régulière en disputant huit matches chacune avant de disputer les playoffs dans le format habituel jusqu'au 12 octobre au plus tard.

Cette adaptation hors norme, qui semble lunaire sur le papier, intrigue. Et les questions sont légion. Quel sera le niveau affiché par les différents protagonistes ? Quel goût aura ce sacre qui sera évidemment accompagné d'un astérisque dans les livres d'histoire ? Il faudra attendre de longues semaines pour en savoir plus et se faire vraiment une idée sur les réponses à apporter. Mais avant le premier entre-deux de cette reprise, la vraie question est sûrement celle-là : cette longue pause a-t-elle pu rebattre les cartes ?

NBA

Salles, calendrier, formule : tout comprendre avant la reprise à Orlando

29/07/2020 À 14:37

MVP, rookie, coach de l’année... voici nos trophées de la saison

00:02:13

Quid des prétendants d'avant coupure ? Milwaukee serein, les Clippers attendus

Avant la coupure, trois équipes sortaient du lot et semblaient les plus armées pour aller chercher le trophée Larry O'Brien : les Milwaukee Bucks de l'impressionnant Giannis Antetokounmpo et les deux formations de Los Angeles, les Lakers et les Clippers. La pause a-t-elle changé la donne pour ces prétendants ? A Milwaukee qui dispose du meilleur bilan de la Ligue (53 victoires – 12 défaites) et rêve de son premier titre NBA depuis 1971, il n'y a pas de petits voyants rouges d'allumer. Jamais aussi fort que cette saison, Antetokounmpo a pu se reposer, se ressourcer et ses Bucks semblent toujours aussi complets dans son sillage.

Pour les Clippers, Kawhi Leonard et Paul George ont pu soigner leurs corps, qui ne les laissent pas toujours tranquilles. C'est forcément bienvenu avant ce sprint final atypique. Les Clippers ont en plus récupéré Marcus Morris, Reggie Jackson et… Joakim Noah pour densifier encore un peu plus un effectif déjà riche. Leur banc, qui était déjà l'un des meilleurs de la NBA grâce à l'impact de Lou Williams et Montrezl Harrell, fait saliver. Mais ces deux derniers, tout comme Patrick Beverley, ont dû quitter la bulle pour raisons personnelles à différents moments.

Giannis Antetokounmpo #34 of the Milwaukee Bucks is defended by Patrick Beverley #21, Kawhi Leonard #2, Montrezl Harrell #5 and Jerome Robinson #1 of the Los Angeles Clippers

Crédit: Getty Images

LeBron en mission, mais les Lakers ont des pépins

Harrell manquera même la reprise tout comme Lou-Will. De quoi se demander si l'alchimie de l'équipe ne va pas poser problème alors que le temps presse. "Je ne pense pas que cela nous pénalise, a minimisé Doc Rivers, le coach des Clippers. Ce n'est évidemment jamais sain pour un groupe, surtout composé de tant de nouveaux joueurs, mais justement, je dois dire qu'ils continuent de m'impressionner par leur capacité à trouver un moyen de bien jouer en équipe, malgré le manque de minutes passées ensemble."

Et les Lakers dans tout cela ? L'entente entre LeBron James et Anthony Davis a fait rêver les fans des Angelinos. Et avant la pause, c'était l'équipe en forme. Mais depuis, Avery Bradley a choisi de ne pas reprendre la saison pour protéger son fils qui a des antécédents de difficultés respiratoires. Et Rajon Rondo s'est blessé. L'ancien C's ne jouera pas en août et devrait même manquer au moins le premier tour des playoffs. Les renforts des sulfureux JR Smith et Dion Waiters, qui ont rejoint les Lakers tout comme Markieff Morris, vont-ils compenser ces absences pour permettre aux coéquipiers de LeBron James de continuer de rêver ? Le doute plane encore. Mais pour l'Elu, le temps est compté. "Rien n'est normal en 2020. Et qui sait si cela le redeviendra un jour? Mais on s'adapte tout au long du chemin. C'est ça la vie", a glissé King James, qui est en mission depuis la mort accidentelle fin janvier de la légende Kobe Bryant.

LeBron James et Anthony Davis

Crédit: Eurosport

Portland revient armé, à l'inverse des Nets et des Wizards

Derrière ce trio, il y a les outsiders, qui espèrent à l'inverse que les quatre mois et demi d'interruption auront un impact majeur. A l'est, Toronto, le surprenant champion en titre qui a su rester ambitieux malgré le départ de Leonard, mais aussi Miami, où Jimmy Butler guide une équipe de jeunes loups, ou encore Boston vont cependant avoir du pain sur la planche pour stopper Giannis et ses Bucks. C'est en fait à l'ouest que la situation est la plus intrigante.

Denver, qui a mis un improbable "tall ball" en place lors des matches de préparation, a notamment de sérieux arguments à avancer. Et il faudra surveiller de près les sorties de Houston, emmené par son duo infernal James Harden – Russell Westbrook, mais aussi celles du Thunder ou du Jazz de Rudy Gobert qui a cependant perdu un élément clef de son attaque avec la blessure de Bojan Bogdanovic (poignet). Sur le papier, les Lakers et les Clippers sont au-dessus. Mais est-ce encore le cas après cette pause et alors que les playoffs vont arriver très vite ?

En parlant de playoffs, ce sera évidemment le premier enjeu de cette reprise. Et si à l'est - où Orlando compte six victoires d'avance sur Washington - l'affaire est entendue sauf revirement de situation improbable, il va être intéressant de suivre les performances de Portland. Au coude à coude avec la Nouvelle Orléans et Sacramento, les Blazers comptent trois succès de moins que Memphis (8e). Mais ils reviennent renforcés par les retours de Jusuf Nurkic et Zach Collins. De quoi retrouver les parquets avec ambitions et le sourire. Contrairement aux Nets et aux Wizards. A Brooklyn où Kevin Durant n'a toujours pas repris, Kyrie Irving, Spencer Dinwiddie ou encore Wilson Chandler et DeAndre Jordan ne sont pas à Orlando avec la franchise new-yorkaise pour diverses raisons (blessures, choix personnels, Covid-19). Et à Washington, ce sont Bradley Beal et Davis Bertans, les artilleurs en chef qui manquent à l'appel. De quoi rebattre quelques cartes. Et cette fois, ça ne fait pas de doute.

NBA

Davis valide la première place des Lakers avec une performance de mammouth

IL Y A 7 HEURES
NBA

Budenholzer et Donovan entraîneurs de l'année selon leurs pairs

IL Y A 13 HEURES
Dans le même sujet
BasketballNBA
Partager avec
Copier
Partager cet article