Mais que va donc faire Giannis Antetokounmpo ?

La plus grande question de cette intersaison hivernale. Et donc logiquement la première, surtout que la décision du double-MVP va dicter la ligne de conduite de plusieurs franchises sur le marché. Un peu comme LeBron James ou Kevin Durant avant lui, Giannis Antetokounmpo se retrouve dans la peau du chef d’orchestre, observés de tous. Et pourtant, il n’est même pas (encore) libre ! Son contrat n’expire qu’en 2021. Mais les Bucks peuvent – et vont – lui proposer une extension d’un montant record, estimée à 221 millions de dollars sur cinq, dans les prochaines semaines. S’il l’accepte, il serait alors lié à la franchise du Wisconsin jusqu’en 2026. Fin des discussions, fin des rumeurs, sujet suivant.

NBA
Durant et Harden trop puissants pour les Bucks, les Warriors renversent les Lakers
19/01/2021 À 06:00

Mais s’il la refuse… serait-ce le signe qu’il souhaite changer d’horizon dans un an ? Les dirigeants de Milwaukee doivent-ils prendre le risque de le voir partir sans contrepartie à l’issue de la saison prochaine ou doivent-ils d’ores-et-déjà mettre sur pied un transfert pour récupérer de nombreux atours ? En réalité, le dilemme n’existe pas, si ce n’est dans un imaginaire fantasmagorique. Parce que même si Antetokounmpo venait à décliner la prolongation de son deal, les Bucks ne l’échangeront pas. Un MVP, ça ne se brade pas. Ça ne se lâche pas. La franchise aura alors encore un an pour le convaincre de rester. Il est trop talentueux pour être libéré. Ça vaut le coup de prendre le risque de le perdre ensuite.

De nombreuses organisations – le Heat, les Raptors, les Warriors ou les Mavericks par exemple – sont déjà à l’affût. Prêtes à intervenir à la moindre ouverture. Mais surtout prêtes à séduire le Grec s’il venait à devenir Free Agent en 2021. Et ça a une incidence sur leurs choix dès cette année. Parce qu’elles veilleront à garder de la masse salariale disponible. Et donc à ne pas signer des contrats longs ou trop juteux. Ça concerne notamment Toronto qui préférerait ne pas offrir plus de 80 millions sur quatre ans à Fred VanVleet, l’un de ses joueurs majeurs, pour s’assurer de pouvoir proposer le max à Giannis dans un an.

Giannis Antetokounmpo au dunk

Crédit: Getty Images

Quels sont les meilleurs joueurs disponibles sur le marché ?

Il faut comprendre que c’est une "petite Free Agency". Dans le sens où aucune vraie superstar n’est libre, à l’exception d’Anthony Davis. Mais personne n’est dupe. Il va rester aux Lakers. La seule question, c’est sous quel contrat. Probablement pour le montant maximum sur trois, quatre ou cinq saisons. Derrière, quelques très bons joueurs comme Fred VanVleet, Rajon Rondo, Evan Fournier, Danilo Gallinari, Goran Dragic ou Serge Ibaka. Mais aussi les vétérans Paul Millsap ou Marc Gasol. Les anciens All-Stars DeMar DeRozan, Gordon Hayward ou Andre Drummond peuvent eux se retrouver sur le marché en renonçant à leur dernière année de contrat, ce qui peut paraitre peu probable en raison du contexte économique.

Rajon Rondo lors de Los Angeles Lakers - Memphis Grizzlies en NBA le 23 novembre 2019

Crédit: Getty Images

Quelle direction pour Evan Fournier ?

Âgé de 27 ans, Evan Fournier arrive à un tournant dans sa carrière. Le voilà en position de négocier un nouveau contrat dans un contexte certes particulier – un Salary Cap revu à la baisse – mais en étant l’un des hommes forts du marché. Tout en sortant de sa plus belle saison sur le plan individuel avec 18,5 points inscrits en moyenne par match avec le Magic. Il peut surfer sur sa valeur montante pour dégotter un salaire supérieur aux 20 millions annuels. Notamment à Orlando. Sauf si le Français préfère rejoindre un candidat au titre. Et peut-être accepter un rôle moins important en attaque, voire une paie moins élevée. Mais la franchise floridienne est en progression, avec deux qualifications consécutives en playoffs. Pour deux sorties au premier tour. Le groupe reste sur la bonne voie et Fournier en est l’un des éléments indiscutables.

Evan Fournier (Orlando Magic)

Crédit: Getty Images

Quels joueurs pour renforcer les principaux candidats au titre ?

Ce ne sont pas forcément les mêmes que les meilleurs joueurs disponibles. Parce les Free Agents les plus cotés vont, par définition, réclamer plus d’argent alors que les franchises les plus ambitieuses n’ont pas toujours, voire très rarement, d’espace disponible sous le Cap. Il faut se montrer malin. Et séducteur. Convaincre des vétérans confirmés d’accepter le minimum, ou proche du minimum, en vendant la possibilité de décrocher une bague. Parce qu’il y a toujours des bonnes affaires à saisir.

Avec leur profil d’extérieur polyvalent, les frères Morris (et surtout Marcus) restent des options intéressantes pour des coaches qui souhaiteraient étoffer leur rotation sur les ailes. Un effectif ne compte jamais trop de joueurs capables de défendre et de tirer de loin. Spécialiste du tir extérieur, Joe Harris sera prisé par toutes les formations qui possèdent une ou plusieurs superstars capables de créer des espaces, et donc de ressortir la balle sur des snipers à trois-points. Jeff Teague et Matthew Dellavedova sont chacun des meneurs remplaçants intrigants dans leur registre.

Mais l’équipe qui décrochera le gros lot sera celle qui parvient à dénicher Bogdan Bogdanovic aux Kings. La franchise de Sacramento garde le droit de s’aligner sur toutes les offres faites à l’arrière serbe mais, en y mettant le prix, il est possible de le récupérer (peut-être même via un transfert après signature). Les Bucks seraient sur le coup. Et ce serait une recrue de choix pour aider Antetokounmpo à atteindre les finales NBA.

Bogdan Bogdanovic, Sacramento Kings

Crédit: Getty Images

Qui pour ramener les Golden State Warriors au sommet ?

Et bien… Stephen Curry et Klay Thompson. Leurs deux principales "recrues" après une saison quasiment blanche pour Curry et un an sans jouer pour Thompson. Les "Splash Brothers" partent en reconquête et il faudra compter sur eux. Ils ont désormais besoin d’un intérieur solide capable de freiner Anthony Davis en vue d’un éventuel affrontement avec les Lakers en playoffs. Le nom de Dwight Howard, fraîchement titré avec Los Angeles, reviendrait souvent dans la Bay. Il manque aussi un vrai deuxième stoppeur extérieur. Un Andre Iguodala en plus jeune. Par exemple Jae Crowder, même s’il est difficile de l’imaginer quitter le Heat. Ou peut-être un autre Free Agent des Lakers : Avery Bradley.

Dwight Howard #12 of the Los Angeles Lakers reacts after being fouled against the San Antonio Spurs during Game Two of the Western Conference Quarterfinals of the 2013 NBA Playoffs at AT&T Center on April 24, 2013 in San Antonio, Texas.

Crédit: Getty Images

Quelle décision pour les Los Angeles Clippers ?

Les Clippers ont beaucoup déçu cette saison – enfin, surtout dans la bulle Disney – mais ils pourraient très bien repartir exactement avec la même équipe et aller rafler la mise en 2021. C’est dire à quel point ils sont talentueux. Kawhi Leonard, Paul George et ses partenaires se sont troués alors qu’ils menaient 3-1 contre les Nuggets au second tour des playoffs. Ça n’arrivera sans doute pas deux fois… Pour se l’assurer, les dirigeants ont remplacé le coach Doc Rivers par son assistant Tyronn Lue. Bon. Pas sûr qu’ils y gagnent vraiment au change mais l’entraîneur veillera à ramener de la cohésion au sein d’un effectif marqué par quelques tensions.

Le traitement de faveur accordé à Leonard l’an dernier (jour de repos, droit de vivre à San Diego) ne plairait pas à tout le monde. Les vétérans Lou Williams, Montrezl Harrell et Patrick Beverley sont susceptibles de partir. Harrell est libre mais les deux autres sont sous contrat et peuvent faire office de monnaie d’échange dans le cadre d’un transfert. Pourquoi pas pour faire venir un meneur plus talentueux. Les Clippers vont donc devoir se demander s’ils décident de casser le groupe ou simplement de procéder à quelques ajustements. La deuxième option semble la plus pertinente.

Kawhi Leonard lors de Toronto - Los Angeles Clippers en NBA le 11 décembre 2019

Crédit: Getty Images

Carmelo Anthony va-t-il à nouveau se griller ?

Pendant plus d’un an, Carmelo Anthony, malgré son talent et malgré son pedigree, est resté sans club. Sans proposition. Parce que les franchises se montraient frileuses au sujet de l’attitude du futur Hall Of Famer. Pas son comportement. Mais plutôt le regard qu’il porte sur lui-même. Pour faire simple, "Melo" est un ancien All-Star qui peine à accepter son changement de statut. Sans oublier qu’il aime garder la balle et excelle à mi-distance à une époque où les coaches mettent en avant le tir à trois-points et le mouvement permanent.

Les Blazers ont fini par lui donner sa chance. Et ça a marché. Le vétéran s’est mis en retrait derrière Damian Lillard tout en essayant de contribuer du mieux qu’il pouvait (15 pts par match). Il en sort grandi, avec un blason redoré. Il aimerait justement en profiter… pour retrouver un rôle important. Avec de nombreuses minutes et des ballons en attaque. On voit mal qui peut lui proposer ça. Si, peut-être les Knicks, où il se verrait bien si Chris Paul débarque à New York.

Carmelo Anthony, Portland Trail Blazers,

Crédit: Getty Images

Quelles stars pourraient être transférées pendant l’intersaison ?

C’est la particularité de cette intersaison dans ce cadre spécial : il y a peu de stars libres mais, en revanche, plusieurs d’entre elles, ou du moins des joueurs perçus comme tels, sont susceptibles de changer de situation dans les prochaines semaines. De nombreux joueurs majeurs qui se retrouvent dans l’impasse avec leur franchise actuelle. Comme Victor Oladipo par exemple. Présenté comme le futur des Pacers il y a deux ans, il s’est fait griller sa place par Malcom Brogdon suite à ses blessures à répétition. Son nom circule du côté de Miami ou Milwaukee notamment, deux candidats aux finales.

La reconstruction imminente du Thunder – qui a changé de coach – relance la possibilité d’un transfert de Chris Paul. Surtout qu’il sort d’une excellente saison. Malgré ses 40 millions annuels, CP3 redevient une valeur sûre. Les Lakers en rêvent. Les Knicks aussi. Les Bucks auraient bien besoin de lui pour passer un cap. Autre cible des Angelenos : Derrick Rose, plus jeune MVP de l’Histoire. Son compère aux Pistons Blake Griffin pourrait aussi être échangé si Detroit venait à miser uniquement sur la jeunesse.

Parmi les intérieurs, Andre Drummond, ex-All-Star de 27 ans, a vu sa valeur dégringoler. Même les Cavaliers n’en voudraient plus. Son coéquipier Kevin Love est constamment cité dans les rumeurs depuis qu’il joue à Cleveland, mais toujours pas de transfert pour l’instant. Al Horford va sans doute bouger de Philadelphie, un an après avoir été signé au maximum. Mais son profil ne colle tout simplement pas avec celui de Joel Embiid (d’ailleurs, ni Embiid, ni Ben Simmons ne seront échangés). Enfin, Jrue Holiday et surtout Bradley Beal – qui répète qu’il veut rester à Washington – sont deux autres stars qui pourraient être échangées.

Victor Oladipo (Indiana)

Crédit: Getty Images

Quels transferts pour chambouler le paysage NBA ?

On peut imaginer un scénario où les Bucks récupèrent Chris Paul au Thunder en se séparant d’Eric Bledsoe, de Donte Di Vicenzo et d’un choix de draft. Milwaukee aurait là le meneur parfait pour épauler Giannis dans sa quête de titre. La franchise ferait de suite figure de favorite à l’Est. Par contre, si CP3 venait par à atterrir aux Lakers, ça tuerait sans doute le suspense. Autre transfert hypothétique intéressant, celui d’Andre Drummond vers Golden State. Les Warriors céderaient Andrew Wiggins et leur second choix en l’échange du pivot et du septième choix des Pistons. Si "Dre" accepte de se remuer et de repartir de l’avant, sa présence peut offrir aux Californiens le pivot solide qui leur manque pour aller très, très loin en playoffs. Les Nets peuvent dénicher leur troisième star du côté de Washington en sacrifiant le prometteur Caris LeVert pour Bradley Beal. Mais on doute que Beal puisse vraiment coller à côté de Kyrie Irving.

Comment le Miami Heat peut-il passer un cap ?

Et si c’était juste un "one shot" pour le Heat ? Les Floridiens ont atteint les finales NBA dans un contexte très particulier et ils sont armés pour encore aller loin dans les années à venir. Mais peuvent-ils vraiment viser le titre ? Malgré le score (4-2) et les blessures, ils semblaient quand même loin de vraiment pouvoir battre les Lakers. Victor Oladipo n’est sans doute pas la pièce manquante du puzzle. Il faudrait un joueur au moins aussi fort que Jimmy Butler pour vraiment passer le cap. Comme Giannis Antetokounmpo par exemple… si le Grec ne vient pas à South Beach, les dirigeants du Heat devront espérer que Bam Adebayo et Tyler Herro explosent complètement pour finir sacrés dans les années à venir.

Jimmy Butler, le franchise player du Miami Heat, en action

Crédit: Getty Images

NBA
Doncic dépasse Jordan, le Jazz enchaîne et les Clippers impressionnent
18/01/2021 À 06:28
NBA
Boston se rate dans les grandes largeurs contre les Knicks
17/01/2021 À 20:51