Jimmy Butler et LeBron James repartaient chacun en direction de leur banc, éreintés par une lutte acharnée, et profitant donc d’un rare temps mort pour se précipiter sur une chaise, pour s’hydrater et essayer tant bien que mal de reprendre leur souffle. Comme deux boxeurs dans un combat qui n’en finit plus, chacun de leur coté du ring. Prêts à repartir à la lutte dans un énième round. Les deux superstars ont tout donné hier soir. Pendant l’intégralité de la rencontre, à l’exception d’une poignée de secondes, pour Butler, et pendant 42 minutes pour James. Deux poids lourds en face à face, qui s’échangeaient les coups jusqu’à mettre l’un des deux K.O. Un match dans le match. Plus que ça, même. Le match qui résume le match. Un duel d’anthologie qui a fait de cette superbe rencontre de basket le match le plus vibrant et le plus engagé depuis le début des finales NBA 2020.
Pendant trois minutes, les plus importantes de la partie, il n’y avait plus qu’eux deux sur le terrain. Ou du moins, ça renvoyait cette impression. Trois minutes pendant lesquelles ils n’ont cessé de se répondre, possession après possession, panier après panier. Deux des meilleurs basketteurs du monde en mission pour faire gagner leur équipe. L’un pour mener les Lakers au titre. L’autre pour assurer la survie du Heat. Trois minutes pleines d’émotions, de rebondissements. Trois minutes scotchés sur la chaise à regarder, à apprécier, à chavirer. Trois minutes qui définissent ce Game 5 et, d’une certaine manière, cette série.
NBA
Murray out pour la saison : Denver perd très gros
13/04/2021 À 16:23

Jimmy Butler et LeBron James, trois minutes d'anthologie

"C’est ça la beauté du jeu, se retrouver en mesure de rivaliser au plus haut niveau", confie le King en conférence de presse. "Vous sautez sur la moindre opportunité, vous êtes à fond dedans et vous essayez de faire gagner votre équipe. C’est ce que l’on essayait de faire tous les deux. Il a été en mesure de le faire une fois de plus que moi." Il y a quelques jours, le natif d’Akron saluait déjà son duel avec son meilleur adversaire. Mais là, ils ont mis la barre plusieurs crans au-dessus. Deux performances exceptionnelles. 35 points à 11 sur 19 aux tirs, 12 sur 12 aux lancers-francs, 12 rebonds, 11 passes et 5 interceptions pour JB. 40 points à 15 sur 21 aux tirs, 6 sur 9 à trois-points, 13 rebonds, 7 passes et 3 interceptions pour LBJ.
Mais aucune statistique, aussi impressionnante soit-elle, ne remplace ces fameuses trois minutes pendant lesquelles le temps s’est suspendu, le terrain s’est étiré, les autres joueurs devenant spectateurs pour laisser briller les deux acteurs les plus doués de la scène de Disney. Miami venait de reprendre l’avantage sur un trois-points du très précieux Duncan Robinson, son septième de la partie (101-99). Il restait un poil plus de trois minutes à jouer et les Lakers avaient donc absolument besoin d’un panier pour se remettre dedans. Leur numéro 23 s’est évidemment retrouvé avec le ballon entre les mains. En bon soldat, en guerrier, la star du Heat s’est mise sur son chemin. En faisant faute. Les deux lancers du triple champion NBA ont ramené les deux formations à égalité.
Une minute de lutte, sans marquer, puis tout s’accélère. Un tir à mi-distance de Butler, ficelle. La réponse immédiate de James, bulldozer vers le cercle. Avec la faute, et donc le passage sur la ligne. 103-104 pour Los Angeles. Ça repart de suite pour le Heat, avec encore une fois le numéro 22 à la conclusion. 105-104. Le match s’emballe. LeBron repart dans la foulée, agresse encore une fois la défense, se rate mais prend son rebond et sanctionne. 105-106. Moins d’une minute à jouer. Temps morts. Et donc ses deux joueurs d’exception, en quête d’oxygène, avant de retourner à la bataille.

Le King a fait le bon choix... mais était-ce le meilleur choix ?

Jimmy ‘Buckets’ venait d’obtenir deux lancers. Convertis. Quelques secondes avant, il était proche de s'écrouler. Mais il s'est relever pour donner à nouveau l'avantage au Heat. "L'image d'un champion", dira Erik Spoelstra au sujet du joueur qui a marqué 8 points dans les deux dernières minutes.. Cette fois-ci, la réponse est venue d’Anthony Davis, à la réception d’un tir à trois-points beaucoup trop court de Kentavious Caldwell-Pope. Ce même Davis qui, cinq secondes après, a fait faute sur Butler. Pour deux nouveaux passages sur la ligne. 108-107. Et balle à James. Bien sûr. Qui d’autre ? Qui d’autre pour offrir aux Lakers leur dix-septième bannière ? Qui d’autre pour conclure cette soirée mémorable, maillot ‘Black Mamba’ de Kobe Bryant sur le dos ?
LeBron a attaqué la défense en dribble, attirant au passage son défenseur, puis un deuxième et même un troisième. Il était près du cercle. Excentré sur la droite mais proche du panier. Avec trois joueurs sur lui mais au-dessus des trois. Dont Butler. L’apothéose du duel ? James a préféré faire le bon choix – le plus logique, le plus juste – et ressortir sur Danny Green, tireur extérieur grand ouvert, libre de tout marquage. L’ancien joueur des Spurs a raté le tir du titre. Victoire pour Miami.

Jimmy Butler et LeBron James, Heat-Lakers, NBA Finals 2020

Crédit: Getty Images

James aurait-il dû tirer ? Les réseaux sociaux s’animent sur le sujet depuis cette nuit. Le King est un joueur qui s’évertue à faire le bon choix, possession après possession. Et là, ce qu’il fallait faire, c’était de passer la gonfle. Comme Michael Jordan l’a fait en son temps (pour Steve Kerr). Comme Kobe Bryant l’a fait en son temps (pour Ron Artest). Mais au final, c’est plus une question de point de vue et de sensibilité. Parfois, le meilleur choix, ce n’est pas le bon choix.
Quand Damian Lillard prend un tir à dix-mètres avec un défenseur sur le dos, c’est un mauvais choix. Un "mauvais tir", comme dira Paul George, raillé pour son commentaire ensuite. Mais il l’a mis. Si Green avait marqué, il n’y aurait pas eu de discussions ou de débat. Mais James était le seul – avec peut-être KCP – en rythme sur ces dernières minutes. Le seul à toucher la balle, et que c’est dur de tirer sans avoir caressé le cuir pendant plusieurs actions. Il était lancé dans son duel avec le patron adverse. Il pouvait le conclure. Il a préféré faire le choix intelligent et ça se comprend, bien évidemment. Au final, c’est le Heat qui sort vainqueur. C’est Jimmy Butler qui reste sur le ring. Au bord du K.O., essoufflé, épuisé. Mais toujours debout.
NBA
Les Lakers bis s'offrent les ambitieux Nets, des cartons à la pelle
11/04/2021 À 06:19
NBA
Comment des armadas comme celle des Nets peuvent voir le jour en NBA
05/04/2021 À 06:35