Si vous suivez quelques joueurs NBA sur les réseaux sociaux, vous n'avez pas pu échapper aux images "inside" de la bulle de Disney World à Orlando. Au gré de leur arrivée, de leur quarantaine et de leur "libération", les participants à la reprise de la saison ont montré l'envers du décor et dévoilé leur quotidien. Si les entraînements ont repris, les distractions sont nombreuses. De la pêche au golf en passant par la piscine, les jeux vidéo, les réseaux sociaux et un peu de saine lecture pour certains.

NBA
Wojnarowski, personnage incontournable de la NBA, des "WojBomb" à la suspension
15/07/2020 À 05:42

Evan Fournier, Matisse Thybulle, Javale McGee, Luka Doncic, Austin Rivers et d'autres encore : ils sont nombreux à profiter de leur temps libre pour communiquer sur les réseaux sociaux. Des moments qui permettent aux fans de comprendre comment se passe la vie dans la bulle. Thybulle, rookie de Philadelphie, a ainsi créé sa chaîne Youtube pour partager son quotidien. JaVale McGee (Los Angeles Lakers) en a fait de même et la première vidéo concernait évidemment l'arrivée à Orlando et la quarantaine.

La liberté se trouve à la salle d'entraînement

Testés en arrivant sur site, tous les joueurs ont débuté leur séjour par une quarantaine de 48 heures dans leur chambre. Goodies offerts par la NBA, déballage des (nombreuses) valises et même, pour les Dallas Mavericks de Luka Doncic, concert de techno au balcon, tout est bon pour passer le temps.

De nouveau contrôlés 24 heures après leur arrivée - à l'entrée de leur chambre où personne n'a le droit de pénétrer -, ils sont libres si les deux tests reviennent négatifs. Débute alors un autre moment important : la découverte des lieux. Chaque équipe dispose ainsi d'endroits bien à elle, de la salle de jeux à celle des repas en passant évidemment par le lieu dédié à l'entraînement, rare moment où les joueurs tombent le masque. "La liberté du gymnase n'a pas de prix, assure Brett Brown, coach des Sixers. Vous enlevez votre masque et vous avez un ballon de basket dans les mains. C'est un retour à la normalité".

Mais l'entraînement ne concerne qu'une toute petite poignée d'heures dans la journée et, le reste du temps, il faut bien s'occuper. Le campus de Disney World est l'endroit idoine pour cela. Goran Dragic (Miami Heat), qui n'avait jusqu'ici jamais joué au golf, a amené ses clubs pour s'entraîner, tout comme Pascal Siakam (Toronto Raptors). Ben Simmons (Philadelphie Sixers), Montrezl Harrell (Los Angeles Clippers) ou encore Evan Fournier et Gary Clark (Orlando Magic) ont eux préféré la pêche. Quant à JaVale McGee et Kyle Kuzma (Los Angeles Lakers), ils ont testé les toboggans du centre aquatique. Le premier a aussi montré, sur Youtube, la biographie de Malcolm X qu'il a prévue de lire à Orlando.

Doc Rivers, LeBron James, Jimmy Butler et la hotline

Pour conserver les liens entre coéquipiers, les jeux vidéo sont très fortement utilisés. Le jeu Call of Duty : Warzone est plébiscité. Les Français Vincent Poirier (Boston Celtics), Rudy Gobert (Utah Jazz) et Evan Fournier y jouaient avant d'entrer dans la bulle et ont continué. "Je joue aux jeux vidéo avec les autres gars de l'équipe, abonde Anthony Davis, la star des Lakers. Tout le monde a apporté sa console donc on joue les uns contre les autres ou en équipe".

Lieu sensible s'il en est, la bulle NBA n'échappe pas aux petites querelles. Jimmy Butler, bourreau de travail, a vu un agent de sécurité venir frapper à sa porte en pleine nuit pendant sa quarantaine. La raison ? L'ailier du Heat dribblait et travaillait son touché, faisant un bruit monstre qui gênait ses voisins. Alors que la sécurité sanitaire de tous est la priorité, la NBA a mis en place une hotline pour dénoncer anonymement les comportements dangereux. Vu sans masque aux abords de la piscine, Dwight Howard en a ainsi été victime. Cette hotline que Gobert trouve "mesquine", Doc Rivers, coach des Clippers, préfère en rire : "J'ai dénoncé LeBron hier, je vais dénoncer Pop aujourd'hui, s'amuse-t-il. Je vais dénoncer tous ces gars. Nous serons la dernière équipe restante quand j'aurai terminé mon travail".

Richaun Holmes n'a lui eu besoin de personne pour se faire prendre en train de franchir la limite de la bulle pour aller récupérer la livraison de son repas. Le pivot des Kings est reparti pour huit jours de quarantaine. Preuve que jusqu'ici la bulle ressemble à une jolie colonie de vacances. Avec ses qualités… et ses défauts.

NBA
Kobe, le GOAT, les Lakers : LeBron James, une dixième finale pour l’Histoire
IL Y A UNE HEURE
NBA
Doc Rivers n'est plus le coach des Clippers
IL Y A 12 HEURES