Getty Images

Roeiseland triomphe, les Bleues se ratent

Roeiseland triomphe, les Bleues se ratent
Par Eurosport

Le 14/02/2020 à 16:04Mis à jour Le 14/02/2020 à 18:30

MONDIAUX - La Norvégienne Marte Olsbu Roeiseland a remporté vendredi son sixième titre mondial, le premier en individuel, sur le sprint à Antholz-Anterselva. Elle devance l'Américaine Susan Dunklee, auteure d'un sans-faute au tir. Les Bleues sont passées à côté : la mieux placée, Célia Aymonier, n'est que 15e.

Et de six pour Marte Olsbu Roeiseland. Au lendemain de son sacre sur le relais mixte, la Norvégienne a remporté son sixième titre mondial ce vendredi à Antholz-Anterselva. Celui-ci a une saveur toute particulière : il s’agit de son tout premier sur une épreuve individuelle, les autres ayant été acquis en relais. Dans des conditions venteuses qui ont rendu le tir périlleux, un 9 sur 10 lui a suffi pour s'imposer avec 7’’ d’avance sur Susan Dunklee, passée tout près d’un énorme coup avec son sans-faute, l’un des seuls de la journée. Loin du compte, les Françaises se contentent de la 15e place de Célia Aymonier.

Vidéo - Le sacre de Roiseland, les Bleues pas dans le coup : les temps fort du sprint en vidéo

02:45

À 29 ans, Roeiseland n’avait même jamais décroché de médaille aux Mondiaux. Son heure de gloire est donc arrivée, deux ans après l’argent du sprint olympique de Pyeonchang, son seul podium individuel en grand championnat jusqu’alors. La Scandinave, déjà lauréate d’un sprint cette saison à Oberhof, a été la seule favorite à ne pas craquer sous les bourrasques italiennes. Leader au général de la Coupe du monde, sa compatriote Tiril Eckhoff a fauté à six reprises et accroché in-extremis sa place en poursuite (59e à 2'08"), tout comme Ingrid Landmark Tandrevold, 57e avec quatre fautes.

Wierer prend la tête du général

Réputées pour leur fiabilité au tir, les Italiennes Lisa Vittozzi (6e à 36") et Dorothea Wierer (7e à 39"), qui ravit la tête du général à Eckhoff, ont bien limité la casse malgré leurs deux erreurs. Célia Aymonier est dans le même cas que les Transalpines. L’ancienne fondeuse a compensé une vitesse de tir très lente par une précision plus que correcte vu les conditions (8 sur 10). Classée quinzième à 50", elle ne compte que 29" de retard sur la troisième, la Tchèque Lucie Charvatova (9 sur 10).

Le sans-faute d’Aymonier au tir debout a été le seul côté français. Au lendemain de leur débâcle au relais mixte, Julia Simon (41e à 1'36") et Justine Braisaz (4e à 1'22") n’ont pas relevé la tête. Les deux biathlètes des Saisies ont fauté à quatre reprises. Soit deux de plus qu’Anais Bescond (20e à 1'00"). Leur retard est conséquent avant la poursuite de samedi.

Dunklee a failli le faire

La grosse sensation est venue de Susan Dunklee. Au lendemain de son 34e anniversaire, l’Américaine au style peu académique a sorti le tir parfait, une performance réalisée par seulement quatre des 101 biathlètes au départ. Sa première victoire en carrière (Coupe du Monde, Mondiaux et JO confondus) n’était vraiment pas loin.

Avant la dernière boucle de 2,5km, elle possédait encore 13" d’avance sur Roeiseland. Et elle était encore devant à 300m de la ligne (pour 3"). Mais finalement, à bout de souffle et à deux doigts de chuter avant la dernière ligne droite, elle a dû s’incliner pour 6"8 et se contenter de la médaille d’argent, comme il y a trois ans sur la mass-start d’Hochfilzen. Cela demeure une énorme et belle surprise pour Dunklee. Elle n’avait pas fait mieux que 10e depuis le début de saison.

Susan Dunklee - USA, 2020

Susan Dunklee - USA, 2020Getty Images