Getty Images

Les Bleus remontent sur le toit du monde

Les Bleus remontent sur le toit du monde

Le 22/02/2020 à 15:59Mis à jour Le 22/02/2020 à 16:43

MONDIAUX - L'équipe de France composée d'Emilien Jacquelin, Martin Fourcade, Simon Desthieux et Quentin Fillon Maillet s'est octroyée l'or du relais, samedi à Anterselva. Sacrés 19 ans après le premier couronnement de leur Histoire, les Bleus ont finalement fait craquer les Allemands.

Ils l’ont fait ! Dix-neuf ans après son dernier sacre collectif, l’équipe de France est de nouveau sur le toit du monde, après son titre ce samedi au relais des Mondiaux d’Antholz-Anterselva. Composé d’Emilien Jacquelin, Martin Fourcade, Simon Desthieux et Quentin Fillon Maillet, le relais tricolore aura été en tête du début à la fin, bien aidé par une incroyable efficacité au tir (seulement 4 pioches). Longtemps à la lutte avec les Bleus, l’Allemagne a craqué sur le dernier debout et doit se contenter de la 3e place (+ 36’’2), derrière des Norvégiens revenus de loin (+ 21’’5).

Quand ils tirent aussi bien, il est quasi impossible de les battre. Quelques heures après la débandade des Françaises au tir (19 pioches), les messieurs ont offert un spectacle complètement opposé. Huit passages sur le pas de tir, plus de quarante balles lâchées et seulement quatre petites pioches. Un total extrêmement faible qui a clairement forgé le succès des Tricolores. Pourtant, sur les skis, les Français n’étaient pas forcément dans un grand jour. Mais Martin Fourcade et ses partenaires ne se sont jamais affolés. Même lorsque l’Allemagne a creusé l’écart au troisième relais, grâce à un Arnd Peiffer monumental.

La Norvège a trop vite perdu

Lorsque Quentin Fillon Maillet s’est élancé, en qualité de dernier relayeur, l’équipe de France était alors pointée à 12’’6 de l’Allemagne. Un écart passé à 15’’6 au moment d’aborder le tir couché. Mais à trop donner sur les skis, Benedikt Doll a manqué de lucidité. D’abord au couché, où sa pioche a permis au Français de ressortir en tête. Mais surtout au debout. On a d’abord été inquiet pour Fillon Maillet, qui a pioché en premier, puis de nouveau après la première ratée de l’Allemand. Mais le Tricolore s’est arrêté là. Pas l’Allemand, forcé de faire un tour de pénalité. Et de laisser les Bleus s’envoler vers la consécration collective. La première en relais depuis le titre mondial de 2001, à Pokljuka.

Tenante du titre et vainqueur de trois des quatre relais de la saison, la Norvège n’aura elle jamais été dans le coup pour la victoire. La faute à Christiansen, premier relayeur et passé à côté de son tir debout (4 pioches, donc un tour). Il est ressorti du pas de tir à 39’’9 de l’équipe de France, soit… le double du retard final (+ 21’’5), à la suite du gros relais final de Johannes Boe, malgré quelques pioches. La Norvège sauve toutefois le minimum en accrochant une nouvelle médaille, d’argent, suite à la craquante de Doll et de l’Allemagne. Mais le titre mondial, cette fois, il est pour l’équipe de France.

Vidéo - L'Allemagne a résisté mais la France n'a pas craqué pour se parer d'or : les temps forts du relais

05:24