Getty Images

Confirmer une entame de légende, la dure tâche qui attend Boe

Confirmer une entame de légende, la dure tâche qui attend Boe

Le 23/12/2018 à 17:35Mis à jour Le 24/12/2018 à 10:56

NOVE MESTO – Auteur d'un début de saison sensationnel, Johannes Boe a encore été impérial lors de la mass-start ce dimanche, remportée devant le Français Quentin Fillon-Maillet. Une victoire marquée par un 20/20 au tir et qui lui permet de s'offrir déjà un 6e succès cette saison. De quoi rêver au gros globe de cristal, même s'il faudra confirmer en 2019 pour éviter de répéter 2018.

Eurosport Player: Suivez la compétition en live vidéo

Voir sur Eurosport

Décidément, il y a vraiment lui et les autres. Comme sur – quasi – chaque course en ce début de saison, Johannes Boe a régné en maitre sur la mass-start de Nové Mesto ce dimanche. Leader de bout en bout, vainqueur une nouvelle fois avec une marge conséquente (+ 46''5), le Norvégien s'est offert déjà sa sixième victoire de la saison. En seulement huit épreuves. Un départ stratosphérique - le 2e meilleur des dix dernières années après le 7/8 de Fourcade en 2016/2017 - encore plus fort que celui de la saison passée, quand le Norvégien avait remporté cinq des huit premières courses. De plus, lorsqu'il ne gagne pas, il ne connait plus de gros jour sans (7e et 9e), au contraire de ce qui pouvait avait le cas l'an passé (19e de la mass-start de Kontiolahti par exemple).

Boe, dans les traces de Bjoerndalen

Cette régularité nouvelle se ressent dans l'attitude de Johannes Boe, plus serein envers son tir et encore plus efficace sur les skis. Plus appliqué, le Norvégien est toujours dans le coup pour la gagne depuis le début de la saison et, lorsque son tir est là, il est imbattable, à l'image de sa course parfaite de ce dimanche. "C'était une super course, peut-être la meilleure course de ma carrière", estimait-il d'ailleurs au micro de la chaine L'Equipe. Sans doute le meilleur week-end tout simplement. Vainqueur du sprint jeudi, de la poursuite samedi et donc de la mass-start, Johannes Boe s'est offert la passe de trois à Nové Mesto.

Vidéo - Boe seul au monde : les temps forts de sa victoire

01:48

Un triplé pas si fréquent. Personne n'avait plus réalisé pareille performance depuis Martin Fourcade en décembre 2016. C'était déjà en République Tchèque. Mais le Norvégien est le seul à en avoir réalisé deux (deux sprints et une poursuite à Kontiolahti en 2014) - hors Mondiaux - depuis plus de douze ans et la grande époque d'Ole Einar Bjoerndalen (mars et novembre 2006). C'est dire la performance sensationnelle du cadet des frères Boe.

Eviter un 2018 bis

Surtout, Johannes Boe a marqué les esprits lors de la mass-start en réussissant un 20/20. Lui dont le tir a toujours été considéré comme le point faible s'est offert une séquence merveilleuse sur le pas de tir de Nové Mesto, enchainant les balles avec maitrise et en cadence. "Je ne peux qu'être content de réussir un 20/20, disait-il après la course. Ça ne m'arrive pas souvent, c'est sûr. J'ai eu du mal la semaine dernière, alors réussir deux tirs parfaits (NDLR : il l'avait fait sur le sprint) comme cela, ça m'enlève un peu de pression …" Pourtant, son début de saison ne traduisait pas vraiment une quelconque amélioration au niveau du tir. Sur les huit épreuves du début de saison, le Norvégien affiche d'ailleurs un ratio (86,1%) légèrement inférieur à celui de l'an passé même époque (89,2%).

Johannes Thingnes Boe in Nove Mesto

Johannes Thingnes Boe in Nove MestoGetty Images

Ses véritables défaillances au tir, Johannes Boe ne les avait finalement connues qu'après la pause hivernale. Et c'est là que l'on attendra encore un peu plus le Norvégien. Sur la deuxième partie de la saison 2017-2018, il n'avait remporté "que" trois succès en 14 courses. Surtout, il avait multiplé les accrocs liés au tir. C'est simple, en trois courses à Nové Mesto, il a réussi plus de sans-faute que sur tout le reste de l'année civile (1). Capable de partie à la faute à cinq (mass-start d'Antholz-Anterselva et de Kontiolahti)) et même six reprises (poursuite des JO), Boe avait fini par lâcher prise dans la course au gros globe du général de la Coupe du monde (1027 points contre 1116 pour Fourcade).

Même si son avance au moment des fêtes est encore plus importante que l'an passé (165pts sur le Français, 116 sur son dauphin, Loginov) et si Fourcade est dans le dur, Johannes Boe n'est pas encore à l'abri de sa propre défaillance. S'il y parvient, il s'affirmera définitivement dans le monde des géants. Un monde auquel il appartient déjà un peu.

Vidéo - Arrivée au ralenti et saut de cabri, Boe a savouré sa victoire

01:32
0
0