Getty Images

Fabien Claude : "Je suis content de rendre hommage à mon père de cette façon"

Fabien Claude : "Je suis content de rendre hommage à mon père de cette façon"

Le 23/01/2020 à 16:21Mis à jour Le 23/01/2020 à 18:14

POKLJUKA – Moment très fort jeudi lors de l'individuel. Si Johannes Boe s'est imposé devant Martin Fourcade, Fabien Claude a décroché le tout premier podium de sa carrière. Un résultat magnifique en forme d'hommage pour son père, porté disparu dans un accident de motoneige au Québec tout comme cinq autres personnes.

C'est une course que personne, au sein de l'équipe de France, ne pourra oublier. Dans ce 20 kilomètres de Pokljuka, les Bleus étaient en mission jeudi. Tous soudés derrière la famille Claude, frappée il y a deux jours par un terrible drame. Mardi, un accident de motoneige dans le nord du Québec a provoqué la disparition de cinq personnes. Parmi elles, le Vosgien Gilles Claude, qui n'est autre que le père de Fabien, Florent et Emilien. Les recherches se poursuivent pour tenter de les retrouver. Les deux premiers étaient présents sur la piste jeudi (Florent porte les couleurs de l'équipe de France, Florent celles de la Belgique) lors de l'individuel.

Comme un symbole, Fabien Claude a signé la meilleure performance de sa carrière en décrochant son tout premier podium. Troisième derrière les intouchables Johannes Boe et Martin Fourcade, le Français était évidemment très touché à l'arrivée. "J'ai tellement de choses dans la tête depuis hier soir (mercredi soir, NDLR), a-t-il confié au micro de la chaine L'Equipe. On a décidé de prendre le départ avec Florent, je suis content de rendre hommage à mon père de cette façon. Je n'ai pas envie de m'étendre plus là-dessus, mais ce podium, il est pour lui. Je suis sûr qu'il est fier de nous. Moi, je suis fier de ma course, le but n'était pas forcément le résultat mais de faire notre course, de rendre un dernier hommage."

Vidéo - Boe en démonstration, les Bleus portés par l'émotion : le résumé de l'individuel

03:14
" Fourcade : "Sa maman peut être fier de son fiston""

Fierté. Le mot était dans toutes les bouches françaises en Slovénie. Dans celle de Martin Fourcade, notamment. Le leader tricolore, qui accompagne son jeune coéquipier sur la boite, a salué la performance de Fabien Claude. "Je savais qu'il était capable de faire quelque chose comme ça, quelque chose de grand, glisse le dossard jaune de la Coupe du monde. Parfois, on a besoin de sens pour se réaliser. Besoin de savoir pourquoi on fait ça. Je suis fier de Fabien, fier de toute l'équipe, on réalise tous une belle course aujourd'hui. Sa maman peut être fier de son fiston et de Florent. Ce n'était pas facile de prendre le départ et on est fiers d'eux."

Tout le groupe tricolore a vécu des heures difficiles depuis l'annonce de l'accident. "Ce n'est pas évident, avoue l'entraîneur Vincent Vittoz. On pense beaucoup à leur famille. S'il avait envie de prendre le départ, c'est qu'il avait ses raisons et il fallait les respecter ces raisons. Fabien se devait de le faire pour son père, pour lui rendre hommage, même s'il reste encore un petit espoir et qu'on se raccroche tous un peu à ça. C'est une journée très particulière en tout cas."

Fabien Claude.

Fabien Claude.Getty Images

Force de caractère

Antonin Guigonnat, lui, avait du mal à retenir ses larmes devant la caméra. "C'est émouvant ce qu'il se passe aujourd'hui, a-t-il trouvé la force de dire. C'était dur aujourd'hui. Je tire un grand coup de chapeau à Fabien." Tout le monde a fait corps derrière Fabien Claude, et Martin Fourcade a tenu à souligner la qualité humaine du groupe : "Parfois, c'est beaucoup plus que du sport. Ce qu'on vit, ce n'est rien sans l'aventure humaine qui va autour. Parfois, cette aventure réserve des coups durs. C'est là qu'on sent que les hommes qui sont autour de nous sont de grandes valeurs."

Fabien Claude a affiché une grande dignité et une sacrée force de caractère. Pour prendre le départ. Pour signer une course aussi remarquable. Pour claquer le premier 20 sur 20 de sa carrière. Pour trouver la force de sourire, aussi, sur la boite, aux côtés de ses deux illustres compagnons du jour. Jeudi, le résultat avait quelque chose d'anecdotique pour l'équipe de France. Presque de dérisoire. Fabien Claude connaitra des podiums plus joyeux que celui-ci. Mais la force émotionnelle de cet hommage gardera quelque chose d'inégalable.