Anna Carin Olofsson termine les Jeux de la plus belle manière : avec une médaille d'or, décrochée lors de l'ultime épreuve de biathlon, le mass-start 12,5 km. La Suédoise n'aura donc pas le temps de compléter sa collection, entamée la semaine dernière avec l'argent sur le sprint. Mais ces JO seront assurément le plus beau souvenir de sa carrière, être passée totalement au travers à Salt Lake City. "Je n'ai pas encore pensé à ce que cela représentait pour la Suède, explique-t-elle. Mais pour moi, cela représente beaucoup."

A San Sicario, Oloffson n'a jamais décollé des deux premières places, du départ jusqu'à la ligne d'arrivée. Et elle a réussi à écarter la menace allemande, bien réelle avec 3 biathlètes dans les 5 premières. Au final, elle devance Kati Wilhelm, qui lui a opposé la plus grande résistance, et Uschi Disl, auteur d'un final époustouflant. "Je n'ai pas participé au relais, analyse-t-elle. J'étais donc un peu plus fraîche que les autres. Mais je suis quand même très fatiguée."

TURIN 2006
Presque le grand bleu
28/02/2006 À 10:20

Baverel-Robert bien placée

Dès le départ, Disl fait exploser le peloton. Ne peuvent suivre que les favorites, parmi lesquelles Poirée, Henkel, Zaitseva et Bailly. La Française réalise d'ailleurs un sans-faute à la première séance de tir et s'immisce dans le trio de tête, en compagnie de Oloffson et Wilhelm. Les trois femmes restent au contact jusqu'au tir suivant, à l'issue duquel Bailly doit effectuer un tour de pénalité.

Seules en tête, Oloffson et Wilhelm se livrent un duel qui s'annonce incertain jusqu'au bout mais l'Allemande commet la première erreur au 3e tir. La Suédoise s'envole tandis que derrière, on se bouscule pour monter sur le podium. On croit pendant un moment que Florence Baverel-Robert va pouvoir se mêler à la lutte. Mais alors que l'Allemande Glagow commence à faiblir, surgit le bolide Disl, revenue de nulle part malgré 3 pénalités.

Florence Baverel-Robert doit lâcher prise, tandis que devant Olofsson contient le retour de Wilhelm. Heureuse en relais, mais malheureuse en individuel, Sandrine Bailly fait face à une nouvelle déception en terminant 10e. "C'est vrai que je pouvais être médaillable sur toutes les courses, reconnaît la Française. Mais ça ne s'est pas joué à grand chose à chaque fois, sauf sur la poursuite où j'ai eu un problème de glisse. Mais je ne suis pas non plus hyper déçue parce qu'il y a une médaille en relais et que j'ai fait le boulot dans le dernier tour pour aller la chercher." Les autres Tricolores, Sylvie Becaert et Delphyne Peretto, se classent respectivement 26e et 27e.

TURIN 2006
En état de Greis
26/02/2006 À 14:30
TURIN 2006
Poirée: "Vancouver? Pourquoi pas"
25/02/2006 À 18:15