Getty Images

Martin Fourcade peut-il encore perdre le gros globe ? Un peu de maths pour tout comprendre

Fourcade peut-il encore perdre le gros globe ? Un peu de maths pour tout comprendre

Le 22/03/2018 à 13:03

TYUMEN - À trois épreuves de la fin de la saison de Coupe du monde, Martin Fourcade touche déjà du doigt son septième gros globe de cristal consécutif. Le Français pourrait même mettre Johannes Boe hors-jeu dès jeudi en Russie, à l’issue du sprint. Explications (calculette en main).

Eurosport Player: Suivez la compétition en live vidéo

Voir sur Eurosport

Entre Martin Fourcade et Johannes Boe, la bataille aura été magnifique. Mais, à Tyumen, il est temps qu’elle prenne fin. Les trois dernières épreuves individuelles de la Coupe du monde vont enfin départager le Français et le Norvégien, auteurs chacun d’une saison dantesque. En Russie, Fourcade s’avance en position de force. Ses 49 points d’avance lui permettent déjà d’effleurer un nouveau gros globe, son septième consécutif. Le Catalan pourrait même, sous conditions, mettre fin au suspense dès jeudi lors du sprint.

Fourcade a en effet pris une grosse option la semaine passée à Oslo. Au prix de sa 72e victoire en carrière, et de son 18e podium en 18 courses disputées cette saison (il n’a pas pris le départ du sprint de Kontiolahti), le Français a pris une avance quasi-décisive au classement individuel. Mais, fait étonnant malgré sa régularité exceptionnelle, il reste sous la menace de Boe. Fourcade mène au points : 996 contre 947 pour son dauphin. Mais le Norvégien compte toujours plus de victoires que le porte-drapeau français aux JO d’hiver (8 contre 7 cette saison).

Martin Fourcade sur la poursuite le 17 mars.

Martin Fourcade sur la poursuite le 17 mars.Getty Images

Un peu de calcul

À Tyumen, tout pourrait cependant se jouer dès jeudi. À condition de faire un peu de calcul. En biathlon, pour calculer le général en fin de saison, les deux plus mauvais résultats de l’hiver sont annulés. En l’état, Martin Fourcade se verrait amputé de 48 points (un forfait et une troisième place), et Johannes Boe de 50 points (une 13e place qui vaut 28 points, et une 19e qui en vaut 22). L’avance actuelle du Catalan est donc, virtuellement, un peu plus large (51 points). Ces retraits de points seront identiques à la fin de la saison, à condition que Fourcade termine trois fois sur le podium et que Boe termine trois fois mieux que 13e en Russie.

Aussi, si le Norvégien termine dans les 13 premiers du sprint de Tyumen avec plus de 70 points de retard sur Martin Fourcade, le Français remportera le gros globe. En effet, même en cas de doublé lors de la poursuite et de la mass start en fin de semaine, le Norvégien ne cumulerait que 70 points, les 120 points de ses deux victoires étant amputés des 50 points de ses plus mauvaises performances.

Si Fourcade remporte le sprint de jeudi (60 points), et que Boe finit 6e (38 points), l’écart s’élèverait donc à 71 unités et serait irrattrapable pour le Norvégien. De la même façon, si le Catalan finit 2e (54 points), une 9e place de son rival (qui rapporte 32 points) lui assurerait le gros globe. Pour résumer, si Fourcade remporte le sprint alors que Boe finit au delà de la 5e place, il remportera une nouvelle fois le classement général. De même s’il termine deuxième, et son rival au-delà de la 8e place. Vous suivez toujours ?

"Sur chaque tir, je tremble"

L’autre scénario est (un peu) moins complexe : Martin Fourcade doit cumuler au moins 82 points en deux courses si Boe fait carton plein. Si le dauphin au classement remporte les 180 points en jeu à Tyumen, son total sera ramené à 130 du fait de ses 50 points retirés. Or, Fourcade a, en l’état, 49 points d’avance. Soustrayez 49 à 130, et vous obtenez 81, soit le total de points que Fourcade doit marquer pour être au moins à égalité avec le Norvégien. Sachant qu’une égalité au classement sera départagée en fonction du nombre de victoires (favorable à Boe), le Catalan doit donc en marquer au moins 82. En finissant 5e du sprint et 4e de la poursuite (soit 40+43 points), Fourcade s’assurerait donc le globe.

Nul doute que ces considérations mathématiques sont éloignées du Français, avant le départ du sprint. Au vu de sa régularité affichée toute la saison, l’accident est peu envisageable. Il n’empêche que Fourcade sent le souffle de Boe dans son dos : “On fait tous les deux les courses en se regardant, en s'épiant. 49 points, cela peut paraître beaucoup, mais il suffit d'une course pour tout remettre en question. (...) Aujourd’hui, sur chaque tir, je tremble parce qu’il y a un enjeu énorme.

Dominateur aux JO, le Catalan n’ose pas comparer : “La Coupe du monde est bien plus difficile à gagner. (...) C’est une bataille constante contre soi-même et c’est usant.” De quoi savourer d’autant plus ce globe, s’il vient à le gagner. Martin Fourcade touche du doigt un record avec son septième titre consécutif, un de plus que la légende Ole Einar Bjoerndalen. Il ne reste plus qu’à tendre la main pour le décrocher. Dès jeudi ?

Johannes Boe et Martin Fourcade à Hochflizen

Johannes Boe et Martin Fourcade à HochflizenGetty Images

0
0