Mathieu van der Poel en a marre de ronger son frein. Le Néerlandais, qui avait coché les classiques flandriennes comme le Tour des Flandres ou Paris-Roubaix au feutre rouge sur son calendrier de début de saison, est en train de se faire une raison : la saison de cyclisme, comme toutes les compétitions sportives internationales, est suspendue jusqu'à nouvel ordre pour aider à la lutte contre la pandémie du nouveau coronavirus.

"C'est très difficile. Pourquoi s'entraîne-t-on ? Même les jeux Olympiques sont en suspens !". Dans une interview à Het Nieuwsblad, le coureur de l'équipe Alpecin-Fenix a fait part de toute sa frustration. Il faut dire qu'après avoir couru le Tour de l'Algarve, van der Poel avait dû faire une pause prématurée à cause d'une grippe, ce qui l'a privé du départ du Circuit Het Nieuwsblad. Depuis, il se contraint aux consignes de l'UCI, annulant toutes les épreuves jusqu'à la date du 3 avril.

Tour d’Italie
Nouvelle génération, nouveau style : Ineos, plus vivante que jamais
IL Y A UNE HEURE

"Je vais tout donner"

Le petit-fils de Raymond Poulidor, qui n'avait déjà pas prévu d'être au départ des courses italiennes (Strade Bianche et Milan-San Remo), a "décidé de ne pas se prendre la tête" en avouant tout de même qu'il navigue à vue : "le plus dur désormais, c'est de savoir pour quel objectif m'entraîner, à l'heure actuelle, personne n'est capable de savoir quand sera la reprise".

Si le Tour des Flandres (5 avril) ou Paris-Roubaix (12 avril) devaient finalement avoir lieu, Mathieu van der Poel l'assure, il "sera prêt à tout donner". Et pourquoi pas décrocher une belle victoire pour évacuer toute la frustration emmagasinée ?

Tour d'Espagne
Fritsch : "Pourquoi Carapaz est mon favori"
IL Y A 13 HEURES
Tour d’Italie
"Geoghegan Hart, on le voit venir depuis un petit moment"
IL Y A 14 HEURES