Reuters

Les cadors sont là

Les cadors sont là
Par Eurosport

Le 08/06/2009 à 08:00Mis à jour

Les favoris n'ont pas tardé à se montrer sur le Dauphiné Libéré. Cadel Evans a dominé le contre-la-montre inaugural de 12 kilomètres disputé à Nancy. L'Australien a devancé Alberto Contador de 7 secondes et Alejandro Valverde de 22 secondes. Le match à trois est bien lancé.

Le match entre l'Australien Cadel Evans et l'Espagnol Alberto Contador a pris forme dès le contre-la-montre inaugural du Dauphiné, dimanche à Nancy, où les deux coureurs se sont classés dans cet ordre. Evans a devancé de 8 secondes Contador, autre prétendant à la victoire finale dans le prochain Tour de France, au terme des 12,1 kilomètres d'un parcours éprouvant. L'Australien de 32 ans a bouclé la distance à la moyenne de 46,538 km/h, significative de la difficulté d'un circuit moins ardu toutefois que celui de Monaco où le Tour démarrera le 4 juillet.

"Mais, avant de penser à Monaco, je préfère penser à l'étape de demain", a tempéré Evans en reconnaissant que son succès de Nancy l'autorisait à nourrir des ambitions dans le Dauphiné, qui se terminera dimanche prochain à Grenoble. "Les écarts ? c'est une bonne surprise", a ajouté l'Australien de l'équipe Silence, qui renouait avec la compétition après un arrêt d'un mois depuis le Tour de Romandie. Pendant cette coupure, l'abonné à la deuxième place (Dauphiné 2007 et 2008, Tour de France 2007 et 2008) a observé une période de repos et a enchaîné par un stage en Sierra Nevada (Espagne). "Cette victoire va apporter une confiance bienvenue dans l'équipe", a souligné Evans, qui a ajouté avoir connu un début de saison difficile: "J'ai été critiqué mais j'ai travaillé dur et ça va de mieux en mieux."

Basso prend cher

Evans a regretté, en parallèle, que sa formation n'ait pas obtenu l'autorisation de remplacer le Belge Mario Aerts, victime d'un refroidissement et rentré dès samedi en Belgique. "Je ne comprends pas pourquoi le règlement ne prévoit pas un remplacement dans ce laps de temps", a déploré son directeur sportif Hendrik Redant, contraint de présenter seulement sept coureurs. Si Contador, distancé seulement de 3 secondes au sommet de la côte (Km 3), a laissé seulement une poignée de secondes au final, les autres favoris du Dauphiné ont cédé beaucoup plus sur une route sèche après les pluies du matin.

Le vainqueur sortant, l'Espagnol Alejandro Valverde, a limité la perte de temps à 23 secondes pour prendre la troisième place de l'étape après avoir rejoint le champion de Belgique du contre-la-montre, Stijn Devolder, parti une minute avant lui. En revanche, l'Italien Ivan Basso (41e), gêné par un problème matériel (guidon desserré), et le Néerlandais Robert Gesink (46e) ont lâché une minute ou plus à Evans.

Côté français, Benoît Vaugrenard (8e) s'est situé au niveau des spécialistes du contre-la-montre (Rosseler 4e, Rabon 6e, Gutierrez 9e) dont s'est approché également l'espoir Jérôme Coppel (11e). Lundi, la deuxième étape, longue de 228 kilomètres, relie Nancy à Dijon. Le parcours, sans difficulté notable de relief, se conclut par une ligne droite de 450 mètres où sont attendus les sprinteurs (Boonen, Lorenzetto, Steegmans, Séb. Chavanel, Trussov, Vaitkus).

0
0