Getty Images

Dauphiné : Pello Bilbao s'impose à La Rosière, Geraint Thomas conforte son maillot jaune

Bilbao fait son numéro, Thomas enfonce le clou

Le 09/06/2018 à 15:01Mis à jour Le 09/06/2018 à 16:40

CRITÉRIUM DU DAUPHINÉ - Dernier survivant de l'échappée matinale, l'Espagnol Pello Bilbao (Astana) s'est imposé samedi en solitaire dans la station savoyarde de La Rosière en devançant d'une vingtaine de secondes le Britannique Geraint Thomas (Sky), qui reste en jaune, et l'Irlandais Dan Martin (UAE Team Emirates). Quatrième de l'étape, le Français Romain Bardet remonte à la 3e place du général.

Même esseulé, Geraint Thomas n’a pas tremblé. Le leader de l’équipe Sky a consolidé son maillot jaune ce samedi, en prenant la deuxième place de la 7e étape, remportée par Pello Bilbao (Astana), héroïque rescapé de l’échappée matinale. Déposé par le Gallois dans le dernier kilomètre, Dan Martin (UAE Emirates) a terminé 3e, juste devant Romain Bardet (AG2R La Mondiale). Le Français, dont l’équipe a été très offensive, monte sur le podium du classement général (3e, à 2’01" de Thomas), tout comme Adam Yates (Mitchelton-Scott, 2e à 1’29").

Kwiatko, Moscon et Nibali lâchés très tôt

Cette étape courte (110 kilomètres entre Frontenex et La Rosière), copie quasi-conforme de la 11e du prochain Tour de France, est partie fort. Après une dizaine de bornes, l’échappée du jour s’est formée, dès le pied de la Montée de Bisanne, sous l’impulsion de Warren Barguil (Fortuneo-Samsic). Le coureur breton a pris les devants avec 26 autres coureurs, dont Dario Cataldo (Astana), qui a conforté son maillot bleu à pois blancs de meilleur grimpeur, et donc Pello Bilbao.

Derrière ce solide groupe de tête, la formation AG2R-La Mondiale a décidé de "faire la course". Dès le pied du Col de Pré, à plus de soixante kilomètres de l’arrivée, les équipiers de Bardet ont fait le forcing. Oliver Naesen, puis Tony Gallopin ont imprimé un rythme élevé, ramenant le peloton à moins d’une minute de l’échappée (qui n’a jamais eu plus de 3 minutes de marge) et, surtout, mettant en difficulté énormément de coureurs. Les deux leaders de rechange de la Sky (Michal Kwiatkowski, Gianni Moscon) en ont fait les frais, tout comme un Vincenzo Nibali (UAE Emirates) encore loin de la forme qu’il compte afficher en juillet.

Vidéo - Bilbao a résisté à un impérial Thomas : revivez le final de la 6e étape

02:41

Latour en éclaireur, Bardet en descendeur

Seulement épaulé par Tao Geoghegan Hart à 50 bornes de l’arrivée, Thomas a rapidement pu compter sur le retour de Jonathan Castroviejo. Pierre Latour (AG2R-La Mondiale) a alors fait le jump dans le Cormet de Roselend pour se retrouver en tête de course et poursuivre le travail de sape de la formation ciel et terre.

Dans la dernière descente du jour, Romain Bardet a tenté de s’échapper mais Castroviejo, peu à l’aise sur les parties techniques, a facilement comblé l’écart dans les lignes droites. Lors de l’ultime ascension, Marc Soler (Movistar) puis Emanuel Buchmann (Bora-Hansgrohe) ont tenté d’anticiper, mais Geoghegan Hart a brillamment contrôlé et ce sont finalement les quatre coureurs les plus costauds qui se sont détachés, à la pédale : Adam Yates, Dan Martin, Romain Bardet et Geraint Thomas, of course.

Vidéo - Le contre de Latour, l'exploit de Bilbao, la facilité de Thomas : les moments clés de la 6e étape

02:05

Le second souffle de Bilbao, la mise au point de Thomas

Pello Bilbao, seul coureur de l’échappée à résister aux hostilités lancées par les cadors, ne comptait plus que 8 secondes d’avance, à 5 kilomètres du but, souffrant dans les pentes abruptes de la montée de La Rosière… mais le quatuor de favoris de ce Dauphiné ne l’a alors pas repris et ne l’a jamais revu. Le sixième du dernier Giro a pu remettre du braquet dans les quatre derniers kilomètres (4-5%) et reprendre son envol, alors que le punch de Dan Martin lui octroyait une encombrante pancarte.

A 500 mètres du sommet, Geraint Thomas a placé une accélération impressionnante pour prendre des bonifications (6"), couper la ligne 20 secondes derrière Bilbao mais surtout 2 devant Martin et Bardet, incapables de le faire vaciller dans le final. Dimanche, la 7e et dernière étape, entre Moûtiers et Saint-Gervais-les-Bains, offrira encore un terrain de jeu propice à une belle passe d’armes, mais avec un tel matelas d'avance (1'29" ou plus sur tous ses adversaires), Thomas peut voir venir.

Geraint Thomas (2e de la 6e étape du Dauphiné), devance Dan Martin et Romain Bardet de 2 secondes

Geraint Thomas (2e de la 6e étape du Dauphiné), devance Dan Martin et Romain Bardet de 2 secondesGetty Images

0
0