Getty Images

Van Aert est décidément un sacré phénomène

Van Aert est décidément un sacré phénomène

Le 13/06/2019 à 16:30Mis à jour Le 13/06/2019 à 17:49

CRITÉRIUM DU DAUPHINÉ - Wout Van Aert (Jumbo-Visma) s’est imposé pour le deuxième jour de rang sur cette édition du Critérium. Vingt-quatre heures après avoir remporté le contre-la-montre, le Belge, déjà maillot vert, a frappé fort en réglant le sprint sur un faux-plat montant. Ce jeudi, il a devancé Sam Bennett (Bora-Hansgrohe) et Julian Alaphilippe ((Deceuninck-Quick Step).

Wout Van Aert est un prodige. On le savait, certes, mais il ne cesse de le démontrer dans ce Dauphiné. Le Belge de 24 ans a remporté la 5e étape, ce jeudi à Voiron, au lendemain de sa première victoire en World Tour, acquise lors d’un chrono. Le triple champion du monde de cyclo-cross s’est imposé au sprint, dans un final tortueux et en faux plat montant, devant Sam Bennett (Bora-Hansgrohe, 2e) et Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step, 3e). Van Aert en profite pour remonter à la 5e place d’un classement général toujours dominé par Adam Yates (Mitchelton-Scott).

Vidéo - Van Aert les a avalés un par un dans la dernière ligne droite

02:14

Jusqu’où Van Aert peut-il aller ?

Porteur du maillot vert, Van Aert n’était pas le mieux placé à la sortie du dernier virage, à 300 mètres du but. Mais dans ce sprint désorganisé par le coup du kilomètre tenté par Edvald Boasson Hagen (Dimension Data, 6e) et Philippe Gilbert (Deceuninck-Quick Step, 9e), il a pris le risque de lancer de loin. Il a remonté tout le monde avec une aisance impressionnante, tandis que Bennett, favori du jour, a réagi trop tard et n’a pu que sauter Alaphilippe sur la ligne.

Grâce à ce succès, Van Aert conforte son leadership dans le classement par points (29 unités d’avance sur Boasson Hagen), dans celui du meilleur jeune (1’24" de marge sur Nils Politt) et revient à seulement 20 secondes de Yates, par le jeu des bonifications. La montagne risque de le faire disparaître des avant-postes du général ce week-end, mais son talent est tel qu’il serait audacieux de considérer cela comme inéluctable.

Le peloton a failli se faire piéger

Avant ce sprint décousu, l’étape a répondu à un scénario d’abord classique, entre Boën-sur-Lignon et Voiron (201 km), avant que le peloton ne joue à se faire peur. Yoann Bagot (Vital Concept B and B Hotels) et Stéphane Rossetto (Cofidis) ont pris les devants dès le début de la course et ont été rapidement rejoints par Alessandro De Marchi (CCC). L’avance des trois hommes a été maintenue sous les quatre minutes par la Mitchelton-Scott du leader et par les équipes Deceuninck-Quick Step et Bora-Hansgrohe, respectivement pour Alaphilippe – alors qu’Alvaro Hodeg était aussi une option pour la formation belge –, et Bennett.

L’échappée ne comptait déjà plus qu’une petite minute d’avance, à 20 kilomètres de l’arrivée, alors que la bagarre du placement faisait rage sur une grande route exposée au vent. Mais à une dizaine de bornes de la ligne, le peloton a temporisé dans un talus, Ineos en tête, et l’échappée a vu son avance repasser de 25 à plus de 30 secondes. Finalement, De Marchi n’a été repris que sous la flamme rouge par les éclaireurs Boasson Hagen et Gilbert.

Vendredi, le Dauphiné va prendre de la hauteur, entre Saint-Vulbas et Saint-Michel-de-Maurienne, à l’occasion de la plus longue étape de l’épreuve cette année (229 kilomètres). Le Col de Beaune (2e catégorie), dont le sommet est situé à 7,5 bornes de l’arrivée, pourrait servir de tremplin pour mettre en difficulté Adam Yates, qui compte moins d’une minute d’avance sur ses onze premiers poursuivants.

Vidéo - Le profil de la 6e étape

00:47
0
0