Il faudra encore attendre pour voir un successeur à Christophe Moreau, dernier Français vainqueur du Dauphiné. Après le non-départ du leader Primoz Roglic au départ de cette 5e et dernière étape, Thibaut Pinot était dans une position idéale mais le Français de la Groupama-FDJ a coincé sur la route de Megève.
Au terme d’une étape folle remportée par Sepp Kuss (Jumbo-Visma), le Tricolore n’a pas réussi à suivre Daniel Felipe Martinez (EF Pro Cycling) qui s’offre à 24 ans sa première course par étapes chez les professionnels. Malgré une belle alliance franco-française, Pinot, 7e de cette dernière étape, doit se contenter de la 2e place (+ 29’’) alors que Guillaume Martin (Cofidis, + 41’’) complète le podium final.
Critérium du Dauphiné
"Pinot a un petit défaut : il a encore du mal à gérer ses temps faibles"
17/08/2020 À 16:02

Kuss en costaud, Pinot impuissant face à Martinez : l'arrivée de la 5e étape

Quintana, Landa et Porte au tapis

Décidément, on aura assisté à un dernier week-end absolument invraisemblable. Au lendemain d’une étape marquée par les abandons de Buchmann (Bora-Hansgrohe) et Kruijswijk Jumbo-Visma) et le non-départ de Bernal (Team INEOS), la 5e étape aura une nouvelle fois été exceptionnelle, dans son scénario comme dans son dénouement. Et le départ avait donné la mesure de cette folle étape, avec le non-départ de... Primoz Roglic, pourtant leader de la course et qui semblait destiné à s’imposer.
Un abandon qui a donné la responsabilité de l’épreuve à Pinot et donné le coup d’envoi d’une étape ultra rapide, au scénario dingue. Dès les premiers kilomètres, dès la première ascension, les favoris se sont fait la guerre et les premières victimes de marque sont tombés, avec Richie Porte (Trek-Segafredo) qui perdra 12 minutes et un Nairo Quintana (Arkéa-Samsic) malade qui finira par abandonner à mi-course.
Mikel Landa, 3e virtuel du général au déparet, est lui présent dans le groupe de vingt coureurs qui s’est détaché dans le Col de Romme (HC) à plus de 100km de l’arrivée. Mais l’Espagnol de la Bahrain-McLaren a été victime de crampes dans l’ascension de la Colombière et a fini par perdre un total de 19 minutes. La lutte pour la victoire finale s’est alors réduite à un quatuor d’ambitieux avec Pinot et Martin côté Français mais aussi le duo colombien Martinez et Lopez.
Pointé à plus d’une minute de Pinot au départ de cette ultime étape, Tadej Pogacar (UAE Team Emirates) a lui aussi tout tenté pour renverser le général. C’est d’ailleurs son attaque dans la côte de Domancy, à 27km de l’arrivée, qui a lancé le bon coup. Car le Slovène n’a été suivi que par Sepp Kuss (Jumbo-Visma) et Miguel Angel Lopez (Astana) et Daniel Felipe Martinez (EF). Les deux adversaires majeurs de Pinot dans l’optique du général ont flairé le bon coup.

Les Français se sont alliés mais ça n’a pas suffi

Privé d’équipier, Reichenbach coinçant au pire moment, Thibaut Pinot s’est retrouvé obligé de rouler seul derrière le groupe de tête, vite revenu sur le duo Alaphilippe-Sivakov échappé depuis le km 57. Le Français s’est alors vite énervé, semblant complètement lâcher prise face à un écart qui est vite monté jusqu’à 1’25’’. Mais le Tricolore a fini par se reprendre, aidé par les relais bien venus des autres Tricolores du groupe, Guillaume Martin bien sûr, mais aussi Warren Barguil (Arkéa-Samsic), Romain Bardet (AG2R La Mondiale) et même Julian Alaphilippe, pourtant lâché de l’échappée. Un soutien Franco-Français que l’on a un temps cru suffisant pour permettre à Pinot de revenir sur Martinez, mais le Tricolore n’est jamais parvenu à bouger le trou d’une trentaine de secondes.
Devant Sepp Kuss s’est vite envolé dans la montée finale vers l’Altiport de Megève. Clairement le plus fort, l’Américain de la Jumbo-Visma a confirmé qu’il serait un soutien précieux en montagne sur le prochain Tour de France en allant décrocher sa première victoire de la saison, en solitaire. Mais cela n’a pas perturbé l’allure de Daniel Felipe Martinez, conscient de la chance qui s’offrait à lui sur ce Dauphiné.
Bien aidé par les relais de Sivakov et Pogacar, le Colombien de 24 ans a tenu bon pour résister au retour du groupe Pinot, qui comptera finalement 35’’ de retard sur la ligne. C'était 29 de trop, considérant les bonifications. Le Français de la Groupama-FDJ devra se contenter de la 2e place du général, alors que Guillaume Martin, mis en danger par l’échappée, parvient lui à sauver son podium. Une vraie performance. Tout n’est pas non plus à jeter côté français. Ce Dauphiné était lui complètement fou. Vivement le 29 août.
https://i.eurosport.com/2020/08/16/2865515.jpg
Critérium du Dauphiné
Fritsch : "Je prends Froome sur le Tour à la place de Brailsford"
17/08/2020 À 14:43
Critérium du Dauphiné
Martinez, le prodige de l’ombre enfin dans la lumière
17/08/2020 À 08:07