"Tu as gagné ? demande Julian Alaphilippe a Mathieu van der Poel qui vient le féliciter à l'arrivée de la Flèche Brabançonne.

- Non c'est toi, lui répond le Néerlandais.

Flèche Brabançonne
Cette fois, c'est la bonne : Alaphilippe tient son premier succès en arc-en-ciel
07/10/2020 À 15:23

- C'est vrai ?

- Je pense que c'est toi.

- J'ai encore levé les bras trop tôt…"

Il a recommencé. Trois jours après avoir vu Primoz Roglic le sauter sur la ligne pour s'offrir Liège-Bastogne-Liège, Julian Alaphilippe a encore joué avec le feu. L'adversaire se nommait Mathieu van der Poel cette fois. Il a tout autant cru à la victoire que le Slovène mais les centimètres ont tourné à l'avantage du Français. Comme un éclatant clin d'oeil à son histoire personnelle récente. Il était à l'évidence écrit que sa première victoire avec le statut de champion du monde serait exceptionnelle. Au sens premier du terme.

Une revanche ? Très peu pour Alaphilippe

Exceptionnelle d'abord, évidemment parce qu'elle intervient trois jours seulement après le cauchemar de Liège, quand Alaphilippe, non seulement battu sur la ligne, a été déclassé pour un sprint dangereux. "Cette course me convient bien et cette victoire permet d'évacuer la déception de dimanche dernier à Liège-Bastogne-Liège", admet le Français. Alaphilippe, éternel optimiste, a cependant évacué toute idée de revanche. "Je ne vois pas les choses de cette façon, assure celui qui vient de gagner sa troisième course de l'année. J'étais content d'être au départ ce matin pour m'amuser, prendre du plaisir. Je voulais donner mon meilleur, profiter de mon maillot."

Exceptionnelle ensuite parce que l'adversité avait de la gueule. Michal Kwiatkowski n'aurait pas fait tâche dans un sprint à 4, mais Benoît Cosnefroy déjà mais aussi évidemment Mathieu van der Poel ont été des adversaires coriaces pour un Alaphilippe qui n'a pas été en mesure de les lâcher malgré de nombreuses tentatives. "J'ai couru comme je l'aime et je suis ravi de l'avoir fait", souriait-il à l'arrivée au micro de la chaîne belge Sporza.

C'est encore plus agréable de gagner comme ça

"Je ne me sentais pas du tout confiant pour le sprint. Je venais de dire à Benoît Cosnefroy, que je connais bien, que j'étais à ma limite, reconnaît le Français. Nous savions tous les deux que Van der Poel serait difficile à battre. Il était était dangereux avec sa forme du moment." Énorme au BinckBank Tour, 6e à Liège, "MVDP" avait de quoi faire peur en effet. Surtout au sprint. C'est dans cette situation qu'il avait battu Alaphilippe au même endroit en 2019. Dans cette situation aussi qu'il a déjà battu les meilleurs du monde.

"C'est encore plus agréable de gagner comme ça", savoure le champion du monde alors que son adversaire ruminait une faute dans le sprint final. "J'ai su quand Alaphilippe est passé devant moi que j'avais attendu trop longtemps, analyse van der Poel pour Sporza. J'ai merdé et je ne peux pas me pardonner. Je ne vais pas dormir ce soir, j'en suis sûr."

Julian Alaphilippe a battu Mathieu van der Poel sur La Flèche Brabançonne

Crédit: Getty Images

Exceptionnelle enfin parce que ce succès en Belgique est le premier du Alaphilippe nouveau, le champion du monde. L'annulation de l'Amstel Gold Race a bouleversé son calendrier, la Flèche Brabançonne n'aurait pas dû figurer à son programme. Si certains sont frappés par une malédiction mystérieuse quand ils endossent le maillot arc-en-ciel, il n'en est rien pour Alaphilippe. Ce premier succès acquis va lui permettre de relâcher une certaine pression. "Gagner avec le maillot de champion du monde est un sentiment incroyable. C'est quelque chose de spécial", avoue-t-il, aux anges. Il peut désormais se tourner sereinement vers son prochain objectif : le Tour des Flandres.

Flèche Brabançonne
26 jours après sa commotion, Bardet a recouru : "J'en avais besoin"
08/10/2020 À 11:03
Flèche Brabançonne
Cette fois, c'est la bonne : Alaphilippe tient son premier succès en arc-en-ciel
07/10/2020 À 15:23