Un parfum de changement d’ère flottera-t-il sur les hauteurs du Mur de Huy, mercredi à la mi-journée ? Le peloton masculin (avec les anciens vainqueurs Valverde, Gilbert, Alaphilippe et Hirschi) aura seulement parcouru une vingtaine de kilomètres depuis Charleroi, mais une championne domptera déjà les pentes du chemin des chapelles au sommet duquel Anna van der Breggen (Team SD Worx) impose depuis 2015 un règne qui touche bientôt à sa fin.
La sextuple vainqueure de la Flèche Wallonne est encore jeune (31 printemps depuis son anniversaire célébré dimanche sur l’Amstel Gold Race) et fringante. Elle a notamment lancé sa saison par une démonstration sur l’Omloop Het Nieuwsblad, sa deuxième victoire depuis le double titre de championne du monde (chrono et course en ligne) décroché l’automne dernier à Imola - entretemps, elle s'est naturellement imposée sur la Flèche 2020. La reine des Ardennes ignore le déclin mais elle prépare sa sortie. À la fin de l’année, elle ne sera plus une cycliste professionnelle et sa décision est irrévocable, assure-t-elle depuis qu’elle a pris le monde cycliste de court il y a bientôt un an.

Six ans après, Van der Breggen renoue avec la victoire au Het Nieuwsblad

Flèche Wallonne
Alaphilippe : "Honnêtement, elle fait vraiment du bien"
21/04/2021 À 18:30
Mercredi, Anna van der Breggen a donc une dernière occasion de briller sur une épreuve à laquelle elle est intimement liée. Avec six victoires d’affilée sur les pentes de la Flèche Wallonne, elle a dépassé la Cannibale Marianne Vos (5 succès entre 2007 et 2013) et observé de près le règne d’Alejandro Valverde, la prise de pouvoir de Julian Alaphilippe et la consécration de Marc Hirschi. Les rivales féminines et les champions masculins défilent, la domination d’Anna VDB semble immuable. Mais la septième Flèche s’annonce peut-être comme la plus difficile à décocher.

"C'est comme une parade, mais c'est plus sérieux"

Dossard numéro 1 épinglé sur son maillot arc-en-ciel, Van der Breggen attire toutes les attentions sur le circuit d’Huy, par-delà les côtes d’Ereffe et du chemin des Gueuses. Elle en a l’habitude et la pression ne l’a pas empêchée de briller sur des terrains variés et tout particulièrement sur ces routes dont elle a apprivoisé chaque mètre en dix participations. Avec sa force mentale éprouvée au fil des années, on ne s’attend pas non plus à la voir trembler du menton au cours d’une tournée d’adieu qui s’éterniserait.
"C’est ma dernière saison, j’en ai conscience, donc je vais essayer d’en profiter à fond", annonçait-elle en début d’année à Cycling News. Et la star oranje d’ajouter : "C’est comme une parade, mais c’est plus sérieux. Je pense qu’on a vraiment besoin d’objectifs, à l’entraînement et en course, sinon il vaut mieux rester dans son lit." Après la Flèche et Liège cette semaine, VDB et son palmarès rutilant sont particulièrement attendus à Tokyo, où elle visera un nouveau titre olympique (et peut-être même deux) cinq ans après son sacre à Rio : "J’espère que les Jeux auront lieu et ce sera le grand objectif cette saison."
En attendant Tokyo, un état grippal la semaine dernière aurait pu la pousser à se reposer sous la couette, pendant que le peloton s’échine à relever de terribles défis printaniers. Son équipe SD Worx a annoncé qu’elle avait passé deux tests Covid négatifs qui lui ont permis de prendre le départ de l’Amstel Gold Race, sans pour autant être en pleine possession de ses moyens (53e à l’arrivée). Van der Breggen espère désormais retrouver ses sensations à l’approche de Huy, et tout particulièrement à Liège, où elle s’est également imposée en 2017 et 2018.

Faiseuse de reine ?

"J’étais à peine capable de m’entraîner, mais je me sentais mieux à l’approche de la course", a expliqué VDB à la presse néerlandaise. "La Flèche wallonne est mercredi, il est donc plus logique d’avoir des ambitions pour Liège. Mais on ne sait jamais. La Flèche Wallonne explose tardivement mais je sais mieux que quiconque que le Mur de Huy ne ment pas. Vous ne gagnez que si vous êtes à 100%."
Sur l’Amstel, elle a senti "dès le départ" qu’elle ne pourrait pas décrocher un nouveau succès sur les pentes du Cauberg, ce qui ne l’a pas empêchée de peser sur la course en imposant un gros tempo pour sa jeune partenaire Demi Vollering, finalement 2e à quelques centimètres de Marianne Vos (Jumbo-Visma), quelques jours après avoir vu la Flèche brabançonne lui échapper pour une poignée de millimètres au profit de Ruth Winder (Trek-Segafredo).

Bras levés trop tôt, Vos a failli faire une "Alaphilippe" : son succès étriqué en vidéo

À 24 ans, Vollering est un des plus beaux talents émergents du cyclisme néerlandais, qui domine les pelotons féminins. L’an dernier déjà, la pépite couvée par Parkhotel Valkenburg avait fini troisième sur le Mur de Huy, avant de rejoindre la superpuissance SD Worx (ex-Boels Dolams) et son aînée Van der Breggen cet hiver.
Un septième triomphe marquerait un peu plus les palmarès et soulignerait la légende déjà bien établie d’Anna VDB. Mener la jeune Vollering vers la victoire serait une transition éclatante vers ses futures activités de directrice sportive, dès l’an prochain au sein de son équipe SD Worx. Souveraine ou faiseuse de reine, Van der Breggen a encore beaucoup à accomplir dans les Ardennes.

Anna van der Breggen

Crédit: Getty Images

Flèche Wallonne
Un duel Alaphilippe-Roglic magnifique dans le Mur : le résumé de la Flèche en vidéo
21/04/2021 À 16:17
Flèche Wallonne
Alaphilippe a fini beaucoup plus fort que d'habitude : comparaison de ses trois "Flèches"
21/04/2021 À 15:36