AFP

Gand-Wevelgem: Victoire du Slovaque Peter Sagan (Cannondale)

Sagan en tient une belle
Par Eurosport

Le 24/03/2013 à 17:12Mis à jour Le 25/03/2013 à 09:18

Peter Sagan a décroché une victoire de prestige dimanche en enlevant Gand-Wevelgem. Le Slovaque a affiché sa supériorité dans le final.

Peter Sagan avait quitté l'Italie frustré la semaine dernière. Deuxième de Milan-Sanremo, battu sur le fil par l'opportuniste Gerald Ciolek, le jeune Slovaque avait raté l'occasion de décrocher son premier Monument. Gand-Wevelgem n'a certes pas l'aura et l'étoffe de la Primavera, mais en s'imposant dimanche en Belgique, Sagan n'en a pas moins décroché ce qui peut être considéré comme un des succès les plus prestigieux de sa jeune carrière. Il y en aura d'autres, mais sur le fond comme sur la forme, celui-ci doit le combler d'aise.

Malgré sa pointe de vitesse, la jeune star de l'équipe Cannondale a décidé de prendre les devants au moment décisif. A un peu plus de trois kilomètres de l'arrivée, il est parti, seul. Une attaque un peu "en facteur", qui a laissé tous ses rivaux sans réaction. Sagan a ensuite tenu sans problème en respect ses poursuivants jusqu'au bout, pour s'imposer finalement avec 28 secondes d'avance. Le Slovène Borut Bozic et le Belge Greg Van Avermaet ont complété le podium en dominant le sprint du petit groupe arrivé derrière Peter Sagan, lequel signe son sixième succès de la saison. Sans nul doute le plus prestigieux.

" Je n'ai pas voulu miser sur le sprint"

Il a ainsi concrétisé dans une course majeure son excellente forme, se posant en adversaire numéro 1 du Suisse Fabian Cancellara au Tour des Flandres dans une semaine. Deuxième à Milan-SanRemo et encore deuxième vendredi du Grand Prix de l'E3 (le "petit Tour des Flandres") derrière Cancellara, le leader de la formation Cannondale a signé son sixième succès de l'année. Le plus beau. "J'attendais de gagner une grande classique du Nord. Ces courses, que je considère comme les plus belles, me font rêver et sont faites pour moi", a-t-il déclaré à l'arrivée à Wevelgem au terme d'une épreuve amputée de ses 50 premiers kilomètres en raison des conditions hivernales.

Sagan, qui faisait partie d'un groupe de onze échappés (avec notamment l'Autrichien Eisel, l'Espagnol Flecha ou l'Australien Haussler), a attaqué à 3,5 km de la ligne afin d'éviter un sprint qu'il redoutait après sa déconvenue de Milan-SanRemo où il avait été battu de justesse par l'Allemand Gerald Ciolek. "Je n'ai pas voulu miser sur le sprint. J'avais dix adversaires à surveiller, j'ai pensé que c'était trop... Je me sentais très fort. Attaquer fut sans doute la meilleure décision pour éviter toute mauvaise surprise", a-t-il expliqué. "Cette course n'est peut-être pas du niveau de SanRemo, du Ronde ou de Paris-Roubaix, mais c'est tout de même ma première grande victoire dans une classique. J'en suis très fier", a ajouté le Slovaque de 23 ans.

Une fois n'est pas coutume, la classique flamande la plus favorable aux sprinters n'a pas souri aux hommes les plus rapides. L'Allemand André Greipel (Lotto) a rapidement fait savoir à ses équipiers qu'il n'était pas dans un grand jour. Le Britannique Mark Cavendish a lui souffert de l'abandon de son équipier de luxe, Tom Boonen. Les autres (Démarre, Degenkolb, Viviani, Hushovd,...) n'ont jamais été dans le coup. Le Belge Tom Boonen a lui chuté à 65 kilomètres de la ligne, déséquilibré lorsque sa roue avant a heurté un trottoir. Le champion de Belgique, vainqueur de l'épreuve il y a un an, a bien tenté de poursuivre mais a finalement renoncé, grimaçant, visiblement touché au genou. Fabian Cancellera, soucieux de s'épargner à huit jours du Tour des Flandres, a lui aussi mis pied à terre, lors du dernier ravitaillement à 69 km de la ligne.

AFP

0
0