La réponse de la Jumbo-Visma est des plus parfaites. Deux jours après la masterclass des Deceuninck-Quick Step sur le GP E3, la formation néerlandaise a signé à son tour une démonstration sur les routes de Gand-Wevelgem, conclue par la victoire de Wout Van Aert. Le Belge est parti dans un groupe de vingt-et-un qui s’est formé lors de la deuxième heure de course à la suite de multiples coups de bordures. Puis, malgré les monts pavés et des sprinteurs à ses côtés, il a parfaitement maîtrisé la course en compagnie de son équipier Van Hooydonck. Enfin, au sprint, il n’y a pas eu de match avec la 3e victoire de la saison de Van Aert, plus rapide que Giacomo Nizzolo (Qhubeka-Assos) et Matteo Trentin (UAE Team Emirates).

Deceuninck-Quick Step a tout perdu

Gand - Wevelgem
Van Aert, ce Flandrien enfin gagnant
28/03/2021 À 19:31
Décidément, pour une course soi-disant favorable aux sprinteurs, les arrivées massives ne sont plus que des doux rêves ces dernières années à Wevelgem. Comme l’an passé, c’est le vent qui aura fait en premier la décision ce dimanche, avec un début de course ultra rapide derrière l’échappée matinale et marqué par les bordures. De l’une d’elles est venu le mouvement clé de cette édition 2021, avec la formation d’un groupe où l’on retrouvait une bonne partie des favoris, comme Van Aert, Trentin, Nizzolo, Matthews (BikeExchange) accompagné de trois équipiers, Stefan Küng (Groupama-FDJ) mais aussi et surtout Sam Bennett. La présence du sprinteur irlandais est sans doute d’ailleurs l’élément le plus important de la réussite de ce groupe puisque cela a incité la Deceuninck-Quick-Step à ne pas travailler derrière pour favoriser les desseins de son sprinteur.
Une tactique qui a vite enterré les espoirs des Démare (Groupama-FDJ), Van Avermaet et Naesen (AG2R Citroen) ou Turgis (Total Direct Energie), repoussés à deux minutes à 135 km de l’arrivée mais qui n’ont jamais abdiqué, même s’il était déjà trop tard. Une tactique qui n’a pas empêché la Deceuninck de tenter de faire le forcing dans les premiers monts à 100 bornes du dénouement mais ni Lampaert, ni Stybar, ni Ballerini n’ont réussi à faire la jonction, alors qu’ils étaient un temps revenu à 30’’ au sommet du premier des trois passages du Kemmelberg. Une tactique qui s’est surtout révélé perdante avec un Sam Bennett, victime de problèmes gastriques sur la fin de course et contraint de lâcher prise à 15 km de la ligne en compagnie de Danny Van Poppel (Intermaché-Wanty Gobert), alors qu’ils faisaient encore partis du groupe de neuf hommes forts qui s’était isolé dans la deuxième ascension du Mont Kemmel, à 53km de l’arrivée.

Des bordures, du suspense et la délivrance pour Van Aert : le résumé de la course

Van Hooydonck a contrôlé, Van Aert a parachevé

A l’avant, on retrouvait alors Wout Van Aert accompagné de Nathan Van Hooydonck (Jumbo-Visma), Michael Matthews (BikeExchange), Matteo Trentin (UAE Team Emirates), Giacomo Nizzolo (Qhubeka Assos), Sonny Colbrelli (Bahrain-Victorious) et Stefan Kûng (Groupama-FDJ). Des six coureurs susceptibles de jouer leur carte - Van Hooydonck jouant clairement celle de Van Aert - tous pouvaient espérer l’emporter au sprint, à l’exception de Küng. Ce n’est pas un hasard si le champion de Suisse a été le seul coureur à tenter d’attaquer dans un final bien moins tactique que sa configuration le laissait espérer. La force collective, même juste à deux, des Jumbo-Visma a très vite douché les espoirs de leurs adversaires et ce n’est pas l’attaque infructueuse de Küng qui a dû les convaincre du contraire, le Suisse n’ayant même pas réussi à prendre un mètre à Van Hooydonck. Tous les coureurs se sont alors résignés à tenter leur chance au sprint mais, là encore, le suspense n’aura pas duré bien longtemps.
Si Küng a une nouvelle fois tenté de surprendre tout le monde en lançant de très loin, à 300m de la ligne, le Suisse n’a rien pu faire lorsque Van Aert a déclenché son sprint. Très vite, le Belge a pris deux vélos d’avance sur la concurrence et les Nizzolo (2e) et Trentin (3e), pourtant très rapides au sprint eux aussi, ont donc dû se contenter du podium. Surpuissant comme sur Tirreno-Adriatico, Wout Van Aert signe donc son troisième succès de la saison, sa première victoire sur une classique depuis celle décrochée l’an passé à l’occasion de Milan-San Remo. Jamais mis en danger ce dimanche, le Belge se rattrape après sa décevante 11e place sur le GP E3 et rappelle à tous, si besoin était vraiment, qu’il sera un des grands favoris encore dimanche prochain, au départ du Tour des Flandres. Et qu’il vaudrait mieux plus l’attaquer que ne l’ont fait ses adversaires sur ce Gant-Wevelgem pour l’empêcher de s’imposer de nouveau.

Van Aert a été tôt à l'avant ce dimanche

Crédit: Getty Images

Gand - Wevelgem
Van Aert, ce Flandrien enfin gagnant
28/03/2021 À 19:31
Gand - Wevelgem
Maîtrise de la Jumbo-Visma, un sprint lancé à 300m et la victoire de Vos : le résumé de la course
28/03/2021 À 18:38