Le Canada a déjà accueilli des compétitions cyclistes: le Grand Prix des Amériques, épreuve de la Coupe du monde courue dans Montréal de 1988 à 1992, la Trans-canada, course à étapes qui ne connut qu'une seule édition en 1999, ou les Championnats du monde sur route en 1974 (Montréal) et 2003 (Hamilton). Mais aucune n'y fut pérenne.
Dans sa volonté de mondialiser le cyclisme, l'Union cycliste internationale (UCI) a renouvelé le pari de mener les équipes de l'élite en Amérique du Nord: lors des cinq prochaines années, elles disputeront deux courses au Québec. Pour la première édition, les 18 formations ProTour --et quatre invitées-- ont traversé l'Atlantique avec quelques-uns de leurs meilleurs coureurs comme le vainqueur du Giro, l'Italien Ivan Basso (Liquigas), le champion olympique espagnol Samuel Sanchez (Euskaltel), le Néerlandais Robert Gesink (Rabobank), le Norvégien Edvald Boasson Hagen (Sky).
Des points à prendre
Mondiaux
Les privations de Pippo
10/09/2010 À 11:00
Toutes ces têtes d'affiche ne viseront toutefois pas la victoire, à l'image de Sanchez qui fait du diptyque canadien "un test" avant une éventuelle participation au Championnat du monde le 3 octobre à Melbourne. Ivan Basso, "pas à 100%" après le Giro et le Tour de France, aidera, lui, ses équipiers, notamment le jeune slovaque Peter Sagan. Les parcours --en circuits-- favoriseront des coureurs "puncheurs", selon Charly Mottet qui a dessiné les tracés. "Le circuit de Québec est technique et compte plusieurs raidards et une dernière ligne droite d'un kilomètre à 4%", souligne l'ancien champion français qui a couru trois fois le Grand Prix des Amériques (3e en 1989).
Le deuxième circuit, à Montréal, autour du Mont-Royal est "plus tactique". Il sera "plus nerveux" que celui du Grand Prix des Amériques et du Championnat du monde 1974 dont il empruntera des portions. Outre Sagan, les Italiens Damiano Cunego (Lampre) et Alessandro Ballan (BMC), voire Sylvain Chavanel (Quick Step), pourraient tirer leur épingle du jeu. Le Canadien Ryder Hesjedal (Garmin), 7e du dernier Tour de France, sera également attendu par son public.
Certaines équipes, françaises notamment, tenteront de se placer pour engranger des points au classement mondial qui décidera en fin de saison des 17 formations qualifiées d'office pour les grandes épreuves --dont les Grands Tours-- la saison prochaine. Les équipes françaises pointent pour l'instant en 18e (AG2R), 19e (Cofidis), 20e (BBox) et 21e positions (FDJ). Après les deux dernières courses ProTour au Québec et la fin de la Vuelta, il ne restera qu'une épreuve pour marquer des points, le Tour de Lombardie.
GP de Québec
Voeckler avec panache
10/09/2010 À 20:48
GP de Québec
Voeckler s'impose
10/09/2010 À 20:35