AFP

La grande quinzaine de Cancellara

La grande quinzaine de Cancellara
Par Eurosport

Le 26/03/2010 à 17:00Mis à jour

Fabian Cancellara (Saxo Bank) aborde peut-être les quinze jours les plus importants de sa saison. Le Suisse rêve du Tour des Flandres et ne cracherait sur un deuxième succès dans Paris-Roubaix. Dès ce week-end, il entre dans la phase finale de sa préparation avec le GP E3 et Gand-Wevelgem.

Fabian Cancellara va être très occupé dans les deux semaines qui viennent. Peut-être les deux plus importantes de la saison pour le Suisse. Du Grand Prix E3 samedi à Paris-Roubaix le 11 avril, en passant par Gand-Wevelgem et le Tour des Flandres, le triple champion du monde du contre-la-montre veut frapper un grand coup et garnir son palmarès, déjà fort conséquent. Autant le dire tout de suite, il serait contrarié de boucler cette quinzaine sans la moindre victoire.

AFP

"Trouver un sponsor, ce n'est pas mon boulot"

Mercredi, il a ainsi sorti un gros numéro dans A Travers la Flandre. Pas pour lui, mais pour son coéquipier Matti Breschel. C'est lui qui a oeuvré en équipier de luxe, préparant le terrain pour l'attaque du jeune Danois, qui allait d'ailleurs s'imposer. S'il l'a fait, c'était bien sûr pour Breschel, mais aussi pour se remettre en selle après l'échec de Milan-Sanremo. "J'étais très frustré après Milan-Sanremo, explique-t-il. Je ne sais pas pourquoi, mais je n'étais pas concentré à 100%. Je n'étais pas content de moi. Mercredi, c'était le contraire. Vous avez vu le vrai Fabian." Et Cancellara de promettre que c'est bien ce visage qu'il entend montrer à nouveau dans les jours qui viennent.

Vainqueur de Paris-Roubaix en 2006, un succès qu'il considère toujours comme le plus grand de sa carrière, "Spartacus" rêve de moins en moins secrètement du Tour des Flandres, l'autre géant des classiques du nord. Il aborde donc ce week-end davantage comme une préparation au Ronde. Comme beaucoup, il se dit d'ailleurs contrarié par le repositionnement de Gand-Wevelgem dans le calendrier. "C'était fantastique d'avoir Gand entre le Tour des Flandres et Paris-Roubaix, regrette-t-il. Ce n'est pas bon de l'avoir avancé. Du coup, on se retrouve avec deux courses en deux jours à une semaine du Ronde, c'est très mauvais." A l'instar de Tom Boonen, le Bâlois a choisi de doubler. Un choix risqué, mais il n'avait pas envie de faire d'impasse.

En attendant, preuve que le Tour des Flandres est déjà dans toutes les têtes, Cancellara a effectué vendredi une reconnaissance avec Breschel et quelques autres équipiers des principaux monts du parcours. Une sortie de 130 kilomètres "pas à fond évidemment", mais une reconnaissance incontournable. Dans une semaine, tout le monde chez Saxo Bank comptera sur Cancellara. Le sponsor danois va en effet se retirer en fin de saison et Bjarne Riis est en quête d'un nouveau partenaire, pour que ce groupe vive encore ensemble dans un an. Toute victoire sera bienvenue. Surtout dans des courses majeures. Mais le Suisse ne se préoccupe pas de tout ça. "Ce n'est pas l'idéal bien sûr, et on va essayer de montrer de quoi nous sommes capables pour convaincre des gens de nous rejoindre. Mais on ne peut pas toujours gagner, ça fait partie du jeu. De toute façon, je ne cours pas pour un sponsor, ça ajoute simplement de la pression. Trouver un sponsor, ce n'est pas mon boulot. Je peux simplement pédaler, c'est tout." Sur les pavés et dans les monts, ils ne sont pas nombreux à le faire mieux que lui...

0
0