Getty Images

Très courtisé, Alaphilippe prolonge l'aventure chez Deceuninck-Quick Step

Très courtisé, Alaphilippe prolonge l'aventure chez Deceuninck-Quick Step

Le 01/06/2019 à 16:23Mis à jour Le 01/06/2019 à 18:07

Via une publication sur son compte Instagram, Julian Alaphilippe a annoncé sa prolongation de deux ans au sein de la formation Deceuninck-Quick Step. Le numéro un mondial était courtisé par de nombreuses équipes mais il a donc décidé de prolonger l'aventure avec Patrick Lefevere.

Le feuilleton n'aura, finalement, pas duré longtemps. Logiquement très courtisé après son début de saison canon et alors que son contrat s'achevait à la fin de l'année, Julian Alaphilippe a annoncé ce samedi, via son compte Instagram, qu'il prolongeait pour deux ans avec la formation Deceuninck-Quick Step. Information corroborée par un communiqué de son équipe dans l'après-midi. Le Français de 26 ans - neuf victoires en 2019, dont Milan - Sanremo -, est maintenant lié à la structure belge jusqu'en 2021. Il en défend les couleurs depuis 2014, après une première saison au sein de son antichambre.

La propension de Patrick Lefevere, manager de Deceuninck-Quick Step, à ne pas renouveler ses stars, notamment lorsque celles-ci bénéficient d'offres juteuses d'autres équipes, tout en maintenant un niveau de performance très élevé, avait suscité quelques doutes sur l'avenir d'Alaphilippe. Plusieurs rumeurs faisaient notamment état d'un intérêt des formations françaises Arkéa-Samsic et Total Direct Energie pour le numéro 1 mondial, qui a achevé sa campagne de classiques par une déception (16e de Liège-Bastogne-Liège) et qui se projette maintenant sur le Critérium du Dauphiné, puis sur le Tour de France. "Je suis heureux de pouvoir signer ce contrat avant la deuxième partie de la saison" a expliqué Alaphilippe, dans le communiqué de sa formation.

Pas d'information sur son salaire

Julian Alaphilippe n'imite donc pas les ex-pensionnaires de l'équipe de Patrick Lefevere que sont Michal Kwiatkowski (parti chez INEOS, alors appelée Sky, en 2016), Marcel Kittel (chez Katusha Alpecin en 2018) ou encore Fernando Gaviria (chez UAE cette année). Aucune information quant à une éventuelle revalorisation salariale n'a été dévoilée. "C’est l’équipe qui m’a donné l’opportunité de devenir professionnelle il y a six ans et où je me sens chez moi, a argumenté Alaphilippe. C’est ma deuxième famille et je suis très reconnaissant pour tout le soutien que j’y ai reçu au fil des ans."

"J'avais aussi d'autres offres..."

Alaphilippe a confirmé que les rumeurs n'étaient pas infondées : il avait bien, et ce n'est pas une surprise, l'opportunité de changer d'air. "J'avais aussi d'autres offres, a déclaré le meilleur grimpeur du Tour de France 2018, mais ma priorité a toujours été de signer un nouveau contrat avec Deceuninck-Quick Step, car cette équipe possède un esprit unique et une mentalité gagnante qui constituent un environnement parfait pour mon développement." Ce ne sont pas les statistiques qui le contrediront. Deceuninck-Quick Step est la formation qui compte le plus de succès depuis le début de la saison (31, avant les courses de ce samedi), devant Astana (25) et Bora-Hansgrohe (24).

"Julian (Alaphilippe) fait partie de notre incroyable famille et signer un nouveau contrat avec lui était l’une de nos priorités, s'est quant à lui réjoui Lefevere. Nous l'avons intégré très jeune dans le cadre de notre politique d'investissement dans les talents émergents." Et d'ajouter qu'Alaphilippe, 27 victoires depuis le début de sa carrière, n'est pas seulement "un champion" mais aussi "une personne sympathique et charismatique." Un coureur auquel il tient, en tout cas.

Vidéo - Fritsch : "Alaphilippe a su fédérer son équipe autour de lui"

05:52
0
0