Ça y est. Quarante-et-un ans après, Bernard Hinault tient enfin son successeur. Ça ne sera pas en ce qui concerne un vainqueur français à Liège mais Tadej Pogacar est tout de même le premier tenant du titre du Tour de France à remporter la Doyenne depuis le "Blaireau" en 1980. Et seulement le quatrième coureur de l’histoire à y parvenir après le Français, Ferdi Kübler (1951) et l’inévitable Eddy Merckx (1971, 1972, 1973 et 1975). "Je n’ai vraiment pas de mots…, s’exprimait-il une fois la ligne franchie. J’adore cette course, gagner ici, devant tous ces grands noms, c’est juste incroyable". Un succès en forme de revanche pour celui qui avait été gêné ici-même dans son sprint l’an passé par Alaphilippe et qui a raté la Flèche Wallonne mercredi en raison d’un cas positif au Covid dans son équipe.

Plus jeune vainqueur depuis Hinault

"On était vraiment déçu, expliquait-il à l’arrivée. On avait de très bons coureurs, de bonnes chances… Mais on était vraiment motivé pour courir ce dimanche et maintenant, forcément, je suis très heureux de ma victoire mais aussi du travail d’équipe qu’on a accompli aujourd’hui". Si, dans sa conquête, le Slovène a pu bénéficier jusqu’au bout de la force collective des UAE Team Emirates, il a surtout réalisé la course parfaite. Sans cesse bien placé, attentif sur chaque attaque, Pogacar a toujours été dans le bon coup à partir du moment où INEOS Grenadiers a lancé la grande bagarre, dans la côte de la Redoute. Présent dans le groupe d’une dizaine qui s’y est extirpé, le vainqueur du Tour 2020 était encore présent quelques kilomètres plus loin lorsque le scénario s’est répété dans la côte des Forges. Et il ne s’est pas plus fait piéger lorsque Woods a placé son démarrage dans la Roche-aux-Faucons, formant le groupe de cinq qui se disputerait la victoire. Et, là non plus, il n’a pas commis la moindre erreur.
Tour de France
Poing serré et langue tirée : L'arrivée de Pogacar, presque sacré
17/07/2021 À 17:19

Tadej Pogacar (UAE Team Emirates) devant Alejandro Valverde (Movistar) et Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step) sur Liège-Bastogne-Liège 2021

Crédit: Getty Images

Dans une dernière ligne droite où le vent de face ne favorisait pas les sprints longs, ce qui a notamment piégé Alejandro Valverde, le Slovène a fait parler l’intelligence tactique et la roublardise qu’un jeune coureur de 22 ans n’a que rarement. "Je savais que Julian Alaphilippe ferait un sprint long et je suis resté derrière lui jusqu’au dernier moment, racontait-il. C’était la bonne roue à suivre. J’avais de très jambes aujourd’hui et, quand j’ai lancé, je suis arrivé de l’arrière avec beaucoup de vitesse". La différence de vitesse entre lui et Valverde était stupéfiante mais, même avec Alaphilippe, il n’y avait pas photo. A seulement 22 ans, Tadej Pogacar s’offre son tout premier Monument et devient le plus jeune vainqueur de Liège depuis 44 ans et … Bernard Hinault (22 ans aussi en 1977). Décidément. Mais, au-delà des statistiques, on a l’impression que le Slovène va vite faire partie de cette caste-là.

6 succès, leader 8 jours sur 20 et un seul échec

En 2021, avec Primoz Roglic, le leader de la formation UAE Team Emirates écrase tout sur son passage. Vainqueur du Tour UAE en février, il a remis ça ensuite sur Tirreno-Adriatico, accompagnant le tout d’un Monument donc mais aussi de trois victoires d’étapes, gagnant aux Emirates comme en Italie mais aussi au Tour du Pays basque. Leader du classement huit des quatorze jours des deux premières épreuves, le Slovène a connu son seul véritable (7e des Strade) échec de la saison à l’occasion de la course espagnole. Un échec marqué avant tout par une mauvaise stratégie d’équipe et conclu, malgré tout, par une troisième place au classement général. C’est dire si Pogacar réalise une saison 2021 extraordinaire, lui qui brille sur tous les terrains.

Et Pogacar a coiffé Alaphilippe sur la ligne : le final haletant à Liège en vidéo

Vainqueur au sommet d’une étape de haute montagne à Prati di Tivo, il a gagné au sommet d’un mur au Pays Basque (Ermualde), triomphé sur un Monument, remporté deux courses par étapes mais ce n’est pas tout. On l’a aussi vu parfaitement à l’aise lors des bordures de la 1re étape de l’UAE Tour, là où il avait été piégé sur le dernier Tour de France, et multiplié les performances de premier plan en contre-la-montre, où on l’a vu rivaliser avec Ganna sur Tirreno-Adritaico. A l’heure actuelle, personne dans le peloton professionnel ne peut se targuer d’avoir un profil aussi complet, pas même Primoz Roglic. Le natif de Klanec sait tout faire, court avec une intelligence tactique bluffante pour un gamin de 22 ans et, quand il ne parvient pas à larguer ses adversaires, il peut les battre au sprint. Seuls les pavés ne sont pas dans son arsenal mais ils sont beaucoup plus spécifiques. Et encore, on ne serait pas surpris de le voir capable de briller sur un Tour des Flandres.

Récupérer avant de commencer à défendre un titre

Mais pour l’heure, Tadej Pogacar va commencer par souffler. "Je vais me reposer, passer du temps en famille et on repartira ensuite pour se préparer ensuite pour le Tour de France", avoue-t-il.. Vainqueur l’an passé, le Slovène de la formation UAE Team Emirates va aborder l’un des rares points d’interrogation pouvant encore exister dans son début de carrière : comment va-t-il gérer la défense d’un titre ? Pour la première fois depuis ses débuts professionnels, Pogacar va aborder une épreuve en tant que tenant du titre, un statut nouveau pour lui et pas forcément facile à gérer. Mais le jeune Slovène a toujours franchi les étapes plus vite que les autres en faisant fi de la pression. On ne voit pas pourquoi ça changerait maintenant.
Tour de France
Les débats du Tour : Pogacar va-t-il gagner le chrono ?
16/07/2021 À 17:42
Tour de France
Et maintenant il fait aussi la police : Pogacar attaque pour mater le peloton après une chute
16/07/2021 À 11:01