Cette fois, il le tient enfin ! Intouchable en ce début de saison, Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step) a assumé son statut de favori en remportant ce samedi la 110e édition de Milan-Sanremo. Le Français a réglé au sprint un groupe de dix coureurs - parmi lesquels on retrouvait notamment Peter Sagan, Vincenzo Nibali ou Alejandro Valverde - sortis dans le Poggio pour s'offrir son premier Monument. Olivier Naesen (AG2R La Mondiale) et Michal Kwiatkowski (Sky) complètent le podium de cette Primavera.
Comme toujours, comme attendu, Milan-Sanremo se sera joué dans la dernière ascension du jour. Avant le Poggio, l'échappée matinale de dix coureurs a longtemps résisté au peloton mais Fausto Masnada (Androni Giocatolli-Sidermec), dernier membre à l'avant, a fini par capituler dans la Cipressa. Très vite, les principaux sprinteurs attendus ont compris qu'il leur serait difficile de jouer la victoire vu le tempo imposé par Astana, EF Education-First et Deceuninck-Quick Step. Groenewegen (Jumbo-Visma) et Bouhanni (Cofidis) ont été les premiers à lâcher prise mais, dans le Poggio, tous les purs sprinteurs les ont imités.
Milan - Sanremo
Revoilà la France au sommet des Monuments
23/03/2019 À 19:57

Parfait tactiquement

Après une première tentative de Simon Clarke (EF Education-First) suivi par Anthony Turgis (Direct Energie), c'est Julian Alaphilippe en personne qui a mis le feu aux poudres. Mis sur orbite par Stybar et Gilbert, le Français de la Deceuninck-Quick Step est sorti en force à 6,5km de l'arrivée. Une attaque impressionnante suivie par six cadors : Sagan, Trentin, Valverde, Van Aert, Naesen et Kwiatkowski. C'est donc à sept qu'ils ont basculé au sommet du Poggio, avec une avance considérable sur les sprinteurs. De quoi se regarder dans la descente puis sur le plat.
A force de se regarder d'ailleurs, plusieurs coureurs ont réussi à opérer la jonction comme Matej Mohoric (Bahrain-Merida), Simon Clarke et le duo de la Sunweb Dumoulin-Matthews. Et, malgré une attaque de Trentin (Michelton-Scott) à 2km du but, c'est groupé que s'est joué cette 110e édition. Parfaitement lucide et toujours juste dans son placement comme dans sa gestion des différentes attaques, Alaphilippe a su prendre la bonne roue lorsque Mohoric a lancé les hostilités à 400m de l'arrivée. Et n'a laissé aucune chance à ses adversaires au sprint. Trop puissant. Trop explosif. Trop fort, tout simplement.

Une première depuis 1992 pour la France

Vainqueur de son premier Monument, le coureur de Saint-Armand-Montrond complète son impressionnante collection de 2019, qui compte, outre la Primavera, les Strade Bianche et deux succès d'étape sur Tirreno-Adriatico. Un sacré bilan, avant même les Ardennaises mi-avril.
Il offre également à la France son troisième Monument en quatre ans (après Arnaud Démare sur cette même Primavera en 2016 et Thibaut Pinot sur le Tour de Lombardie à l'automne dernier). Le deuxième de suite surtout, une première pour la France depuis 27 ans et les succès de Jacky Durand sur le Tour des Flandres et de Gilbert Duclos-Lassalle sur Paris-Roubaix. Rien que ça.
Milan - Sanremo
Alaphilippe : "Je n'avais pas le droit à l'erreur"
23/03/2019 À 18:22
Milan - Sanremo
Le triomphe d’Alaphilippe : son sprint victorieux en vidéo
23/03/2019 À 16:04