L’Eurosport Race n’aura connu qu’une seule année d’existence. Du moins dans le nom. Car, dans les faits, l'Eurosport Ranking n’est que la continuité de cette dernière. L’Eurosport Race aura vécu en 2018 pour établir les bases du classement qu’Eurosport souhaitait dès le départ : l'Eurosport Ranking. Mais les deux classements sont aussi différents que le sont l’ATP et la Race en tennis, dont ils s’inspirent. Typé ATP, l'Eurosport Ranking prend donc la suite de l’Eurosport Race et s’offre pour cela un lifting complet.

Un leader sur 52 semaines

A commencer par son format qui change donc complètement. Exit le classement sur l’année civile, comme cela était le cas l’an passé avec l’Eurosport Race. L'Eurosport Ranking prendra lui en compte tous les résultats au cours de l’année écoulée depuis le jour J, soit toutes les performances réalisées au cours des cinquante-deux dernières semaines. L'Eurosport Ranking sera donc un classement évolutif dont les variations dépendront énormément de la différence de niveau des coureurs d’une année sur l’autre à même époque.
Mondiaux sur route
Grégoire deuxième chez les juniors
IL Y A 30 MINUTES
Tous les points acquis sur l’édition 2019 d’une course remplaceront ceux de l’édition 2018. Par exemple, si Marc Soler (Movistar), vainqueur de 570 points sur son Paris-Nice victorieux de l’an passé, venait à ne prendre que la 5e place de l’édition 2019 (avec les mêmes résultats d’étape), son total se verrait baisser de 410 points. Soit la moitié de son pécule en 2018.

Un barème réajusté

L’autre changement majeur de l’Eurosport Ranking vient de son nouveau barème. Ne vous attendez pas non plus à être perdu. Censé apporter justesse et équilibre, il se veut plus un ajustement du barème initial qu’une véritable révolution. Il n’y a au total « que » quatre changements par rapport au système de 2018. A commencer par les points accordés au top 5 des étapes sur courses par étapes majeures du World Tour. Sur Paris-Nice, Tirreno-Adricatico, le Tour de Catalogne, de Romandie, le Dauphiné et le Tour de Suisse, la victoire d’étape passe ainsi de 100pts à 90pts, tandis que la 2e place tombe, elle, à 45pts. Un rééquilibrage qui se montre plus juste dans l’accord des points pour une victoire d’étape (30 en 2.1, 50 en 2.HC, 60 en catégorie 5, 75 en catégorie 4 et donc 90 en catégorie 3).
Les deux autres modifications de barème concernent les classiques de niveau inférieur. Une victoire sur une course d’un jour classée 1.1 ne vaudra plus que 100pts, contre 120 en 2018. Un rabais décidé pour empêcher qu’un succès sur une telle course accorde plus de points que le classement général d’une course par étapes 2.HC (100 également). Enfin, toujours dans un souci d’équilibre, les victoires sur les classiques 1.2 (la plus petite catégorie) n’accordera plus que 65pts, au lieu de 75.
Victoire course par étapesVictoire classiquePoints par étapeClassements annexesPort du maillot de leaderPort de maillot annexe
Tour de France1000pts/150 - 75 - 50 - 40 - 30 - 20 - 15 - 10 - 5 - 1200 - 100 - 505015
Giro / Vuelta800pts/120 - 60 - 30 - 20 - 10 - 8 - 6 - 4 - 2 - 1150 - 75 - 353010
Catégorie 3500pts600pts90 - 45 - 25 - 10 - 550 - 25 - 1010/
Catégorie 4320pts400pts75 - 40 - 20 - 5 - 125 - 10 - 5//
Catégorie 5200pts260pts60 - 35 - 1515 - 8 - 3//
Catégorie 6100pts180pts50 - 25 - 1010 - 5 - 1//
Catégorie 780pts100pts30 - 15 - 55 - 3 - 1//
Catégorie 860pts65pts20///

Quelques changements de points mais un top 10 identique

Bien évidemment d’ores et déjà mis à jour avec son nouveau barème, l'Eurosport Ranking n’a pas pour autant changé de leader, loin de là. Les différences de points entre Alejandro Valverde et ses poursuivants sont bien trop importants pour que l’Espagnol soit inquiété. Quand bien même, il soit l’un des membres du top 10 le plus impacté par le changement de barème. Mais les meilleurs coureurs de l’Eurosport Race avaient trop de points au compteur pour que les modifications impactent sérieusement le top 10. Le top 20 a lui-même connu qu’un seul changement avec la disparition de Niki Terpstra (Direct Energie, ex-Quick Step Floors), passé de la 19e à la 21e place (1430pts) en raison d’une perte de 20pts. Alexander Kristoff (19e, 1442pts) et Michael Valgren (20e, 1438pts) grimpent donc d’un cran et le Danois revient dans le top 20 de justesse. La plus grande perte du top 100 concerne le Polonais de la Wilbatech Maciej Paterski, passé de la 83e place à la 94e place en ayant perdu 50pts (cinq succès sur des 1.2).
PLACECOUREUREQUIPEPAYSPOINTSEVOLUTION AVEC BAREME
1Alejandro ValverdeMovistarEspagne4007= (-40pts)
2Peter SaganBora-HansgroheSlovaquie3633= (-25)
3Simon YatesMichelton-ScottGrande-Bretagne3473= (-25)
4Elia VivianiDeceuninck-Quick StepItalie3126= (-5)
5Geraint ThomasSkyGrande-Bretagne2981= (-10)
6Julian AlaphilippeQuick-Step FloorsFrance2726= (-35)
7Primoz RoglicJumbo-VismaSlovénie2330= (-45)
8Tom DumoulinSunwebPays-Bas2263= (=)
9Christopher FroomeSkyGrande-Bretagne1956= (=)
10Thibaut PinotGroupama-FDJFrance1950= (=)
11Michal KwiatkowskiSkyPologne1925= (-10)
12Romain BardetAG2R La MondialeFrance1844= (-10)
13Greg Van AvermaetCCC TeamBelgique1741= (=)
14Arnaud DémareGroupama-FDJFrance1720= (-20)
15Michael MatthewsSunwebAustralie1705= (-15)
16Miguel Angel LopezAstanaColombie1565= (=)
17Pascal AckermannBora-HansgroheAllemagne1508= (-20)
18Tim WellensLotto-SoudalBelgique1448= (-25)
19Alexander KristoffUAE Team EmiratesNorvège1442+ 1 (=)
20Michael ValgrenDimension DataDanemark1438+ 1 (=)
Cyclisme
Izagirre renforce les rangs de Cofidis
IL Y A 2 HEURES
Mondiaux sur route
Pidcock, Asgreen, Colbrelli, Hirschi… et Pogacar : eux aussi visent le titre mondial
IL Y A 13 HEURES