Panoramic

Tom Boonen - Fabian Cancellara : les deux géants étaient un peu courts

Boonen - Cancellara : les deux géants étaient un peu courts

Le 13/04/2014 à 19:46Mis à jour Le 14/04/2014 à 13:40

Ils visaient tous les deux une victoire à la portée historique. Mais Fabian Cancellara et Tom Boonen n'ont pu aller au bout de leur légitime ambition dimanche.

Fabian Cancellara (3e)

Pour lui, l'enjeu, c'était : Une 4e victoire pour devenir co-recordman des victoires et signer un troisième doublé Ronde-Roubaix historique.

Sa course : Ce n'est même plus une pancarte que Fabian Cancellara avait dans le dos avant ce Paris-Roubaix. Tout tournait autour de lui mais il n'a finalement jamais été vraiment en mesure de s'imposer. Il était costaud, sans aucun doute, mais pas au-dessus du lot comme en certaines occasions. Il a aussi connu son lot de petits soucis qui lui ont sans doute coûté de l'énergie: un changement de vélo, un effort après avoir été bloqué par une chute devant lui, etc. Chaque fois qu'il a accéléré, il a fait mal à la concurrence. Mais pas au point de s'isoler seul devant. Même quand il s'est retrouvé devant dans le final, il y avait trop de clients ultra-rapides pour un éventuel sprint (Degenkolb, Sagan…) pour qu'il soit vraiment en position de force. Dans ces conditions, sa troisième place apparait plus satisfaisante que vraiment frustrante. Même si, quand on s'appelle Cancellara, on ne se satisfait que de la victoire.

Ce qu'il en pense : "Le vent a conditionné la physionomie de la course. Dans le final, j'ai pensé sortir mais il y avait un vent de face et les autres s'attendaient à une attaque de ma part. J'ai préféré garder mes forces pour le sprint. Les adversaires étaient forts, comme je l'avais dit avant le départ. La tactique d'Omega Pharma a primé."

La stat : 12. Le nombre de ses podiums désormais sur les 5 grands Monuments du cyclisme (Milan-Sanremo, Tour des Flandres, Paris-Roubaix, Liège-Bastogne-Liège, Tour de Lombardie), dont la moitié sur Paris-Roubaix. Il "égale" le score de Boonen mais reste encore loin de certains spécimens comme Roger De Vlaeminck (21) ou, bien évidemment, Eddy Merckx (30).

Pas de 4e victoire à Roubaix dimanche pour Fabian Cancellara

Pas de 4e victoire à Roubaix dimanche pour Fabian CancellaraAFP

Tom Boonen (10e)

Pour lui, l'enjeu, c'était : Devenir le premier homme à remporter 5 fois Paris-Roubaix pour se hisser au-dessus De Vlaeminck.

Sa course : Tom Boonen a prouvé qu'il était toujours dans le coup. Le Belge a pesé sur la course et il a incontestablement animé cette 112e édition dans les deux dernières heures. On l'a vu durcir le tempo et il est ensuite passé à l'attaque sur les pavés de Beuvry-la-Forêt. Il restait alors une soixantaine de kilomètres à couvrir. Lorsque le groupe de tête dont il était le fer de lance a pris plus de 50 secondes d'avance, il a pu entrevoir une 5e victoire historique. Mais le manque de soutien de ses compagnons d'échappée et la réaction de ses principaux adversaires l'a condamné, la jonction s'opérant à 20 kilomètres de l'arrivée environ. Son offensive peut aussi être vue comme un aveu de faiblesse, mais il a eu le mérite de tenter. Dans les 30 derniers kilomètres, il a aussi été gêné par un dérailleur défaillant.

La stat : 10. Pour la 10e fois de sa carrière en 12 participations, Boonen termine dans le Top 10 à Roubaix. Une régularité extraordinaire dans une course où les aléas peuvent être si nombreux. "Tommekke" sur Paris-Roubaix, c'est : 4 victoires (2005, 2008, 2009, 2012), une 2e place (2006), une 3e place (2002), une 5e (2010), une 6e (2007), une 9e (2004) et une 10e (2014). Il n'y a qu'en 2003 (24e) et 2011 (son seul abandon) qu'il n'a pas terminé parmi les 10 premiers.

Tom Boonen (Omega) en plein effort

Tom Boonen (Omega) en plein effortPanoramic

0
0