EFE

Un pas en avant ?

Un pas en avant ?
Par Eurosport

Le 26/10/2006 à 09:00Mis à jour

Les responsables des équipes ont demandé à leurs coureurs d'autoriser l'UCI à utiliser le recours à l'ADN, mercredi. Il s'agirait d'une avancée sérieuse dans la lutte antidopage, car elle permettrait notamment d'identifier les poches de sang dans le cadre

"Toutes les équipes vont demander à leurs coureurs d'autoriser avant le 1er janvier 2007 l'UCI (Union cycliste internationale) à utiliser l'ADN si besoin, notamment dans l'affaire Puerto", a déclaré à l'AFP l'un des responsables de l'association des équipes (AIGCP). En d'autres termes, un coureur impliqué dans cette affaire devra donner ce feu vert pour signer son contrat.

De nouveaux paramètres sanguins

A l'issue de leur réunion, les dirigeants des équipes se sont situés sur la ligne affirmée le mois dernier à l'occasion des Championnats du monde à Salzbourg (Autriche). Notamment le respect intégral de leur code éthique malgré l'opposition de quelques coureurs et le principe de l'autosuspension pour une formation confrontée à plusieurs cas de dopage. Présents à Paris, le président de l'UCI, l'Irlandais Pat McQuaid, et la nouvelle manageur du service antidopage de la Fédération internationale, l'Australienne Anne Gripper, ont plaidé "pour une collaboration de toutes les composantes du cyclisme" selon les termes du communiqué de l'UCI.

L'amélioration du dispositif de contrôle et de sanction interne aux équipes, l'utilisation de nouveaux paramètres sanguins pour mieux cibler les contrôles antidopage, la contribution des équipes et de leurs coureurs au financement des contrôles antidopage hors compétition (pour augmenter leur nombre), le recours à l'analyse de l'ADN pour confondre les tricheurs et un contrôle encore plus strict des autorisations à usage thérapeutique délivrées aux coureurs, ont été évoqués. L'UCI, qui s'est prononcée pour l'application de sanctions sévères, a estimé également "indispensable" la collaboration de l'Agence mondiale antidopage (AMA), "notamment pour le développement du recours à l'analyse de l'ADN des coureurs et l'utilisation de leur profil hématologique".

0
0