Imago

Ullrich sans licence

Ullrich sans licence
Par Eurosport

Le 19/10/2006 à 20:00Mis à jour

Jan Ullrich a annoncé jeudi qu'il avait résilié avec effet immédiat sa licence avec la Fédération suisse. Le coureur allemand, soupçonné d'avoir utilisé le réseau de dopage sanguin du médecin espagnol Eufemiano Fuertes, a ajouté que cela ne signifiait pas la fin de sa carrière.

"Jan Ullrich n'accepte plus que les droits protégeant sa personne soient piétinés par Swiss Cycling. La Fédération suisse a jusqu'ici farouchement ignoré ses protestations", a écrit le seul vainqueur allemand du Tour de France (1997) sur son site internet (www.jan-ullrich.de). "Cette résiliation (de licence) avec la Fédération ne signifie pas que je mets un terme à ma carrière", a toutefois ajouté l'ancien leader de la formation allemande T-Mobile. Ullrich, 32 ans, a ainsi "tiré les conséquences des dommages causés par la Fédération suisse à (sa) réputation", a-t-il souligné.

"Pas bonne mine"

Le champion olympique (2000) estime en outre que des dirigeants de Swiss Cycling et Swiss Olympic participent depuis des mois à une campagne médiatique contre lui, à l'image d'une photo publiée dans le magazine allemand Sport-Bild paru mercredi. Elle montre Ullrich portant un sac poubelle près de sa villa en Suisse, avec cette légende: "Jan Ullrich n'a pas bonne mine. Il a pris 10 kilos et se retranche dans sa maison au lieu de s'entraîner. Les indices de dopage se multiplient".

Le cycliste avait dénoncé il y a quelques jours la décision de la Fédération suisse de vouloir enquêter sur son cas, estimant que c'était une "campagne d'appel au meurtre". La Fédération suisse de cyclisme a précisé qu'elle ne possédait pas de preuve d'un cas de dopage concernant Ullrich, qui a toujours nié s'être dopé, mais qu'il existait des indices de l'utilisation par l'Allemand de produits interdits.

Selon le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung, la police espagnole est "vraisemblablement capable de prouver la présence d'Ullrich à Madrid" lors de ses visites supposées à Fuentes. Pour sa part, le docteur Lothar Heinrich, qui fut longtemps le médecin d'Ullrich, a pris ses distances avec l'ancien champion. "Je suis humainement très déçu", a-t-il confié au quotidien Stuttgarter Nachrichten. "Après tout ce qui s'est passé, ça me poserait aussi un problème de le voir courir à nouveau", a ajouté le médecin au sujet de son ex-patient.

0
0