Un résultat correct et l'optimisme est de mise. Thibaut Pinot s'est montré satisfait de sa quatrième place, à l'issue de la 3e étape de la Route d'Occitanie, lundi. Le grimpeur de la Groupama-FDJ n'a pas réussi à suivre Egan Bernal, vainqueur du dernier Tour de France, sur les pentes du col de Beyrède. Mais il n'a coupé la ligne que 31 secondes après lui, quand Bauke Mollema, Warren Barguil, Richie Porte ou autre Romain Bardet concédaient plus d'une minute au Colombien, lauréat de l'étape. Alors qu'un Chris Froome en mode gregario lâchait plus de cinq minutes.

Au-delà du bilan arithmétique, le Franc-Comtois s'est dit "content" de retrouver "ces ambiances de courses" mais aussi de ses sensations : "Je suis rassuré par ma forme, d'autant qu'un col court et raide comme ça (10,9 km à 7,2%, ndlr), ce n'est pas le genre de montée que j'affectionne." Les jambes vont bien, et la légère chute de la première étape semble déjà oubliée.

Route d'Occitanie
Pour l'instant, Froome montre patte blanche
03/08/2020 À 20:48

Une chute dans le dernier kilomètre : reprise difficile pour Pinot

Rien ne remplace la course

Mais pour un coureur de son standing, n'est-ce pas décevant d'échouer au pied du podium ? Derrière Pavel Sivakov, coéquipier de Bernal chez Ineos (2e à 10"), et Aleksandr Vlasov (Astana, 3e à 17"). "J'aurais préféré jouer la victoire", concède-t-il dans une lapalissade. Avant de rappeler que sa montée en puissance ne fait que débuter : "Il me manque encore un peu d'intensité, un peu de courses."

Le leader de la Groupama-FDJ ne s'est pas senti dépassé par les évènements, et c'est ce qu'il retient : "Il ne me manque pas grand-chose, un petit chouïa, pour basculer avec les Ineos", estime-t-il à chaud, dans des propos rapportés par L'Equipe. Un an après avoir laissé échapper ses rêves de maillot jaune en quittant la course sur blessure, lors de l'antépénultième étape de la Grande Boucle, Pinot sait que Paris est encore loin. Tant mieux, d'ailleurs.

Froome équipier, Bernal à sa main : le rouleau-compresseur Ineos a encore frappé

"La condition est top… mais pas au top"

Le 3e du Tour 2014, dont la carrière est jalonnée d'objectifs ratés de peu à cause de soucis de santé, a eu une préparation perturbée par un problème dentaire. "Ce n'était pas une période très simple. Mais j'ai préféré la vivre dans un mois de juillet sans Tour de France", ironisait-il en conférence de presse avant l'épreuve. Quelques jours plus tard, il a donc timidement montré les dents sur l'étape reine. Ni trop, ni pas assez.

Thibaut Pinot assure qu'il en est là où il souhaite en être. Ce qu'il exprime par un paradoxe : "La condition est top… mais pas au top. Et c'est ça qui est bien." Du haut de ses 30 ans, et malgré une saison perturbée par la crise sanitaire, il joue la carte de l'expérience, de la connaissance de son corps : "L'important est de ne pas être à 100% aujourd'hui. Je sais que je vais encore progresser jusqu'au Tour (29 août - 20 septembre)." Il le faudra s'il veut se battre pour le Graal.

"Pinot va gagner un Grand Tour un jour ou l'autre, c'est évident"

Gran Trittico Lombardo
Izagirre lève les bras, GVA, Kwiatkowski et Nibali affichent leur forme
03/08/2020 À 15:51
Route d'Occitanie
Bernal marque son territoire, Pinot limite la casse, Froome termine à 5 minutes
03/08/2020 À 15:05