Cyclisme

Salaire mirobolant et franc-tireur gênant : Froome, un transfert avorté en questions

Partager avec
Copier
Partager cet article

Christopher Froome peuet-il devenir embêtant pour Ineos ?

Crédit: Getty Images

ParChristophe Gaudot
28/05/2020 à 20:44 | Mis à jour 29/05/2020 à 08:58
@ChrisGaudot

TRANSFERTS - Selon L'Equipe, l'entreprise de Froome pour se trouver un point de chute dès cette saison a échoué. Le Britannique devrait rester chez Sky et ce transfert avorté pose question, notamment quand à sa participation ou à son statut sur le prochain Tour de France.

Pourquoi c'était un combat perdu d'avance ?

4,5 millions d'euros, voici le salaire annuel de Christopher Froome, le deuxième du peloton derrière les 5 de Peter Sagan selon L'Equipe. C'est respectivement 1 et 1,8 million de plus que Geraint Thomas et Egan Bernal, soit les deux derniers vainqueurs du Tour de France. Quand Sky a offert ce contrat à Froome, en juin 2017, soit avant son quatrième sacre sur la Grande Boucle, le montant se justifiait aisément. Trois ans plus tard, et après une terrible chute dont on ne connaît pas encore vraiment les conséquences sur le niveau de Froome, c'est beaucoup moins le cas.

Tour d’Italie

Froome et son raid incroyable en 2018 : "Ils pensaient que c'était du suicide"

28/05/2020 À 09:38

Dans son édition du jour, L'Equipe nous apprend que quelques formations sont bien venues à la pêche aux informations et ont sondé le Britannique mais ses émoluments sont un frein bien trop important. Qui irait miser autant d'argent sur un coureur de 35 ans qui se remet d'une chute qui aurait pu mettre fin à sa carrière ? Personne apparemment. A toutes fins utiles, rappelons qu'au XXIe siècle, un seul coureur a remporté un Grand Tour à 35 ans passés : Chris Horner sur la Vuelta 2013 (41 ans). De plus le cyclisme n'a pas échappé à la mode du "jeunisme" à l'aune des résultats exceptionnels de quelques pépites à travers le monde.

Froome peut-il être éjecté de l'équipe pour le Tour de France ?

C'est une possibilité. Chez Ineos, il y a rarement de la place pour les sentiments. A l'heure qu'il est, personne ne connaît la forme de Froome. Depuis le 12 juin 2019 et sa chute dans la reconnaissance du contre-la-montre du Dauphiné, il possède cinq jours de course à son actif. Sur le UAE Tour, en début de saison, il n'a, qui plus est, rassuré personne sur sa condition (71e du général).

Chris Froome während der UAE Tour 2020. Hinter ihm Sam Bennett von Decenunick - Quick-Step

Crédit: Getty Images

Depuis 2012 et le premier succès de Sky, devenue Ineos, sur le Tour de France, l'équipe a toujours employé la même recette : un leader tout-puissant et des équipiers à son service total (ou presque, nous y reviendrons). Si Froome veut être sur le Tour, il va devoir prouver très rapidement qu'il en a les capacités. Avec un mois entre la reprise des courses et le début du Tour, le temps lui est compté. Rien ne dit que Brailsford sacrifiera un équipier (Geoghegan Hart, Castroviejo, Kwiatkowski…) pour un Froome pas à 100%.

Que lui resterait-il alors ? La place de leader sur le Giro est promise à Richard Carapaz, tenant du titre, mais faire avaler une couleuvre à un nouveau venu semble plus facile qu'à un Bernal ou un Thomas. Froome leader sur le Tour d'Italie pourrait donc être une solution acceptable pour tout le monde, ou presque. A moins qu'Ineos ne le déclasse complètement et ne lui offre "que" la Vuelta.

Froome peut-il être un franc-tireur gênant sur le Tour ?

Le risque si Brailsford emmène finalement Chris Froome sur le Tour en compagnie d'Egan Bernal et Geraint Thomas, qui eux y seront à coup sûr, c'est de le voir en mode franc-tireur. A quelques mois de la fin de son contrat, il n'a plus rien à perdre et a juré que le dernier objectif de sa carrière était un cinquième Tour pour rejoindre Anquetil, Merckx, Hinault et Indurain dans la légende. Dans ce contexte, la perte tragique de Nicolas Portal, décédé le 3 mars dernier, pourrait peser. Le directeur sportif français n'avait pas son pareil pour gérer les égos et jamais entre 2013 et 2019, même quand Thomas puis Bernal se sont révélés, l'équipe n'a souffert d'un manque d'unité.

Egan Bernal, Chris Froome, Geraint Thomas

Crédit: Getty Images

Une fissure qui était apparue en 2012 quand un certain Chris Froome, équipier de Bradley Wiggins, avait montré qu'il pouvait se rebeller. A l'époque, Portal n'était pas encore là et Froome avait obtenu, au prix d'une négociation en pleine étape du Tour, la place du leader pour la Grande Boucle 2013. Le "Kenyan Blanc" a ça en lui.

Le parcours du Tour de France 2020 a ceci de particulier que la montagne arrive très tôt (4e étape). De deux choses l'une, soit Froome tente de prouver qu'il est plus fort que Bernal et Thomas, soit l'un des deux, plus sûrement le premier, remet l'église au centre du village. Reste que pour que Brailsford l'intègre à la sélection pour le Tour, il devra jurer fidélité.

Un départ en fin de saison est-il inéluctable ?

Froome est Ineos et Ineos est Froome. Les deux sont liés, qu'ils le veuillent ou non. Certes c'est le succès de Bradley Wiggins en 2012 qui a validé le projet mais Froome l'a tellement incarné qu'il apparaît difficile de le voir courir sous d'autres couleurs l'an prochain. Cependant, et selon comment se passe la saison 2020, le divorce pourrait être consommé.

Nous l'avons dit, Froome ne court plus que pour un cinquième Tour de France. S'il n'obtient pas le statut de leader cette année dans sa formation, il est impensable qu'il puisse le faire en 2021 ou 2022. Le natif de Nairobi pourrait alors tenter sa chance ailleurs. Après tout, il n'aura pas grand chose à perdre. Il abimera sans doute un peu sa cote de popularité en Grande-Bretagne mais sa carrière est derrière lui et son palmarès accompli. Surtout, qui pourrait lui reprocher de miser sur lui-même ? Encore faudra-t-il trouver une formation prête à lui faire confiance tout en lui assurant un contrat confortable, loin cependant de ses 4,5 millions actuels.

Cyclisme

L'impasse : Froome devrait rester chez Ineos malgré l'intérêt de plusieurs équipes

28/05/2020 À 06:40
Tour de France

Une page d'histoire : Pra-Loup 1975, la fin du règne d'Eddy Merckx

IL Y A 36 MINUTES
Dans le même sujet
Cyclisme
Partager avec
Copier
Partager cet article