Tous trois étaient venus sur Tirreno-Adriatico avec des ambitions et des espoirs bien différents. Toujours dans l’inconnu avec des douleurs au dos, Thibaut Pinot ne "visait pas le classement général" - comme l’avouait son coéquipier suisse Stefan Küng – contrairement aux deux autres, qui pouvaient y prétendre. Cela n’a finalement été le cas que de Romain Bardet (8e) après la défaillance de Julian Alaphilippe vers Prati di Tivo mais, pour autant, la semaine de chacun des trois têtes d’affiches françaises a été encourageante, voire même mieux. Si tout n’a pas été parfait, tous peuvent voir l’avenir de manière un peu plus radieux.
Jusqu'au 21 mars, l'abonnement à l'application Eurosport est à -50% pour un an, 34,99€ au lieu de 69,99€, pour suivre la saison de cyclisme (mais pas que) en LIVE et sans PUB

Julian Alaphilippe, un succès comme attendu

Tour de France
Fritsch : "Gaudu peut viser un podium sur le Tour de France"
16/07/2021 À 19:46
Déjà vainqueur d’étape à deux reprises lors de sa dernière participation en 2019, Julian Alaphilippe venait sur Tirreno-Adriatico "sans pression, sans stress" mais avec derrière la tête l’envie, forcément, de retrouver le chemin du succès, pour la première fois de la saison. Ce fut= chose faite dès la 2e étape, avec un succès en puncheur à Chiusdino. Profitant d’un gros travail de Joao Almeida présent à l’avant dans la dernière montée et forçant les autres équipes à travailler, le Français a pris les choses en main à 300m de la ligne pour devancer Mathieu Van der Poel et Wout Van Aert, excusez du peu.

Van der Poel et Van Aert n'ont rien pu faire : Revivez le succès de Julian Alaphilippe

Une victoire qui n’en appellera pas d’autre et qui signifie même la fin des bonnes performances du Tricolore sur l’épreuve, puisqu’il ne fera par la suite pas mieux qu’une 17e place, à Parti di Tivo, sur la seule arrivée au sommet. Parmi les favoris pour l’étape des murs de Castelfidardo, il ne sera jamais dans l’allure, victime d’un souci mécanique au pire moment avant de laisser partir les favoris. Très loin au général (41e), Julian Alaphilippe a pourtant réussi sa semaine en ramenant un succès et de la confiance à moins d’une semaine de Milan-SanRemo, son premier gros objectif de la saison.

Romain Bardet, au second plan mais dans l’allure

Il sera injuste de se fier au retard au Français sur Pogacar (+ 5’50’’) pour évaluer la semaine de Romain Bardet, tant le Slovène a survolé ce Tirreno-Adriatico. Après tout, le grimpeur de la Team DSM finit à moins de deux minutes de Mikel Landa, 3e de l’épreuve, une position à laquelle le Tricolore était bien loin de penser être en mesure d’aspirer après des Strade Bianche où il "était trop juste quand la bagarre s’est déclenchée". Alors qu’il estimait avant l’épreuve qu’il lui faudrait du temps pour atteindre un bon niveau, force est de constater qu’il est déjà à un niveau très correct.

Romain Bardet (Team DSM) sur la 5e étape de Tirreno-Adriatico 2021

Crédit: Getty Images

Jamais tout à fait au contact des meilleurs que ça soit à Prati di Tivo ou à Castelfidardo (13e à chaque fois), le Français a tout de même montré qu’il montait en puissance, à l’image d’un chrono correct à San Benedetto del Tronto avec une 63e place, au niveau d’un Egan Bernal, d’un Pello Bilbao ou d’un Simon Yates. "Cela a été une très bonne semaine, je suis vraiment content de mes débuts avec l'équipe et je pense que nous avons bien couru ensemble, avouait-il à l’arrivée de la dernière étape. Je pense que faire un top 10 est un bon résultat. Tout va dans le bon sens et j'ai hâte d'être aux prochaines courses". S’il ne faudra sans doute pas compter sur lui pour être au top sur Milan-SanRemo, la route vers le Giro – son objectif de la première partie de saison – est encore longue.

Pinot, des douleurs mais des motifs d’espoir

Venu pour tenter de rassurer, autant sur ses capacités physiques que sur ses jambes, Thibaut Pinot ne gardera pas forcément un grand souvenir de son classement général (43e à plus de 28 minutes de Pogacar) mais son Tirreno-Adriatico n’est pas forcément aussi noir que ses résultats pourraient le laisser croire. Sa défaillance sur la route de Chiusdino (103e à 9’08’’) laissait craindre une semaine catastrophique pour le Franc-Comtois mais il n’en a rien été. S’il a fini bien loin des meilleurs à Prati di Tivo (34e) comme à Castelfidardo (49e), Pinot a tout de même montré des signes positifs confirmés par un chrono final de haute volée (15e à 35’’), où il a devancé des spécialistes comme Nelson Oliveira, Michal Kwiatkowski ou Maciej Bodnar.

Thibaut Pinot (Groupama-FDJ) sur le chrono final de Tirreno-Adriatico 2021

Crédit: Getty Images

Des performances réalisées qui tendent à rassurer le Tricolore pour l’avenir. "Même si ce n'est pas facile à gérer, il a un bon moral, il est de bonne humeur, expliquait lundi son directeur sportif Sebastien Joly à L’Equipe. Il a de bonnes jambes, il n'est pas en retard dans sa préparation physique. Il est confiant par rapport à ses sensations". Reste que Thibaut Pinot souffre toujours de son dos. "Il est toujours un peu bloqué au niveau des vertèbres lombaires, il ressent toujours une gêne en bas du dos, avoue Joly. On va continuer à approfondir certaines choses avec de nouvelles investigations médicales. On a l'espoir de régler le problème". Il le faudra bien pour espérer de nouveau jouer avec les meilleurs.
Tour de France
Les débats du Tour : Pogacar va-t-il gagner le chrono ?
16/07/2021 À 17:42
Tour de France
Alaphilippe : "Emmanuel Macron ? Je pense qu'il a passé une meilleure journée que moi"
15/07/2021 À 16:30