Dire qu’il n’aurait pas rechigné à faire un tour supplémentaire… Sitôt la ligne d’arrivée franchie, ce mercredi sur le circuit de Fuji, Primoz Roglic n’a pas baissé le pied. Il a continué, comme si de rien n’était. À bloc, comme depuis le début. Sauf que cela ne servait plus à rien. La médaille d’or du contre-la-montre était déjà - sauf impensable retournement de situation - autour de son cou.
Il était sur une autre planète
Tokyo 2020
Pas de finale pour Helal
08/08/2021 À 02:43
S’il ne s’est pas mis en évidence lors de la course en ligne, remportée par Richard Carapaz samedi, l’ancien sauteur à skis n’avait cependant pas dit son dernier mot. Sa démonstration du jour en a été la preuve. Aérien du début à la fin, "Rogla" a survolé la concurrence. Et quelle concurrence ! Tous les meilleurs rouleurs du monde étaient là, de Filippo Ganna à Stefan Küng, en passant par Wout Van Aert, Rohan Dennis et Tom Dumoulin. De retour en grâce, le Néerlandais a terminé à la 2e place. À 1’01’’ de son coéquipier chez Jumbo-Visma. "Il était sur une autre planète", a reconnu le Papillon de Maastricht auprès du Telegraaf.

"Il faut t'arrêter Primoz !" : Roglic était prêt à faire un tour supplémentaire au chrono

Ce titre olympique, inattendu sans être improbable, porte le sceau de la résilience. Car le but premier du Slovène, en cette année 2021, n’était pas de briller sur le chrono olympique. Non, son objectif principal, autour duquel il avait construit toute sa saison et orienté sa préparation, c’était le Tour de France. Le dauphin de Tadej Pogacar en 2020 faisait d’ailleurs logiquement partie des favoris à la victoire finale sur la Grande Boucle. Mais une chute, survenue dès la 3e étape, l’a blessé dans sa chair et anéanti ses espoirs de triomphe à Paris.

Primoz Roglic

Crédit: Eurosport

Après la déception, le rebond

Sans doute gagné par une déception que l’on imagine immense, “Rogla” a plié bagages au terme de la première semaine. Il aurait pu choisir de prendre du recul, de laisser le vélo de côté, le temps de digérer. Il n’en a rien été. Après s’être ressourcé en famille, le natif de Trbovlje s’est donc vite remobilisé, afin de mettre le cap sur Tokyo. Histoire de tourner la page, de ne pas se laisser gagner par le désespoir. Et de relever la tête au plus vite.
Il faut reconnaître que Roglic a l’habitude de revenir au sommet après avoir subi une terrible désillusion. L’an dernier, déjà, il avait su rebondir avec brio au sortir de son échec sur le Tour. Foudroyé par Pogacar durant l’ultime contre-la-montre, le coureur de 31 ans s’était refait la cerise en beauté en remportant, avant la fin de la saison, Liège-Bastogne-Liège puis la Vuelta. Preuve que le champion de Slovénie sur route (2020) dispose de ressources mentales insoupçonnées.
"Je n’ai jamais rencontré quelqu’un avec une telle force mentale. C’est, à mon avis, son arme la plus redoutable," avait même raconté à 20 Minutes l’ancien coureur slovène Matej Mugerli, en septembre 2020. Cette arme, l’intéressé s’en est encore servi ce mercredi. Pour le plus grand désarroi de ses rivaux, cantonnés de facto aux places d’honneur.

Tom Dumoulin (Pays-Bas), Primoz Roglic (Slovénie) et Rohan Dennis (Australie) / Tokyo 2020

Crédit: Getty Images

Tokyo 2020
Braspennincx en or au keirin après la crise cardiaque
05/08/2021 À 12:27
Tokyo 2020
Les Bleus perpétuent la tradition : du bronze pour la vitesse par équipes
03/08/2021 À 09:18