Getty Images

Tom Dumoulin : "L'affaire Froome, c'est absolument terrible"

Dumoulin : "L'affaire Froome, c'est absolument terrible"
Par AFP

Le 04/01/2018 à 17:48Mis à jour Le 04/01/2018 à 17:56

Tom Dumoulin, champion du monde du contre-la-montre et vainqueur du Tour d'Italie 2017, estime jeudi que le contrôle antidopage anormal de Chris Froome est "terrible pour le cyclisme", et annonce par ailleurs qu'il donnera de nouveau cette saison la priorité au Giro dans ses objectifs.

Comment avez-vous réagi à l'annonce du contrôle antidopage de Chris Froome?

Tom Dumoulin : J'ai pensé que c'était absolument terrible. Ca a été ma première réaction. Je ne connais pas les détails, la seule chose que je sais c'est qu'il est positif, qu'on a trouvé une dose de salbutamol deux fois supérieure à la dose autorisée. Ensuite je ne veux pas m'exprimer plus sur cette affaire. Ce serait bien pour tout le monde si les autorités prenaient une décision rapidement, mais je ne sais pas comment ces choses-là fonctionnent. En théorie, vous êtes innocent aussi longtemps qu'on n'a pas prouvé votre culpabilité, mais dans mon équipe ça fonctionne différemment. Je sais que si j'étais contrôlé positif, l'équipe me suspendrait immédiatement. Ce n'est pas le cas chez Sky.

Quel Grand Tour allez-vous privilégier cette année?

T. D. : Je vais vraiment me concentrer sur le Giro. Je veux y aller, le gagner de nouveau, et ensuite on verra. J'irai peut-être au Tour de France, mais peut-être pas. Nous voulons laisser cette option ouverte, ça dépendra de comment je marche sur le Giro. J'ai choisi le Giro d'abord parce que j'aime l'Italie, j'aime ce pays, j'aime cette course, j'aime le public. Mais c'est aussi un choix rationnel. Cette saison, le parcours m'est plus favorable. Deux contre-la-montre, ça me convient bien, et j'aime vraiment les montagnes au programme, avec pas beaucoup d'étapes de haute montagne, mais c'est ce que je préfère. Sur le Tour, le risque est plus grand aussi, la première semaine va vraiment être compliquée, avec le contre-la-montre par équipe. Vous pouvez gagner beaucoup, mais vous pouvez perdre beaucoup aussi. Et dans l'étape de Roubaix, tout peut arriver également, même si ces étapes m'attirent plutôt.

" Ni à vous, ni à moi de décider du départ en Israël."

Les trois premières étapes du Giro se courent en Israël. Comment appréhendez-vous les problèmes de sécurité?

T. D. : Vous posez cette question, mais que savez-vous de la situation là-bas? Il y a des gens compétents qui connaissent la situation et qui prennent les décisions, qui savent si on peut courir en sécurité ou non. Ce n'est ni à vous ni à moi d'en décider. Le sport est quelque chose qui n'a rien à voir avec la guerre ou la politique. C'est si simple: on fait du sport parce qu'on aime ça, et vous le regardez parce que vous aimez ça. C'est la seule raison ! Et si c'est une affaire politique, je n'ai rien à en dire, il ne m'appartient pas d'avoir une opinion à ce sujet

Title holder Tom Dumoulin (R) of Netherlands poses next to Italian riders Fabio Aru (L) and Vincenzo Nibali (C) with the trophy of the Giro d'Italia during the presentation of the 2018 Tour of Italy (Giro 101st) cycling race, on November 29, 2017 in Milan

Title holder Tom Dumoulin (R) of Netherlands poses next to Italian riders Fabio Aru (L) and Vincenzo Nibali (C) with the trophy of the Giro d'Italia during the presentation of the 2018 Tour of Italy (Giro 101st) cycling race, on November 29, 2017 in MilanGetty Images

0
0