Haig-Yates, qui sur le podium ?

Les Ineos-Grenadiers ont tout tenté depuis plusieurs jours pour faire monter l'un de leurs coureurs sur le podium. Egan Bernal a essayé vers les Lacs de Covadonga pour un gain nul mercredi, Simon Yates s'est glissé ce samedi dans le bon groupe. Le Britannique a gagné deux places au général mais il n'a glané que huit secondes sur Jack Haig (Bahrain-Victorious), l'actuel troisième du classement général. Bilan, son débours s'élève à la minute avant le dernier chrono de 33 kilomètres autour de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Gino Mader, Adam Yates, Jack Haig, Enric Mas et Primoz Roglic, lors de la 20e étape du Tour d'Espagne 2021

Crédit: Getty Images

Cyclisme
Rochas apprend de Martin : "Ce n’est peut-être pas le plus spectaculaire, mais il est inspirant"
13/09/2021 À 17:34
Yates peut-il le faire ? Le Britannique est loin d'être manchot dans l'exercice solitaire. Seizième du contre-la-montre inaugural de ce Tour d'Espagne, il avait battu Haig… d'une toute petite seconde sur les sept kilomètres du parcours. En début d'année, les deux s'étaient aussi affrontés sur le chrono de l'UAE Tour (13 km) et le coureur Ineos avait pris l'avantage pour 19 secondes. Ce n'est pas assez mais la longueur du chrono de ce dimanche et la fraîcheur plus importante chez Yates dans cette troisième semaine permettent de penser qu'une inversion des places est possible bien que Haig reste le favori au podium.

Martin peut-il conserver sa 8e place ?

Huitième du Tour de France en juillet, Guillaume Martin (Cofidis) est exactement à la même place avant le chrono de Saint-Jacques de Compostelle. Une belle performance pour le Tricolore, en souffrance depuis sa chute et qui aura résisté dans cette troisième semaine. Sauf immense catastrophe, il accrochera un top 10 qu’il aura donc réussi sur deux Grands Tours la même année et ce n’est pas si fréquent. Seul hic, mais il est de taille : le Français ne possède que 8’’ d’avance sur le 9e, David De la Cruz.

Guillaume Martin (Cofidis) / La Vuelta 2021

Crédit: Getty Images

Sur le papier, il n’y a pas photo. L’Espagnol, 2e de son championnat national cette saison mais surtout 9e du chrono d’Ezaro sur la Vuelta et 8e de celui de la Planche des Belles Filles sur le Tour l’an dernier, est un rouleur bien plus solide que le grimpeur de la Cofidis. Alors vu que le Tricolore est blessé et semblait à bout de forces ce samedi… Le leader de la formation UAE Emirates sera vraisemblablement 8e demain soir mais le Français devrait quand même conserver la 9e place. ll possède toute de même plus de 4 minutes de marge sur le 10e, Felix Grosschartner.

Un miracle pour l’Espagne à Saint-Jacques de Compostelle ?

Non. Il faut s’y résoudre, il n’y aura pas de vainqueur d’étape espagnol sur les Grands Tours en 2021, chose qui n’était encore jamais arrivé dans l’histoire. Malgré leur qualité dans l’exercice, il est plus qu’improbable de voir Ion Izagirre (Astana-Premier Tech) ou David De la Cruz (UAE Emirates), les deux meilleures chances espagnoles, remporter ce chrono final. Il y a trop de bons rouleurs devant eux pour la victoire d’étape, à commencer par le champion olympique de la discipline, Primoz Roglic.

Ion Izagirre (Astana-Premier Tech), lors du chrono de la 1re étape du Tour d'Espagne 2021

Crédit: Getty Images

Le Slovène, vainqueur du chrono de Burgos en ouverture de cette Vuelta, est le grand favori, d’autant qu’il semblait encore en très grande forme samedi dans la montée finale. Il devra tout de même se méfier des autres bons rouleurs comme Jan Tratnik (Bhrain-Victorious), Nelson Oliveira (Movistar) si celui-ci ne se ressent pas de ses blessures, Chad Haga (DSM), Lawson Craddock (EF Education Nippo), Josef Cerny (Deceuninck-Quick Step) ou Tobias Ludivgsson (Groupama-FDJ).

Eiking peut-il créer une énorme surprise ?

On aimerait y croire. Lorsqu’il a rendu son maillot de leader après avoir passé 7 journées en rouge, on pensait qu’Odd Christian Eiking allait disparaitre de la lutte pour un bon résultat au général. Mais non. Le Norvégien d’Intermarché Wanty-Gobert-Matériaux a surpris dans cette fin de Vuelta en luttant avec les meilleurs, au Gamoniteiru comme en Galice et il est toujours en course pour le top 10 puisqu’il ne compte que 16’’ de retard sur Felix Grosschartner (Bora-Hansgrohe).

Odd Christian Eiking (Intermarché - Wanty - Gobert Matériaux)

Crédit: Getty Images

Malheureusement, pour lui, l’Autrichien est un solide spécialiste du chrono, régulièrement dans le top 20 dans l’exercice spolitaire. Même s’il semble émoussé en cette fin de Tour d’Espagne, il a en plus pour lui l’expérience de jouer ce genre de résultats puisqu’il avait pris la 9e place de la Vuelta l’an passé. Si Eiking n’aura rien à perdre, on imagine mal Grosschartner perdre du temps, d’autant que le Norvégien d’Intermarché Wanty-Gobert-Matériaux n’a jamais réussi un seul chrono suffisamment prometteur (40e au mieux en carrière) pour le laisser espérer.

Roglic peut-il nous refaire une "Planche des Belles Filles" ?

Non. Les miracles pour les autres n’existent qu’une fois. Et Mas n’est aussi près que l’était Pogacar en 2019. Et il n’est pas Pogacar, non plus. Roglic a juste à éviter de tomber pour gagner une 3e Vuelta de suite.

Primoz Roglic (Jumbo-Visma), lors de la 20e étape de la Vuelta 2021

Crédit: Getty Images

Tour d'Espagne
Roglic de A à Z, le frisson Valverde, l'envol de Bardet : ces moments qui ont fait la 76e Vuelta
06/09/2021 À 09:24
Tour d'Espagne
Et Roglic s'est encore relevé : "Je ne m'apitoie jamais sur mon sort"
05/09/2021 À 22:27